lundi, 15 octobre 2018 •

104 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Mémoire du chaudron 82




Dans le cadre d’une élection présidentielle, il est judicieux de traiter le département de l’Atacora comme deux entités géopolitiques distinctes. Il y a l’Atacora-Est composée des communes de Kouandé, Ouassa et Péhunco. Cette zone, essentiellement bariba, répond à des codes et des symboles propres à toute la région bariba du septentrion. En face, il y a l’Atacora-Ouest rassemblant les communes montagneuse de Natitingou, Toukountouna, Tanguiéta, Matéri et Boukoumbé.

Malgré la très grande balkanisation ethno-linguistique qui caractérise cette région, les populations ici sont globalement considérées comme _"les gens de Kérékou"_. Ce type d’étiquetage, bien que facile, n’a jamais été mis en difficulté pendant toute la longue carrière politique du général Mathieu Kérékou.

Les rapports sociaux entre ces deux Atacora est loin d’être simple malgré les apparences ; Ceux de l’Est, pour des raisons liées à l’histoire, nourrissant un complexe de supériorité vis-à-vis de ceux de l’ouest appelées indistinctement _"somba"_. Et dans cette perception, le mot _"somba"_, ne désignant plus spécifiquement le locuteur _"ditamari"_, prend une consonance profondément péjorative. Si le long règne du général Mathieu Kérékou a rendu illisible cette ligne de césure, la perspective de son départ en 2006 posait un défi pour son successeur. Il s’agissait en effet de pouvoir flatter l’orgueil des bariba de l’Atacora - ouest qui prirent pendant longtemps pour un paradoxe, le fait de se faire diriger par le _"somba"_ Kérékou. Mais, il s’agit aussi dans le même temps de rassurer l’Atacora-ouest.

Un exercice que réussit Yayi qui, plaçant très ouvertement l’épicentre de sa candidature en milieu bariba, savait trouver les éléments de pénétration dans les autres groupes ethniques du septentrion. Et c’est dans l’Atacora-ouest que le rôle des églises évangéliques dans la conquête du pouvoir par Yayi se fera le plus visible.

Car, à l’origine de la mobilisation politique en faveur du président de la Banque ouest africaine de développement, dans l’Atacora, étaient les frères David et Michel Nahouan. L’aîné, David, était cadre des postes et le jeune frère, Michel, pendant cette épopée, était installé à Natitingou où il dirigeait l’agence pour le tourisme dans l’Atacora, après avoir longtemps servi comme journaliste à la station régionale de l’office de radiodiffusion et télévision du Bénin, à Parakou.

Ils avaient une parfaite connaissance du milieu évangélique, leur père ayant été très longuement le président national de l’église évangélique des Assemblées de Dieu du Bénin. Il faut préciser ici que l’Atacora-ouest fut la première porte d’entrée de cette communauté évangélique sur le territoire béninois, après avoir essaimé le Burkina - Faso. C’est donc une congrégation solidement installée dans cette partie du Bénin. Michel devint très vite l’éclaireur de Yayi dans la zone, alertant régulièrement sur les fêtes d’église à ne pas rater, les pasteurs à saluer, les leaders locaux de la communauté à entourer de soins et de prévenance.

Ainsi, Paulin Dossa, Albert mon frère aîné, Macaire Johnson et moi étions régulièrement sur les chemins escarpés de l’Atacora, sous la conduite de Michel Nahouan. Lorsque son programme le lui permettait, Yayi était physiquement présent. Je me rappelle encore ce voyage éprouvant que nous fîmes jusqu’à Boukoumbé, à l’occasion d’une fête de l’église locale des Assemblées de Dieu. Ce jour-là, nous faillîmes finir au fond d’un dangereux ravin où étaient perceptibles nombre d’épaves de voitures et même de camion. La route, en ce temps n’était pas bitumée et les pneus usées de la vieille _"Opel Vectra"_ de Paulin Dossa dans laquelle nous étions entassés, commença à patiner, en dérivant vers le vertigineux ravin. Ce fut un mémorable moment de frayeur dont nous reparlâmes longtemps après.

Yayi voulut profiter de son séjour à Boukoumbé ce jour-là pour faire une visite surprise à Cyr Kouagou alors directeur général de la communauté électrique du Bénin à Lomé et dont le nom circulait dans la région comme prétendant au fauteuil présidentiel. Ce fut en vain que nous tambourinâmes sur le lourd portail métallique de sa grosse résidence. Il n’était pas rentré pour le week-end, contrairement à ses habitudes. Yayi avait raté ce coup qu’il maîtrisait pourtant très bien.

L’église était la seule porte par laquelle nous pouvions rentrer dans cette partie du département de l’Atacora où tout semblait respirer Kérékou. Certes, le parti IPD de Théophile Nata s’alignait déjà tacitement derrière Yayi, à travers l’activisme de Francis da Silva. Adolphe Biaou, président de l’UNSD, nous témoignait beaucoup de sympathie chaque fois qu’il nous recevait dans son orphelinat, au nord de Natitingou, mais aucune structure politique n’osait encore ouvertement s’afficher derrière Yayi dans cette région du pays.

Les choses, bien entendu, évoluèrent plus tard avec le calendrier électoral et les clarifications se firent au sein du personnel politique du département qui pencha très largement en faveur de Yayi. Les points de résistance furent, à Kouandé, le magistrat Amouda Razaki, à Cobly, Domitien N’ouémou, à Boukoumbé, Cyr Kouagou, à Matéri, Barthélémy kassa qui était directeur de campagne de Daniel Tawéma, et toujours à Matéri, le ministre de l’artisanat et du tourisme Antoine Dayori qui se porta également candidat.

En face, les têtes de pont les plus visibles du yayisme furent, à Kouandé, l’ancien directeur général de la Sonapra, Abdoulaye Toko, à Péhunco, le maire Victor Dangnon, à Leroy, le maire, madame Dafia et à l’ouest du département, la fratrie Nahouan, Emmanuel Tiando, le général de police Nda, l’ancien directeur général de la caisse autonome d’amortissement, Pedro Ibrahim, Théophile Nata, Adolphe Biaou, Éric Ndah à Boukoumbé et j’en oublie.

En ce mercredi, sixième jour de campagne électorale, l’Atacora-ouest vibra comme s’il recevait à nouveau le fils du terroir, le général Mathieu Kérékou. Ce fut une célébration hystérique et presque mystique du yayisme naissant. Malgré le retard considérable que nous accusions parfois, les populations attendaient, sous le soleil, ventre vide. Ce fut par exemple le cas à Toukountouna où les populations attendirent jusqu’au crépuscule pour un meeting prévu pour 9h du matin et malgré les manœuvres de démobilisation entreprises par certains élus locaux.

Je me rappelle également du long atermoiement que nous eûmes avant le meeting de Matéri. Des informations très rassurantes faisaient état de risque d’agression sur notre candidat. C’était en effet chez deux candidats rivaux, Antoine Dayori et Daniel Tawéma coaché par le député Fard - Alafia, Barthélémy Kassa. Pendant un moment, l’annulation du meeting fut envisagé. Mais finalement, un dispositif sécuritaire fut mis en place de toutes pièces par le général Nda pour l’entrée dans Matéri. À notre grande surprise, la mobilisation était maximale malgré les messages contradictoires que recevait la foule.

Quand nous retournâmes au stade municipal de Natitingou pour le grand meeting, il faisait déjà nuit. Mais, les populations rassemblées depuis 14h attendaient avec abnégation. Le meeting hélas sera écourté. Des bruits de présence des huissiers commis pour constater la violation de l’heure règlementaire de campagne obligea Yayi à tout arrêter à quelques minutes de minuit. Le cortège repartit aussitôt de Natitingou. Il passera la nuit dans la zone bariba où il enchaînera une série de meeting demain jeudi.

Quant à moi, je passai la nuit à Natitingou avec Macaire Johnson. Nous n’avions pas d’autres solutions. Demain, nous devons faire un aller-retour sur Cotonou avec les supports vidéos et les photos de 4 jours de campagne. Nous avons prévu partir de Natitingou au petit matin, de manière à pouvoir reprendre aussitôt le chemin du nord, une fois que nous aurons déposer les supports au Novotel.

(✋À demain)

*Tibo*

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

29 mai 2018 par Dg24h


Quelles sont les liens entre : démocratie, État de droit et élections (...)


14 octobre 2018 par La Rédaction
Tout État de droit est-il démocratique, de quoi se nourrit le (...)
Lire la suite

La justice poursuit-elle réellement les innocents ?


11 octobre 2018 par Dg24h
Un innocent selon le dictionnaire est une personne qui n’est pas (...)
Lire la suite

Comment l’utilisation des smartphones peut affecter la sante humaine (...)


7 septembre 2018 par Dg24h
Par Dr. Mehenou Amouzou L’Afrique a besoin de technologies pour (...)
Lire la suite

Alfred de Vigny au service du Bénin


12 août 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Une famille béninoise plus que modeste dans le (...)
Lire la suite

Quelle justice pour les Béninois ?


4 août 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’expérience vécue – et non subie – atteste que (...)
Lire la suite

Assemblée nationale : Immunité déshonorable


26 juillet 2018 par Dg24h
Nos députés affectionnent le qualificatif ‘’honorable’’.Ce prédicat (...)
Lire la suite

Articles 15 et 31 de notre Constitution


7 juillet 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Une compilation d’Afize Adamon, réalisée à (...)
Lire la suite

La Constitution béninoise : un mal…bénin


4 juillet 2018 par Dg24h
Réunis en session plénière le lundi 04 juin 2018, les députés ont adopté (...)
Lire la suite

MEMOIRE DE CHAUDRON 1 à 100


3 juillet 2018 par Dg24h
L’ancien Conseiller technique à la communication du président Boni Yayi, (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 99


26 juin 2018 par Dg24h
Si le département de l’Atlantique a, de tous les temps, suscité (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 98


25 juin 2018 par Dg24h
J’arrivais à peine au passage à niveau de Houéyiho lorsque mon téléphone (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 97


24 juin 2018 par Dg24h
Mardi, douzième jour de campagne électorale. Une ambiance particulière (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 92


19 juin 2018 par Dg24h
Nous prîmes finalement la route du Mono vers 13 heures. Nous comptions, (...)
Lire la suite

Lettre ouverte aux Directeurs des entreprises de Téléphonie Mobile au (...)


18 juin 2018 par Dg24h
Messieurs les Directeurs Généraux des entreprises de téléphonie mobile au (...)
Lire la suite

Cour Constitutionnelle : ‘’djogbé’’ à Joseph


15 juin 2018 par Dg24h
Joseph Djogbénou devient donc le cinquième Président de notre Cour (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 89


5 juin 2018 par Dg24h
Yayi Boni naît à Tchaourou au début des années 50. Quatrième garçon de son (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 88


4 juin 2018 par Dg24h
Principal centre urbain du septentrion, la ville de Parakou offre un (...)
Lire la suite

Où allons-nous, fascinés par la mort ?


2 juin 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Selon Aimé Césaire, sur ‘‘le plus petit canton de (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information