lundi, 15 octobre 2018 •

145 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Mémoire du chaudron 97




Mardi, douzième jour de campagne électorale. Une ambiance particulière régnait à Cadjèhoun ce matin là. J’étais là avant 7 heures, mais il s’en allait être 11 heures et rien ne semblait bouger. Les véhicules habituels du cortège étaient disposés là, moteurs éteints, portières entrebâillées pour certains. Les occupants des voitures, devisaient tranquillement, adossés aux murs des maisons mitoyennes de la maison de Yayi. Ils recherchaient cette ombre bienfaisante qui pourtant rétrécissait au fur et à mesure que le soleil montait dans le ciel. Certains se dégourdissaient les jambes en faisant des allers et venues dans la rue. D’autres, assis sur un banc devant le studio de photographie, à l’entrée de la rue, attendaient ce branle-bas annonciateur de la mise en branle du cortège. Un dernier groupe, enfin, nettement plus privilégié, commentait bruyamment, assis sur la petite véranda à l’intérieur du domicile du candidat, quelques-uns des nombreux faits-divers qui émaillaient cette tournée que nous avions entamée depuis bientôt deux semaines.

Je faisais la navette entre l’intérieur du véhicule, et la rue. Yayi était à l’étage et n’était pas encore descendu. Mais, il était déjà en éveil et je le savais par le timbre très reconnaissable de sa voix qui me parvenait lorsque je revenais sur la véranda. Il semblait au téléphone. Je connaissais bien cette maison d’ordinaire calme et vide, mais qui devenait de plus en plus l’endroit où il était bon de se faire voir. Le gardien que nous appelions tous _"IB"_, à l’exception du maître des lieux qui, lui, l’appelait toujours Ibrahim, le vieux Tankpinou et Céphas, les deux chauffeurs, Zoubérath, une des nièces de Yayi, qui remplaça dans la maison, sa sœur aînée Dado partie rejoindre son époux dans un pays du golfe après son mariage, le petit Jean-Marc, l’unique enfant que Yayi avait avec Chantal ; c’était cela le petit monde habituel de cette maison.

J’avais vu Zoubérath pour la première fois lors d’une des nombreuses visites que Yayi rendait à son père au quartier Kpébié quand nous allions à Parakou. Elle devait être, je crois, en classe de cinquième. Son père était un oncle maternel à Yayi. Quand elle vint à Lomé, c’était pour aider à parfaire cet apprentissage de la langue Bariba que Yayi avait entamé avec sa sœur aînée. Sa présence servait au bain linguistique.

Bien entendu, il y avait toute cette horde de cousins que Yayi faisait déferler dans la maison chaque week-end, quand il revenait de Lomé. Cette affluence avait le don de mettre Chantal hors d’elle-même. Elle n’était pas faite pour ça. Et cette nouvelle ambition politique de son mari la rendait particulièrement irritable, parce qu’elle justifiait la présence dans la maison d’un monde qu’elle ne maîtrisait. Elle n’avait d’ailleurs jamais maîtrisé personne, et préférait passer ses week-ends à Lomé plutôt que de voir ce ballet d’escrocs que, pour elle, nous étions, venir régulièrement faire la poche à son mari.

Elle avait sa lecture des choses, et on ne pouvait pas la lui reprocher. Elle connaissait mieux son mari que nous tous. Du moins le croyait-elle. En tout cas, c’était limpide dans son esprit : Boni ne pouvait pas être Président de la République. Elle passait donc l’essentiel de ses week-ends à Lomé et personne ici ne s’en plaignait. Le petit Jean-Marc n’était pas son unique enfant. Elle avait eu sa fille aînée d’une première relation et Yayi en prenait particulièrement soin. Je crois bien que si ce n’était pas de l’amour, ce devrait être un grand respect que Yayi a pour cette femme dont la faible empathie, devenait souvent un bouclier pour lui quand il voulait s’isoler de parents trop envahissants.

