lundi, 24 juillet 2017 •

157 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Après la dissolution de leur entreprise

Les travailleurs de Bénin Telecoms Sa protestent toujours




Les travailleurs de Bénin Télécoms Sa ont observé ce jeudi 13 juillet 2017 un sit-in au ministère de l’économie numérique et de la communication pour protester contre les mesures prises par le Conseil des Ministres en date du 21 juin 2017 portant sur le plan de restructuration de Libercom SA, de Bénin Télécoms Services SA et de Bénin Télécoms Infrastructures SA.

Voici leur motion de protestation

MOTION DE PROTESTATION AU SIT-IN DES TRAVAILLEURS DE BENIN TELECOMS SA

Madame la ministre,

Les travailleurs, par la présente motion, se prononcent sur les mesures prises par le Conseil des Ministres en date du 21 juin 2017 portant sur le plan de restructuration de Libercom SA, de Bénin Télécoms Services SA et de Bénin Télécoms Infrastructures SA.

Considérant ces mesures prises rappelées comme suit :

- la dissolution anticipée de Libercom SA,
- la dissolution anticipée de Bénin Télécoms Infrastructures SA avec le transfert d’actifs sains vers une société de patrimoine publique,
- le transfert des infrastructures de téléphonie fixe de Bénin Télécoms Services vers la société de patrimoine Publique,
- la sélection d’un partenaire pour la gestion commerciale et la maintenance des équipements transférés à la société de patrimoine,
- la sélection d’un partenaire pour une gestion de type privé de Bénin Télécoms Services.
Considérant que le lundi 03 juillet, messieurs Djalil ASSOUMA, Serge KOUDJO et Serge ADJOVI respectivement Directeur Général de Bénin Télécoms Infrastructures SA, Secrétaire Général du MENC et Directeur de l’Agence du Numérique ont animé une conférence de presse au cours de laquelle ils justifiaient le bien-fondé de la réforme notamment par les contre-performances des entreprises concernées.

Considérant que les travailleurs se posent donc la question de savoir : Qui nomme les dirigeants de ces sociétés ?

Considérant que Monsieur Djalil ASSOUMA, qui ose bomber le torse pour parler de mauvaise performance de l’entreprise qu’il a gérée pendant plus de 3 ans, devrait, dans les pays qui se respectent, être derrière les barreaux. Mais, en dépit de sa mauvaise gestion notoire de BTI SA, il a été maintenu à la tête de ladite société par le Gouvernement dit de la Rupture et du Nouveau Départ.

Considérant que la dernière mission de vérification conduite par le Bureau d’Analyse et d’Investigation de la Présidence de la République, suite à une dénonciation du Syndicat Libre des Travailleurs de Bénin Télécoms SA (SYLTRA-BT) a confirmé la mauvaise gestion du DG ASSOUMA en mettant à sa charge les actes ci-après :

- Paiement irrégulier de douze milliards (12 000 000 000) FCFA comme avance de démarrage du Projet de Développement des Infrastructures des Télécommunications et des TIC (PDITT) ;
- Interdiction, à la structure en charge de l’audit interne, d’auditer les bons de commande ;
- Non respect du cahier de charges du partenaire MGI TELCOM AG dans le cadre de l’équipement du nouveau Centre de Transit International ; les réceptions techniques provisoires et définitives des équipements installés n’ont jamais été faites ;
- Détournement des tickets-valeurs du pool de véhicules de la Direction Générale ;
- Détournement du budget de communication (des prestations non justifiées sont payées) ;
- Equipement du bureau de l’ex-DGA non conforme aux procédures en vigueur ;
- Plus de 29 millions de FCFA décaissés illégalement (prime spéciale de fin d’année, commissions, …) et partagés entre les membres du conseil d’administration et les cadres de l’entreprise ;
- Dépenses fantaisistes en ce qui concerne le réaménagement du POP de Ganhi qui a coûté plus de 165 millions de FCFA. Les travaux ont été saucissonnés pour éviter les seuils des marchés publics avec constitution du délit de copie ;
- Dilapidation de quarante et un (41) millions de FCFA pour la rénovation de la Rédaction villa de résidence du DG ;
- Népotisme dans le processus d’achat (PRMP, CCMP même si le BAI s’emble ne pas détenir des éléments).
Considérant que ladite mission ne portait pas sur un audit complet de la gestion de monsieur Djalil ASSOUMA comme l’avait suggéré le SYLTRA-BT mais uniquement sur les dénonciations faites.

Considérant que ce cas, qui n’est pas le seul, illustre à merveille qu’il s’agit d’une stratégie planifiée sur le dos des travailleurs visant à dilapider les ressources de l’entreprise pour finir par la liquider en dépit des nombreuses plaintes des travailleurs. Nous pouvons vous tenir copies des diverses dénonciations du SYLTRA-BT.

Considérant que le DG ASSOUMA a délibérément délaissé certains actes de gestion du personnel, notamment le versement des cotisations à la CNSS, les reclassements et avancements…

Considérant que Monsieur Djalil ASSOUMA et certains de ses prédécesseurs ont agi comme des prévaricateurs et ont échoué en causant d’énormes préjudices à la Nation. Ces fils de la République ainsi que leurs mandants d’hier ont failli, au regard de la situation de faillite dans laquelle se trouvent nos entreprises. Le peuple béninois, le seul vrai propriétaire de ces entreprises demande des comptes et exige l’exploitation judicieuse des rapports d’audit ou de gestion desdites entreprises à cette fin.

Considérant que la mauvaise gestion des dirigeants de ces sociétés n’est pas la seule cause de la situation de ces dernières. Les raisons sont multiples, mais nous nous intéressons ici à celles qui font l’unanimité au niveau du propriétaire, des travailleurs, des clients, des fournisseurs et autres partenaires desdites entreprises. Il s’agit de :
• l’ouverture du secteur des télécommunications au privé sans une bonne régulation et une clarification du rôle de l’opérateur historique comme ce fut le cas au Sénégal ;
• pratiques vicieuses de l’Administration publique empêchant BÉNIN TÉLÉCOMS SA de moderniser ses réseaux afin de répondre efficacement aux attentes de ses nombreux clients patriotiquement fidèles. Ils sont encore très nombreux, ces béninois, prêts à s’abonner à un opérateur national, à condition que le service soit simplement satisfaisant. Mais, des ministres béninois de télécommunications en ont décidé autrement, en prenant des actions dans des entreprises privées concurrentes - des Cadres de nos institutions de réglementation et de régulation du secteur ont aussi servi les intérêts d’opérateurs privés, des Cadres de nos différentes administrations, notamment des Finances, du Plan et des Décideurs au sommet de l’Etat n’ont pas pu jusqu’à présent réaliser ce vœu des béninois. Celui de consommer “un service télécom de qualité offert par un opérateur national”.

Considérant, Mesdames et messieurs, que de tout temps, les pauvres travailleurs accomplissent leurs tâches, souvent sans moyens adéquats, dans la défiance même pour ceux qui osent dire ce qui ne va pas ; des fois, avec le mépris de leurs Dirigeants. Malheureusement, c’est en majorité ces travailleurs qui font les frais de la mauvaise gestion de leurs dirigeants que le politique leur a imposés et protégés jusqu’à présent.

Considérant que les travailleurs ne sont pas hostiles à la réforme, contrairement à ce que ceux qui y ont intérêt vous font croire. Mais contre une réforme qui les exclut.

Considérant que le processus de restructuration aboutirait vite et bien, si le gouvernement adopte une approche participative qui implique aussi les travailleurs. Ceci aidera le gouvernement à avoir des informations de plusieurs sources dont l’analyse serait plus pertinente et fiable. Cette démarche aura aussi l’avantage d’apaiser le processus. Il n’est pas bon que l’on vous pousse à violer la loi portant Code du Travail en vigueur, qui prescrit en cas de restructuration la négociation entre l’employeur et les travailleurs. Nous promettons au Gouvernement qu’avec les travailleurs, la restructuration connaîtra plus de succès, parce que, au-delà des aspects sociaux, les travailleurs fourniront, non seulement des informations utiles sur le vrai patrimoine desdites entreprises, mais aussi vous proposerons des stratégies de collaboration avec le privé compte tenu de leurs expériences dans le métier.

Considérant que le Gouvernement ne tient pas compte des préoccupations des travailleurs dans le processus de restructuration engagé jusque-là.

C’est au vu de toutes ces considérations que les travailleurs de BTSA réunis en Assemblée Générale dénoncent avec la dernière vigueur les mesures prises par le Conseil des Ministres en date du 21 juin 2017 et exigent :

- La révocation du DG Djalil ASSOUMA ;
- Un audit externe et immédiat du projet P2I2T afin que nul n’en ignore, car il y a suffisamment d’écarts négatifs à la fois techniques, administratifs… qui risquent de compromettre les résultats attendus. Vous mesurez donc la gravité de la déception de toutes les parties prenantes de ce Projet, si dans les mois à venir, ces écarts au sujet desquels nous donnons l’alerte maintenant, se révèlent être les causes des prochaines coupures intempestives de la fibre et d’autres désagréments des clients. Nous le disons urbi et orbi, afin que nul n’en ignore.
- L’arrêt du plan de restructuration proposé unilatéralement par le Gouvernement ; et l’écoute et la prise en compte des propositions des travailleurs dans le cadre de la restructuration des entreprises Libercom, BTS et BTI.
- La réunification de Bénin Télécoms SA ;
- La gérance libre de l’entreprise par les travailleurs sous la supervision du Gouvernement avec un contrat de programme à la clé. En effet, nous ne pensons pas irrécupérables ces entreprises que le Gouvernement estime finies au point de décider de leur dissolution. Les Travailleurs, forts de leurs expériences du métier, sont prêts à relever ces entreprises de la ruine dans l’intérêt supérieur de la Nation toute entière.

Vive Bénin Télécoms SA réunifiée dans la rupture pour le nouveau départ !

Vive l’émergence de l’économie numérique dans le Bénin révélé !

Je vous remercie.

Cotonou, le 13 juillet 2017

Les participants

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

14 juillet 2017 par Dg24h



Meurtre de Mgr Benoit Bala : au Nom de la Vérité

24 juillet 2017 par Dg24h
Qui a tué ou assassiné Mgr Benoît Bala, évêque de Bafia ? C’est la grosse (...)
Lire la suite

Cotonou accueille un Forum régional des acteurs clés de la (...)

23 juillet 2017 par Dg24h
Les acteurs clés intervenant dans la transformation des produits (...)
Lire la suite

Un mort retrouvé au marché central de Natitingou

23 juillet 2017 par Dg24h
Le corps sans vie d’un homme a été découvert ce samedi au marché central (...)
Lire la suite

Les ACE désormais affiliés au FNRB

22 juillet 2017 par Dg24h
Les Agents contractuels de l’Etat (ACE) sont désormais affiliés au Fond (...)
Lire la suite

Une vingtaine d’enfants hospitalisée par jour à Natitingou

22 juillet 2017 par Dg24h
Le service de la pédiatrie de l’hôpital de zone de Natitingou est débordé (...)
Lire la suite

« La confiance numérique » au cœur d’un forum à Cotonou

22 juillet 2017 par Dg24h
La 6ème édition du Forum de la gouvernance de l’Internet au Bénin (Fgib) (...)
Lire la suite

Mon Compte


Vous n'avez pas encore de compte ?

Créer un compte

Articles PREMIUM

ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires