mercredi, 18 juillet 2018 •

93 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Les clarifications de Me Jacques Migan sur la polémique suscitée par la récente décision de la Cour Constitutionnelle




Par décision Dcc 17-251 en date du 05 Décembre 2017, la Cour Constitutionnelle a déclaré que le « relevé du Conseil des ministres du 28 juin 2017, en son point 2.6.3 portant “Mission d’audit organisationnel, technique et financier de la filière coton au Bénin …” » est contraire à la constitution. Cette décision a été diversement apprécié. C’est ce qui justifie les clarifications du bâtonnier Jacques Migan

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 05 décembre 2017 (Dcc 17-251) crée la polémique en raison de la portée que certains analystes tentent de lui donner. Saisie de deux requêtes respectivement les 28 juin et 02 août 2017 par lesquels les sieurs Kpodèto Philibert Azon et Komi Koutché forment un recours en inconstitutionnalité du « relevé du Conseil des ministres du 28 juin 2017, en son point 2.6.3 portant “Mission d’audit organisationnel, technique et financier de la filière coton au Bénin …” » ; la Cour conclut à l’issue de l’analyse du recours sur le fondement des articles 26 de la Constitution béninoise et de l’article 3 de la Charte africaine des Droits de l’Homme qu’il y a eu violation du principe de l’égalité.

Cette décision a été diversement traitée et interprétée par les différents organes de presse qui ont hâtivement conclu à un désaveu du gouvernement par la Haute juridiction (lire par exemple, La Nouvelle Tribune du 11 décembre 2017).

Au-delà de la lecture approximative à laquelle ladite décision a donné lieu dans les médias, c’est davantage la portée juridique de la décision qui appelle quelques observations.

En l’espèce, sur la base du rapport du Cabinet d’audit Mazars, diligenté par le Gouvernement, le relevé du Conseil des ministres n°22/2017/Pr/Sgg/Cm/Oj/Ord du 28 juin 2017 au point 2 a fait état de graves irrégularités dans la gestion de la filière Coton au titre des campagnes 2013-2014, 2014-2015, 2015-2016 portant des préjudices importants à l’Etat.

A l’examen du rapport d’audit, la responsabilité de ces irrégularités est à rechercher au sein des membres des Commissions mises en place par le Gouvernement précédent pour les campagnes querellées. Dans ce cadre, certaines personnes dont l’ancien ministre de l’Economie, des finances et des programmes de dénationalisation, Monsieur Komi Koutché, ont été visées.

Le Conseil des ministres a instruit le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et de la Législation, en relation avec le ministre de l’Economie et des finances, à l’effet d’engager les poursuites judiciaires appropriées et de faire prendre des mesures de saisies conservatoires pour assurer le remboursement par les membres desdites Commissions et structures d’Etat en cause et leurs complices, dès lors que leur responsabilité serait établie.

Dans son dispositif, la Cour a décidé par un raccourci que le relevé du Conseil des ministres querellé est contraire à la constitution. Ce relevé du conseil des ministres laisserait apparaître que les personnes identifiées comme responsables d’actes de mauvaise gouvernance ont été citées, pour certains, nommément, alors que pour d’autres, leurs noms n’ont pas été cités nommément et il n’est fait allusion qu’à leur qualité en vertu de laquelle ils ont agi.

Une telle décision n’entraine aucune conséquence sur les probables poursuites qui seront exercées contre les présumés auteurs des irrégularités constatées, que lesdits auteurs aient été nommément cités ou non par les résultats d’audit.

En fait, les juridictions pénales appelées à connaître de l’affaire seront saisies « in rem » c’est-à-dire en raison des faits. Si dans la conduite de l’instruction en vue de la manifestation de la vérité, il apparaît que l’enquête doit être élargie à d’autres personnes ou à d’autres faits, la juridiction saisie avisera et agira conséquemment.

En l’état, il serait inexact de penser que la décision de la Cour constitutionnelle constitue un obstacle à quelque titre à la poursuite et au jugement des personnes indexées par le rapport d’audit.

