jeudi, 22 août 2019 •

435 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Mémoire du chaudron 53




Dans la précipitation et un brin d’agacement, la voiture de Ahmed Akobi fut lancée pour faire un convoi avec celle de Yayi qu’elle ne rattrapa qu’au niveau du stade de l’Amitié de Kouhounou, actuel stade Général Mathieu Kérékou. Personnellement, ce voyage de nuit ne me posait qu’un problème de sécurité. Pas une crainte d’accident de la route.

J’avais déjà vu s’exprimer le génie du vieux chauffeur Tankpinou dans tellement de situations que j’avais fini par me convaincre qu’avec lui au volant, on pouvait fermer les yeux à Cotonou et ne les rouvrir qu’à Tchaourou. Je savais aussi que parfois, il lui arrivait de céder à la pression de Yayi qui, quand il ne sommeillait pas, contrôlait régulièrement, depuis la banquette arrière, le cadran de vitesse de la voiture, exigeant toujours un peu plus de vitesse. Je retiens à ce sujet une scène mémorable dans laquelle nous aurions pu sans doute laisser nos vies si quelqu’un dans la voiture n’était pas appelé à être forcément président de la République.

Nous étions en partance pour Adja-Ouèrè, dans le département du Plateau, où Yayi allait régulièrement parler avec Séfou Fagbohoun, dans l’espoir d’un hypothétique soutien politique. Alors que je passais fortuitement à Cadjèhoun, il m’invita à monter dans la voiture et à l’accompagner à Adja-Ouèrè. C’était, si mes souvenirs sont bons, la dernière fois qu’il s’y rendait pour le compte de cette drague politique préélectorale.

Nous étions en fin 2005. Je savais, par le compte-rendu qu’il faisait de ses tentatives antérieures, que les deux passaient généralement le temps à tourner autour du pot. Il n’était sans doute pas raisonnable d’espérer un soutien du Madep au premier tour du scrutin, alors que Antoine Idji Kolawolé, président de l’Assemblée nationale et deuxième personnalité de l’État, rêvait intensément de la présidence de la République.

Mais n’empêche, Yayi se rendait quand-même, faire son exercice favori de courbettes, de génuflexions et de périphrases chez le leader politique holli qui avait mis un terme à l’hégémonie de Adrien Houngbédji dans le Plateau. Évidemment, Yayi en ressortait bredouille et frustré. Cela ne lui enlevait cependant pas la force de la persévérance.

Nous étions donc sur la route, roulant vers le département du Plateau. Le garde du corps, Yakoubou, pour une raison dont je n’ai plus souvenance, n’était pas du voyage. J’étais assis à côté de Yayi, sur la banquette arrière de cette Mercedes qui m’était si familière. De Cadjèhoun jusqu’à la sortie nord de Porto-Novo, nous roulâmes à petite vitesse, contraints à cela par l’état d’encombrement du trafic.

Mais après Ouando, la chaussée, bien que crevassée par endroits, s’étalait de plus en plus devant nous. Nous nous retrouvâmes bientôt derrière un camion-remorque qui, sur plusieurs kilomètres, nous imposait freinages et accélérations à son rythme.

À un moment, Yayi s’agaça et demanda à Tankpinou d’engager un dépassement. Le chauffeur balança alors le volant et tenta un déboitement. Mais il dut rapliquer aussitôt. Un camion venait en sens opposé.

Nous patientâmes alors derrière notre camion, ralentissant, zigzaguant , freinant brusquement devant un nid-de-poule que nous ne pouvions voir de loin. Tout cela dura un temps qui nous parut une éternité. Yayi, dans la voiture, multipliait les jurons. Le vieux chauffeur, certainement sous cette pression, tenta un nouveau déboitement en basculant le volant sur la gauche. Mais cette fois-ci, il ne rappliqua pas et lança résolument le processus de dépassement.

C’est alors que nous vîmes surgir au loin, droit en face de nous, un autre camion. Le chauffeur insista et sollicita, d’un coup de pied sec sur l’accélérateur, toute la puissance de la Mercedes. Le problème est que ce camion que nous essayions de dépasser et qui, jusque-là, semblait aller à une vitesse de tortue, retrouva soudain toute sa vigueur et, au lieu de ralentir conformément aux règles du code de la route, pour faciliter notre reemboitement après le dépassement, essayait maintenant de nous défier.

En face de nous, le second camion qui paraissait si lointain, n’était plus qu’à une cinquantaine de mètres de nous. La mort droit dans les yeux ! Tout se passa en une fraction de seconde. Tankpinou eut juste un trou d’aiguille pour opérer son insertion devant ce camion qui faisait son maximum pour nous rendre le dépassement impossible. La violent effet de souffle du camion qui venait en face de nous, secoua si violemment notre voiture que, pour la première fois, j’eus une perception très imagée de l’expression "souffle de la mort".

"Tankpinou, tu n’avais pas vu le camion ?" se contenta juste de lancer mollement Yayi, avant de passer rapidement à un autre sujet. Nous avions bel et bien échappé à la mort. Une fois sur le parking de la résidence de Séfou Fagbohoun à Adja-Ouèrè, le chauffeur Tankpinou et moi reparlâmes longuement de ce que nous venions de vivre, pendant que Yayi et son hôte s’étaient retirés dans le grand bâtiment pour discuter.

Je compris, à travers nos échanges, que Tankpinou en avait vu d’autres. Des crevaisons de pneu alors qu’il roulait à 190 kilomètres à l’heure, des rétroviseurs violemment arrachés par des dépassements trop millimétrés et beaucoup d’autres faits d’arme qui donnaient la chair de poule.

Mais le "chrétien céleste" qu’était Tankpinou croyait sans doute à l’assistance d’une escouade d’anges, chaque fois qu’il prenait le volant, et il ne devait pas manquer de "visionnaire woli" quelque part, dans une des innombrables assemblées du christianisme céleste, pour lui "voir les choses ". De toute façon, il m’était souvent arrivé de penser que ce profil supplémentaire du chauffeur pesait lourdement en faveur de la fidélité et de la loyauté que Yayi lui témoignait.

Car, avec du recul, et s’il m’était demandé de dire l’église de coeur de celui qui présida aux destinées du Bénin pendant une décennie, je répondrai avec certitude, assurance et sans stigmatisation aucune : Yayi est du christianisme céleste. Cela n’a jamais été apparent.

Mais telle est ma conviction, qu’illustreront la facilité et l’audace avec lesquelles un réseau d’escrocs installa au vu et au su de l’État, la douloureuse affaire ICC-Service, dont beaucoup de Béninois portent encore les cicatrices. Mais nous n’y sommes pas encore...

C’est donc à la latitude de Kouhounou que la voiture "4fois4 Land Cruiser" de Yayi fut ratrappée et contrainte à un convoi, quoique minimal.

Dès le lendemain, les premiers échos de ce voyage nous parvinrent et nous mirent tous immédiatement d’accord. Yayi avait été bien inspiré de se dérober à tout l’appareillage politico-bureaucratique qui s’emparait déjà progressivement de lui, pour aller voir de ses propres yeux le déroulement des opérations d’inscription sur les listes électorales dans les départements du septentrion.

Et le moins que l’on puisse dire est qu’il faut parfois aveuglément suivre le flair et les intuitions du chef, simplement parce que vous n’opérez pas toujours dans la même dimension sur certains sujets.

La situation était catastrophique dans le nord. C’était à la limite du sabotage...!

(✋🏾À demain)

*Tibo*

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

4 avril 2018 par Dg24h


Soutenir plus que jamais les femmes de science en Afrique


20 août 2019 par Dg24h
Si le développement économique et la croissance démographique du (...)
Lire la suite

Vérité évolutive de l’oracle FA et de toutes divinités


17 août 2019 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​En 1936, dans l’introduction à son ouvrage (...)
Lire la suite

Une nouvelle Fédération en Afrique de l’Ouest pour une vraie indépendance (...)


1er août 2019 par Dg24h
Cotonou, le 1er août 2019, Un projet ambitieux mais nécessaire Le (...)
Lire la suite

Justice avant amnistie


1er juin 2019 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​‘‘Selon que vous serez puissant ou misérable / (...)
Lire la suite

‘‘Naissance d’un nouvel idéal’’ au Bénin


25 mai 2019 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Jolie formule émanée du Chef de l’Etat dans son (...)
Lire la suite

Drôle de choix : faire prospérer ou périr le Bénin


18 mai 2019 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) Kilibo, 26 février : tirs à balles réelles par (...)
Lire la suite

Pour un parlement en rupture avec le passé


13 avril 2019 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) Le Bénin se souvient du cri échappé en pleine (...)
Lire la suite

Une invraisemblable affabulation transformée en information...


4 avril 2019 par Dg24h
L’intronisation à la Cour Royale d’Abomey de Maixent Accrombessi en (...)
Lire la suite

Ce qu’il faut dire à Talon


9 mars 2019 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Et c’est toi que nous chargeons d’aller ‘‘lui (...)
Lire la suite

Simon Sovissi opine sur la taxe pour le sport


29 décembre 2018 par Dg24h
En instituant une taxe sur les grandes entreprises pour le financement (...)
Lire la suite

Ce que l’on cache aux révoltés de France et de Navarre


8 décembre 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Leurs dirigeants ne leur disent pas que si (...)
Lire la suite

Trois péchés rédhibitoires de tout Béninois


24 novembre 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Munies de leur licence et de leur master, nos (...)
Lire la suite

La justice poursuit-elle réellement les innocents ?


11 octobre 2018 par Dg24h
Un innocent selon le dictionnaire est une personne qui n’est pas (...)
Lire la suite

Comment l’utilisation des smartphones peut affecter la sante humaine (...)


7 septembre 2018 par Dg24h
Par Dr. Mehenou Amouzou L’Afrique a besoin de technologies pour (...)
Lire la suite

Les ambitions hégémoniques de Patrice Talon sur le Bénin


4 septembre 2018 par La Rédaction
Avec le récent vote de la loi sur le code électorale, Patrice Talon est (...)
Lire la suite

Quelle justice pour les Béninois ?


4 août 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’expérience vécue – et non subie – atteste que (...)
Lire la suite

Assemblée nationale : Immunité déshonorable


26 juillet 2018 par Dg24h
Nos députés affectionnent le qualificatif ‘’honorable’’.Ce prédicat (...)
Lire la suite

La lettre ouverte de Richard Boni Ouorou qui indexe la justice


26 juillet 2018 par La Rédaction
Le politologue Richard Boni Ouorou dans l’une de ses récentes interview, (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information