mercredi, 12 décembre 2018 •

189 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Mémoire du chaudron 94




L’événement politique majeur dans la géopolitique nationale béninoise fut la naissance d’un quatrième bloc politique au sud-ouest. Ce fait consacrera l’apparition, sur la scène politique nationale, de Bruno Amoussou. Il avait jusque-là fait parler de lui à des postes essentiellement techniques, manquant déjà de peu, selon ses confidences dans son livre autobiographique _"L’Afrique est mon combat"_, d’être fait ministre du Plan dans le gouvernement du président Émile Derlin Zinsou. Sa vie privée ne fut pas un long fleuve tranquille sous le Gouvernement Militaire Révolutionnaire dont il fut très proche, étant un ami et un confident du capitaine Michel Aïkpé. La responsabilité technique qu’il assuma et dont les ondes négatives le suivront peut-être toute sa vie, fut la direction générale de la Banque commerciale du Bénin, BCB, qu’il occupa et dont des accusations constantes et persistantes lui feront porter la responsabilité de la banqueroute.

Aussi curieux que cela pourrait paraître, ces accusations s’estompaient après chaque élection présidentielle à laquelle il prenait part, pour renaître de manière plus vive à la veille de l’élection suivante. J’ai déjà vu, par exemple, certains de ses posters de campagne vandalisés avec son emblématique sourire, violemment barré du sigle _"BCB"_, écrit à la va-vite avec un pinceau dégoulinant sans doute d’huile à moteur usagée.

Le délitement progressif du socle spatial de son parti politique, le PSD, le conduira à se recroqueviller sur sa base ethnique adja. Ce qui, tout en étant une stratégie de grand réalisme politique, eut un impact plus réducteur sur la stature nationale qu’il s’employait. Et ceci, pour une raison bien simple : cette base ethnique n’est pas la consistance numérique qu’il faut pour le pousser au second tour d’une élection présidentielle.

Une lecture des résultats du scrutin présidentiel de 2001 le montre assez nettement. Le bloc _"popo-mina-xueda-xwla"_ s’étant largement éparpillé entre le Général Mathieu Kérékou et Nicéphore Soglo, il ne put récolter qu’un huit pour cent des suffrages qui, d’ailleurs, ne fut validé qu’après une vive contestation des quatre pour cent que lui attribua la Commission électorale nationale autonome, dans un premier temps. Dès lors, l’élection présidentielle de 2006 lui posait le défi d’une nécessaire large coalition autour de sa personne. Il ne l’aura pas. Et ce ne fut pas faute d’avoir essayé.

Le Général Mathieu Kérékou qui, en récompense du _"match amical"_ qu’il accepta ou eut le bonheur d’avoir livré contre lui pour sauver le scrutin présidentiel de 2001, le fit certes ministre d’Etat et numéro 2 de son régime. Mais, il s’employa de façon méthodique à lui limer les griffes en lui laissant la gestion du panier à crabes qu’était la grande alliance politique qu’était l’Union pour le Bénin du Futur, UBF. Il finira par l’éjecter sans ménagement du gouvernement au moment où celui-ci avait le plus besoin de signaux encourageants de sa part, pour paraître comme son dauphin aux yeux des électeurs du bloc nord. Déjà désavantagé par l’image de _"l’homme des adjas"_ qu’il véhiculait, Bruno Amoussou usera son énergie dans la gestion des intrigues permanentes au sein de l’UBF, et dans une guerre d’influence avec Adrien Houngbédji qu’il prenait à tort comme son principal challenger pour la succession du Général.

Bien entendu que c’était vrai, mais seulement sur papier. Avec le départ de Kérékou et de Soglo qui étaient les deux plus influentes personnalités politiques au plan national, la place devrait se libérer logiquement pour le troisième qu’était Adrien Houngbédji, et lui-même, Bruno Amoussou, quatrième homme. Mais, tout le monde sait, depuis 2006, que les algorithmes mathématiques ne sauraient s’appliquer avec certitude au champ politique qui demeure avant tout une science humaine. Je me suis toujours laissé convaincre qu’aussi fin qu’était son sens de l’observation politique, Bruno Amoussou n’a pas vu venir Yayi.

Adrien Houngbédji, quant à lui, et après quelques plaisanteries banalisantes qu’il laissa échapper en privé sur les chances de l’intrus Yayi dans sa quête du fauteuil présidentiel, finit par prendre la mesure du danger lorsque du Général Mathieu Kérékou, il reçut quelques signaux sans appel, comme le limogeage surprise du patron des renseignements, le colonel Patrice Hounsou-Guèdè. Vous pourriez bien vous demander quel lien j’essaie d’établir entre le limogeage du patron de la Direction des Services de Liaison et de Documentation, DSLD, et la disparition des dernières illusions de Adrien Houngbédji.

Eh bien, il y a un lien. Il faut déjà noter qu’aucun candidat sérieux en 2006 n’envisageait la possibilité de prendre le pouvoir sans l’onction du Général Mathieu Kérékou. Il y a d’ailleurs, à ce propos, une anecdote brodée avec humour par Bruno Amoussou dans son ouvrage autobiographique _"L’Afrique est mon combat"_ et dans laquelle il relate tout ce qu’il déploya pour quérir, ne serait-ce que le regard du Général Mathieu Kérékou, dans cette cathédrale de Natitingou où se célébrait l’office religieux avant la mise en terre de l’une des filles du vieux caméléon. Il ne l’obtint pas, ce regard.

C’est vous dire l’état d’esprit des principaux challengers de 2006. Et d’ailleurs, avant le cas exceptionnel de Patrice Talon en 2016 qui fut élu en défiant publiquement son prédécesseur, aucune alternance, depuis la conférence nationale, ne s’est faite entre un chef d’Etat et quelqu’un qui l’aurait combattu ouvertement. En 1991, le premier ministre Nicéphore Soglo, porté par un courant d’air propice à l’alternance, en tout cas au niveau de l’élite, se garda de défier ouvertement le président Mathieu Kérékou qui restait encore une équation à mille et une inconnues. Il ne déclencha publiquement sa furie oratoire contre Kérékou qu’une fois assis dans le fauteuil présidentiel.

Et c’est justement cette mauvaise inspiration qui le conduira à sa perte en 1996. La même attitude belliqueuse en tant qu’opposant au président Mathieu Kérékou ne lui porta pas chance non plus en 2001. Pour remonter plus en arrière, combien de Béninois s’offusquèrent de l’absence à la conférence nationale des opposants endurcis au régime militaro-marxisant ? Et même dans le cas de 2016, Patrice Talon, en même temps qu’il défiait ouvertement son poulain d’hier, Yayi Boni, savait en même temps utiliser l’arme de la victimisation.

Je ne veux pas encore élaborer une théorie au sujet de ces observations empiriques, mais je sais que les Béninois, globalement pacifiques et peu enclins à consentir certains types de sacrifice, ont un rapport avec le chef, qui oscille entre le fatalisme et une sorte de superstition sacrée. Un président de la république, sous nos cieux, est si puissant, que lorsqu’il lui arrive de vous cibler personnellement, vous y laissez à coup sûr une partie de votre pelage.

Si Yayi avait été candidat en 2016, je ne crois pas qu’un candidat puisse le battre, malgré l’ambiance délétère dans le pays. De même, personne ne l’imaginait affronter avec succès le Général Mathieu Kérékou en 2006, malgré l’essoufflement général dans le pays.

Adrien Houngbédji fit certainement cette lecture, lorsque quelques mois seulement après son désistement en soutien au désistement de Nicéphore Soglo au second tour de l’élection présidentielle de 2001, il fit un spectaculaire numéro de girouette, en se reliant à la mouvance du Général. Il lança ainsi, dans la même position que Bruno Amoussou, la course au dauphinat. Une course dans laquelle il crut judicieux de s’aliéner le soutien du patron des renseignements.

Avouons que Patrice Hounsou-Guèdè était a priori une bonne prise pour Adrien Houngbédji. La démarche ne manquait donc pas de pertinence quand on sait le pouvoir de manipulation dont peuvent être capables les services de renseignement dans tous les pays du monde. Mais ici, Houngbédji traitait, en 2006, un sujet d’une rare complexité. Le sujet s’appelle Kérékou, capable de grimacer en suçant un cube de sucre, pour reprendre une expression de Bruno Amoussou.

Le limogeage spectaculaire de Patrice Hounsou-Guèdè apporta à Houngbédji la certitude que Kérékou ne voulait rouler pour personne. En tout cas, pas pour lui. Il ne lui restait donc qu’à faire face, seul, à son destin. Et surtout à prendre désormais au sérieux les intrigues du rancunier Albert Tévoédjrè, mais aussi l’activisme débridé de l’ex-flamboyant directeur général du port autonome de Cotonou, Issa Badarou-Soulé. L’une des têtes de turcs du tourbillon yayiste à Porto-Novo, et surtout principal organisateur du grand meeting prévu en ce onzième jour de campagne électorale, dans la cité de Tê-Angbanlin.

(✋À demain)

*Tibo*

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

21 juin 2018 par Dg24h


Ce que l’on cache aux révoltés de France et de Navarre


8 décembre 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Leurs dirigeants ne leur disent pas que si (...)
Lire la suite

Trois péchés rédhibitoires de tout Béninois


24 novembre 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Munies de leur licence et de leur master, nos (...)
Lire la suite

S’inspirer du très honorable Justin Trudeau pour innover en (...)


29 octobre 2018 par La Rédaction
Le Leader d’opinion Richard Boni Ouorou a rencontré le premier ministre (...)
Lire la suite

Comment l’utilisation des smartphones peut affecter la sante humaine (...)


7 septembre 2018 par Dg24h
Par Dr. Mehenou Amouzou L’Afrique a besoin de technologies pour (...)
Lire la suite

Les ambitions hégémoniques de Patrice Talon sur le Bénin


4 septembre 2018 par La Rédaction
Avec le récent vote de la loi sur le code électorale, Patrice Talon est (...)
Lire la suite

Pourquoi limiter à trois le nombre des partis politiques


1er septembre 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’opinion publique béninoise manifeste une vague (...)
Lire la suite

Assemblée nationale : Immunité déshonorable


26 juillet 2018 par Dg24h
Nos députés affectionnent le qualificatif ‘’honorable’’.Ce prédicat (...)
Lire la suite

La lettre ouverte de Richard Boni Ouorou qui indexe la justice


26 juillet 2018 par La Rédaction
Le politologue Richard Boni Ouorou dans l’une de ses récentes interview, (...)
Lire la suite

Politiciens ‘’WhatsApp’’ et référendum


19 juillet 2018 par Dg24h
Les spécialistes de la question nous avaient pourtant prévenus : le (...)
Lire la suite

MEMOIRE DE CHAUDRON 1 à 100


3 juillet 2018 par Dg24h
L’ancien Conseiller technique à la communication du président Boni Yayi, (...)
Lire la suite

La Révolution en « Rupture »


29 juin 2018 par Dg24h
L’événement mérite d’être souligné, tant il est une première... Après avoir (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 100


27 juin 2018 par Dg24h
À neuf heures ce samedi matin, j’étais au siège de campagne à Bar Tito. (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 97


24 juin 2018 par Dg24h
Mardi, douzième jour de campagne électorale. Une ambiance particulière (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 96


23 juin 2018 par Dg24h
Pour le plus grand malheur de Adrien Houngbédji, Albert Tévoédjrè, (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 95


22 juin 2018 par Dg24h
Il était dix heures environ, ce lundi, onzième jour de campagne (...)
Lire la suite

Le grand miracle de la Cour Holo


7 juin 2018 par Dg24h
Standing ovation donc pour Théodore Holo, président sortant de la Cour (...)
Lire la suite

L’euthanasie de la presse béninoise


6 juin 2018 par La Rédaction
La Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC) a (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 90


6 juin 2018 par Dg24h
L’agglomération de Tchaourou est le coeur administratif de la commune du (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information