La Cour constitutionnelle n’a pas statué sur les faits révélés par le rapport d’audit. Elle n’en a d’ailleurs pas le pouvoir. Elle s’est juste prononcée sur les formulations employées pour désigner les personnes soupçonnées de commission d’irrégularités dans lesdites affaires, lesquelles formulations violeraient le principe d’égalité.

Maître Jacques A. Migan

Ancien Bâtonnier

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

11 décembre 2017 par Dg24h



Le PRD sensibilise des femmes leaders

14 juillet 2018 par Dg24h
Les responsables du Parti du Renouveau Démocratique (PRD) ont (...)
Lire la suite

42 députés souhaitent le toilettage de la Charte des partis (...)

12 juillet 2018 par Dg24h
En vue du toilettage de la loi n°2001-21 du 21 février 2003 portant (...)
Lire la suite

Compte rendu du Conseil des Ministres du mecredi 11 juillet (...)

11 juillet 2018 par La Rédaction
Le Conseil des ministres s’est réuni ce mercredi en présence du Chef de (...)
Lire la suite

De nouveaux ambassadeurs présentent leurs lettres de créance

6 juillet 2018 par La Rédaction
Quatre nouveaux ambassadeurs ont présenté leurs lettres de créances au (...)
Lire la suite

Le mouvement CERCLE-Bénin perspectives et développement donne carte (...)

5 juillet 2018 par Dg24h
Alors que le débat au sujet de la révision de la Constitution fait des (...)
Lire la suite

Bruno Amoussou explique les fondements de la proposition de (...)

4 juillet 2018 par Dg24h
Le président de l’Union fait la nation (UN), Bruno Amoussou, invité sur (...)
Lire la suite

Le parlement reconduit l’équipe présidée par Janvier Yahouédéhou

25 juin 2018 par Dg24h
L’Assemblée nationale vient de reconduire les neuf représentants qu’elle (...)
Lire la suite

Le Pdi, un soutien de plus pour le Nouveau départ

25 juin 2018 par Dg24h
‘’Parti des démocrates indépendants’’ (Pdi), c’est le nom du tout nouveau (...)
Lire la suite

Vagues de réactions suite à la décision mettant fin au délai du (...)

23 juin 2018 par Dg24h
La décision rendue par la Cour constitutionnelle, ce jeudi 21 juin (...)
Lire la suite

’Minadjangodo’’ soutient les actions du chef de l’Etat

17 juin 2018 par Dg24h
‘ Les leaders du mouvement politique ‘’Minadjangodo’’ ont tenu, ce (...)
Lire la suite

Des agents mécontents réclament le départ de Isidore Gnonlonfoun

11 juin 2018 par Dg24h
A travers un sit-in organisé, ce lundi 11 juin 2018, dans l’enceinte de (...)
Lire la suite

Alassane Séidou passe le témoin à Benjamin Hounkpatin

6 juin 2018 par La Rédaction
Après 26 mois à la tête du ministère de la santé, Alassane Séidou a passé (...)
Lire la suite

Le code électoral mérite un débat national

3 juin 2018 par Dg24h
Le code électoral en étudie à l’Assemblée suscite déjà des polémiques. (...)
Lire la suite

Moukaram Badarou annonce son ralliement au pouvoir

3 juin 2018 par Dg24h
Invité dans l’émission ‘’Cartes sur table’’ de la radio Océan Fm, ce (...)
Lire la suite

Un Remaniement ministériel attendu ce lundi

3 juin 2018 par Dg24h
Un remaniement technique du gouvernement est prévu pour lundi 4 mai (...)
Lire la suite

Orden Alladatin donne son avis sur des questions d’actualité

27 mai 2018 par La Rédaction
Le député Orden Alladatin était l’invité de l’émission Zone Franche de (...)
Lire la suite

5 villages alimentés par des mini-centrales solaires photovoltaïques

27 mai 2018 par La Rédaction
Une mission conjointe conduite par le Ministre d’État chargé du Plan et (...)
Lire la suite

Djènontin clame son innocence et parle d’intrigues politiques

26 mai 2018 par La Rédaction
Le Parti des Forces Cauris pour un Bénin Emergent a tenu ce samedi 26 (...)
Lire la suite

Mon Compte


Vous n'avez pas encore de compte ?

Créer un compte

Articles PREMIUM

ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires