dimanche, 24 février 2019 •

60 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Abrogation du décret sur la Taxation Internet

Les consommateurs apprécient la démarche de Patrice Talon




Le gouvernement a annulé, ce samedi 22 septembre 2018, le décret N° 2018-341 du 25 juillet 2018 relatif à la contribution sur la consommation des services de communication électronique fournis par les réseaux ouverts au public. Après cette décision et le retour sur les anciens tarifs, les citoyens béninois se prononcent sur la démarche du président Patrice Talon.
La décision d’abrogation du décret sur la taxation internet prise par le gouvernement avec les acteurs du secteur vient alléger la peine des utilisateurs des réseaux sociaux, qui depuis le lundi 19 septembre 2018, se plaignent de l’entrée en vigueur d’un plan tarifaire exorbitant.
« J’apprécie la promptitude avec laquelle le Chef de l’Etat a vite résolu cette affaire. Pour moi, c’est qu’il n’allait même pas entendre nos cris. Quand j’ai appris qu’il y a une rencontre avec les opérateurs GSM pour discuter du sujet, moi je n’ai pas cru. Mais je me suis rendu compte que c’était vrai. Merci à Patrice Talon d’être à l’écoute de son peuple », a affirmé Geoffroy Béhanzin, gérant d’un cyber café à Cotonou.
« J’ai été très émue de constater le retour sur les anciens tarifs des opérateurs GSM. C’est à travers les réseaux sociaux que je fais la promotion de mes articles à vendre. Et cela me rapporte beaucoup plus. Je ne peux que remercier le président Patrice Talon », a signalé Josiane Houngbo, commerçante de friperie à Cotonou.
Japhet Akotonou, étudiant en comptabilité, soutient que : « L’abrogation du décret sur la taxation internet est une bonne chose dans la mesure où le gouvernement encourt un grand risque compte tenu de la sécurité et la sûreté de l’Etat, puisque les Béninois se tournent vers l’application VPN. De plus, les opérateurs GSM vont perdre leurs chiffres d’affaires ».
« Pour qu’un pays émerge, il faut que l’internet soit accessible à tout le monde, car ce secteur est primordial. Au Bénin, nous n’avons pas encore une bonne connexion internet et l’Etat a bien fait de revenir sur sa décision en annulant ce décret. Ça rend l’internet accessible à toute la population et facilite la communication », a confié Bedel Adjakotan, agent commercial d’un opérateur GSM. 
Pour le géographe Hervé Tognité, le gouvernement a fait preuve de leadership. « Il a pris ses responsabilités en rencontrant tôt les opérateurs GSM pour annuler le décret. Le gouvernement Talon pouvait rester muet et foncer dur malgré tout ce que ça pourrait leur coûté », a-t-il déclaré. Toutefois, ce dernier déplore le fait que tous les contours de ce décret n’ont pas été analysés par le gouvernement avant sa mise en application. « Il n’y a pas eu une analyse pure avant la sortie de ce décret puisque le ministre de l’économie, lors d’une conférence, avait soutenu cette décision. Il fait partie du gouvernement et je suppose que c’est au nom du gouvernement qu’il a parlé », a-t-il ajouté.
Selon Elysée Kpakpo, étudiant en transport et logistique, c’est déjà un pas pour l’Etat qui pensait bien faire en activant cette loi sur les taxes internet. « Ce qui m’intriguait dans le projet de développement du président Talon, on pouvait bien lire qu’il avait prévu promouvoir la télécommunication, rendre ce secteur plus vivant. Les réseaux sociaux constituent un moteur pour cette communication dont nous parlons. Rendre l’internet plus cher s’avère à tuer la communication en réseaux car force est de constater que la masse a cessé ses activités journalières », a-t-il déploré. Pour cet étudiant, les agences de communication ont certainement perdu dans cette affaire et l’abrogation de ce décret prouve que l’Etat est à l’écoute de son peuple.
« L’initiative était déjà une méchanceté en soi, alors l’abrogation ne peut qu’être la bienvenue. Le gouvernement est tombé dans son propre filet. Il n’a plus d’autre choix que d’abroger ce décret. Vous constatez avec moi, actuellement nous avons une connexion de tortue. Qu’est-ce qu’il veut au juste et à la fin ? », a souligné l’informaticien Mohamed Souberou.
Un citoyen qui a requis l’anonymat déplore les raisons qui ont amené le gouvernement à prendre ce décret. « Moi, j’ai plutôt mal. Mal parce que je constate que les décisions qui sont prises ne sont pas pensées. D’abord, quand on voit les motifs, l’essence même qui a suscité la prise d’un tel décret c’est à vrai dire anti-démocratique. Mieux encore en quelques jours, on décide de revenir sur sa parole. Quand on lance les décisions et qu’on constate que ce n’est pas possible d’avancer, on décide de faire un retour en arrière. C’est vraiment dommage ! ».
Pour Landry Kpossa, le gouvernement a bien fait de revenir sur sa décision. « L’internet est un outil de travail indispensable, mieux les réseaux sociaux permettent de faire des affaires. Nous ne pouvons que remercie le Chef de l’Etat. Mais dorénavant, je convie le gouvernement à prendre des décisions qui arrangeraient tout le monde ».
Le décret querellé avait fixé à 5% du prix hors taxe du service pour tous les services SMS et internet et à 5 FCFA hors taxe par mégaoctet dans le cas de l’accès à internet utilisé pour fournir un service par contournement (plateforme OTT) ou un contournement (plateforme OTT) ou une plateforme de réseau social.
Ce décret entré en vigueur le lundi 19 septembre 2018, a été abrogé par le gouvernement à la suite d’une rencontre du chef de l’État avec les membres du gouvernement, les opérateurs GSM et l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (ARCEP).
Un comité sera mis en place pour définir entre autres les mesures appropriées aux fins de mettre en cohérence le système de tarification du secteur avec les nouveaux usages et technologies numériques.
Akpédjé AYOSSO (Stag.)

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

25 septembre 2018 par Dg24h


Des heures supplémentaires à la direction des impôts


23 février 2019 par Dg24h
Le directeur général adjoint des impôts, Justin Agbikossi dans une (...)
Lire la suite

L’Unamab dénonce une violation des principes d’égalité des citoyens


23 février 2019 par Dg24h
Les députés ont adopté ce jeudi 21 février 2019, la loi n°2019-12 (...)
Lire la suite

Des dizaines de morts et des blessés graves ce samedi matin


23 février 2019 par Dg24h
Un grave accident s’est produit ce samedi matin à Gabaka, dans la (...)
Lire la suite

Wadagni mobilise les investisseurs norvégiens


22 février 2019 par Dg24h
Le ministre de l’économie et des finances, Romuald Wadagni effectue (...)
Lire la suite

Le fonctionnaire répondra civilement de ses actes


22 février 2019 par Dg24h
L’Etat n’est plus civilement responsable devant la justice des (...)
Lire la suite

Les juges peuvent exercer jusqu’à 65 ans


22 février 2019 par Dg24h
Les députés ont adopté ce jeudi 21 février 2019, la loi n°2019-12 (...)
Lire la suite

Un homme brûlé vif à Aplahoué


22 février 2019 par Dg24h
Le corps sans vie d’un homme brûlé vif dont les circonstances ne sont pas (...)
Lire la suite

Mtn Bénin lance le programme « Mtn Sales Academy »


21 février 2019 par La Rédaction
Le réseau de téléphonie mobile, MTN Bénin a lancé officiellement son (...)
Lire la suite

Les engins à deux et trois roues interdits de transporter les produits (...)


21 février 2019 par Dg24h
Au cours de la Conférence administrative départementale (CAD), de (...)
Lire la suite

Un camion d’essence occasionne 01 mort et 07 blessés


21 février 2019 par La Rédaction
L’essence frelatée communément appelée « Kpayo » continue de dicter sa loi (...)
Lire la suite

Bio Tchané lance la 1ère édition du Saga à Cotonou


21 février 2019 par Dg24h
Le ministre d’Etat chargé du Plan et du développement, Abdoulaye Bio (...)
Lire la suite

Des offres de formation pour l’environnement et le développement durable (...)


21 février 2019 par Dg24h
Le Centre africain de recherche scientifique et de formation (CRES), (...)
Lire la suite

Des greffiers dans le collimateur de la justice


20 février 2019 par Dg24h
Les membres du gouvernement réunis en session ordinaire du Conseil des (...)
Lire la suite

Les familles des victimes assistées


20 février 2019 par Dg24h
Suite au chavirement d’une barque sur le fleuve Niger, il y a une (...)
Lire la suite

Toboula et 8 autres inculpés en prison à Missérété


20 février 2019 par Dg24h
L’ex préfet du Littoral Modeste Toboula et 8 autres inculpés viennent (...)
Lire la suite

Toboula et Dassigli relevés de leurs fonctions relevés


20 février 2019 par Dg24h
Le préfet du Littoral Modeste Toboula et le ministre chargé de la (...)
Lire la suite

Modeste Toboula en garde à vue


20 février 2019 par Dg24h
Le préfet du Littoral a passé hier sa première nuit dans les locaux de (...)
Lire la suite

Le Conseil national d’aménagement du territoire installé


19 février 2019 par Dg24h
Le ministre du cadre de vie et du développement durable, José Didier (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information