Chantal était prise dans ce tourbillon auquel elle n’était pas préparée et dont elle ne comprenait pas le sens. On doit donc à la vérité, de reconnaître qu’elle n’a pas épousé Yayi en entrevoyant la possibilité d’occuper dans la République, la place qui sera la sienne plus tard, pendant dix ans d’affilée. Comme je l’avais déjà écrit, son engagement dans le combat politique auprès de son mari fut tardif et hésitant. Elle a démarré, souvenez-vous, péniblement à Ouidah, sa ville d’origine. J’étais là lorsqu’elle prononça ses premiers mots politiques dans un fongbe écœurant. Je crois qu’elle a pris goût par la suite. Peut-être ce jour aurait-il pu marquer le début d’une proximité entre elle et moi, comme Yayi l’avait toujours souhaité. Mais, la mayonnaise à mon niveau n’avait pas pris, parce que j’étais encore trop ignorant des réalités du pouvoir.

Eh bien aujourd’hui, je peux vous dire, chers lecteurs de mes chroniques, méfiez-vous d’avoir des ennuis avec les premières dames. C’est pire que d’en avoir avec le Président de la République lui-même. Elle finira toujours par avoir ce qu’elle veut. Je ne conseille même pas d’essayer de vérifier si mon affirmation est vraie. Prenez ça comme ça. Ce serait mieux ! Ceux qui connaissent le pouvoir et l’ambiance de cour savent que c’est le lieu, comme le disait si souvent Didier Akplogan, où il faut apprendre à serrer, avec déférence, les mains qu’on ne peut pas couper. Dans ce milieu d’intrigues, il faut éviter les combats. Il vaut mieux, que de chercher à les gagner. Car, chaque victoire devient le motif d’un combat encore plus grand et plus mortel.

Ce mardi, douzième jour de campagne, quelque chose semblait ne pas bien tourner. Lorsque Yayi descendit enfin dans le séjour en bas, nous nous précipitâmes vers lui. Et mon choc fut grand quand je compris l’objet de tout cet atermoiement depuis le matin. La tournée électorale sur Abomey et le département du Zou était annulée !

J’avais du mal à croire mes oreilles. Mais, Yayi semblait avoir pris une décision définitive. En un éclair, certaines blessures que j’avais eu en percevant sa méconnaissance ou ses préjugés sur le milieu fon, refirent surface. Je croyais pourtant que l’accueil qui lui avait été réservé par les rois Dédjalagni et Béhanzin, lors de sa première entrée à Abomey, avait changé les choses à son niveau. Ou alors ma susceptibilité sur ce sujet me faisait-elle prendre l’annonce par le mauvais bout.

Je rongeais mon frein en suivant l’argumentation que faisait Yayi. L’annulation de l’étape d’Abomey et du département du Zou, n’était pas, expliqua-t-il, liée à des questions sécuritaires. Il fallait, selon lui, éviter de froisser les Soglo et se fermer les portes des négociations pour le second tour. Ce cas serait donc différent de celui du Couffo où les problèmes sécuritaires était évidents. Le raisonnement me laissa d’abord sans voix, tellement il me paraissait absurde.

Comment pouvait-on, à ce niveau de parcours, tomber dans des analyses aussi faciles, me demandais-je. Le second tour, c’est en effet pour ceux qui passent le premier tour. Et dans un scrutin au suffrage universel, toutes les voix comptent, autant qu’elles s’équivalent. C’était tout de même facile à comprendre. Et dans une élection présidentielle telle que la nôtre, les populations prennent de façon systématique, pour un manque d’égard, qu’un candidat ne se présente pas physiquement sur leur territoire. Et cela se ressent toujours directement au fond des urnes.

Je savais l’ambiguïté des relations entre Yayi et les Soglo. Je savais qu’il n’appréciait pas particulièrement le candidat de la _"Renaissance du Benin"_, Léhady Soglo qui fut le principal obstacle à un soutien direct du parti à nous dès le premier tour. Mais, je comprenais surtout que Yayi n’intégrait pas encore très bien les dynamiques électorales en cours dans la cité royale. L’absence dans la compétition de Nicéphore Soglo, laissait le jeu très ouvert à Abomey, entre Léhady Soglo, Yayi et Lazare Séhouéto. Adrien Houngbédji et Bruno Amoussou n’y volaient pas haut, pour des raisons que nous avons largement évoquées dans les chroniques précédentes.

Ma lecture de la situation à Abomey et dans tout le département du Zou était celle-ci : pour ce scrutin présidentiel de 2006, Yayi n’arriverait pas en tête. Mais, il aurait eu bien tort de compter sur d’incertaines combines d’entre deux tours pour y obtenir des suffrages dont il pouvait directement obtenir une bonne partie, en livrant bataille jusqu’au bout. L’électorat fon suit Nicéphore Soglo, mais ne lui appartient pas. Les fiefs politiques fonctionnent comme ces veuves dont le veuvage ne dure que le temps de la mise en terre de l’époux défunt. C’est d’ailleurs souvent en pleines funérailles qu’elles repèrent le nouvel amant. Abomey n’était pas hostile à Yayi. Mais, l’en convaincre était une autre paire de manche.

Les discussions furent très ouvertes et très animées ce jour-là à Cadjèhoun. Il était déjà 14 heures et cette journée de mardi était perdue. Nous nous séparâmes sans une idée claire sur la conduite à tenir par rapport à Abomey et au Zou. Quelqu’un, quelque part lui faisait un chantage politique grotesque. Notre campagne semblait désormais au point mort. Il promit racheter la journée en rencontrant dans la soirée, le comité des sages de Cadjèhoun qui demandait à venir lui dire son soutien.

_"Tiburce, je t’appelle le soir"_, me dit-il, lorsqu’à mon tour, je lui serrai la main avant de sortir du séjour. Je repartis, en espérant qu’il fera le choix réaliste qui convenait à la géopolitique de la ville d’Abomey et du département du Zou.

(✋À demain)

*Tibo*

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

24 juin 2018 par Dg24h


La justice poursuit-elle réellement les innocents ?


11 octobre 2018 par Dg24h
Un innocent selon le dictionnaire est une personne qui n’est pas (...)
Lire la suite

Comment l’utilisation des smartphones peut affecter la sante humaine (...)


7 septembre 2018 par Dg24h
Par Dr. Mehenou Amouzou L’Afrique a besoin de technologies pour (...)
Lire la suite

Les ambitions hégémoniques de Patrice Talon sur le Bénin


4 septembre 2018 par La Rédaction
Avec le récent vote de la loi sur le code électorale, Patrice Talon est (...)
Lire la suite

Quelle justice pour les Béninois ?


4 août 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’expérience vécue – et non subie – atteste que (...)
Lire la suite

Assemblée nationale : Immunité déshonorable


26 juillet 2018 par Dg24h
Nos députés affectionnent le qualificatif ‘’honorable’’.Ce prédicat (...)
Lire la suite

La lettre ouverte de Richard Boni Ouorou qui indexe la justice


26 juillet 2018 par La Rédaction
Le politologue Richard Boni Ouorou dans l’une de ses récentes interview, (...)
Lire la suite

La Constitution béninoise : un mal…bénin


4 juillet 2018 par Dg24h
Réunis en session plénière le lundi 04 juin 2018, les députés ont adopté (...)
Lire la suite

MEMOIRE DE CHAUDRON 1 à 100


3 juillet 2018 par Dg24h
L’ancien Conseiller technique à la communication du président Boni Yayi, (...)
Lire la suite

La Révolution en « Rupture »


29 juin 2018 par Dg24h
L’événement mérite d’être souligné, tant il est une première... Après avoir (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 98


25 juin 2018 par Dg24h
J’arrivais à peine au passage à niveau de Houéyiho lorsque mon téléphone (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 96


23 juin 2018 par Dg24h
Pour le plus grand malheur de Adrien Houngbédji, Albert Tévoédjrè, (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 95


22 juin 2018 par Dg24h
Il était dix heures environ, ce lundi, onzième jour de campagne (...)
Lire la suite

Cour Constitutionnelle : ‘’djogbé’’ à Joseph


15 juin 2018 par Dg24h
Joseph Djogbénou devient donc le cinquième Président de notre Cour (...)
Lire la suite

Le grand miracle de la Cour Holo


7 juin 2018 par Dg24h
Standing ovation donc pour Théodore Holo, président sortant de la Cour (...)
Lire la suite

L’euthanasie de la presse béninoise


6 juin 2018 par La Rédaction
La Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC) a (...)
Lire la suite

Où allons-nous, fascinés par la mort ?


2 juin 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Selon Aimé Césaire, sur ‘‘le plus petit canton de (...)
Lire la suite

Yayi et ses condoléances politiques : toute une école


1er juin 2018 par Dg24h
La coalition de la « Carpe et du Renard », a donc vu le jour le 14 (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 85


1er juin 2018 par Dg24h
On ne peut comprendre l’enjeu des élections présidentielles de 2006 en (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information