jeudi, 23 mai 2019 •

126 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Procès ICC-Services

Le pasteur Michel Alokpo donne sa version des faits




Les dépositions dans le cadre du procès ICC-Services ont repris ce vendredi 04 janvier 2019 à la Cour de répressions des infractions économiques (Criet) à Porto-Novo.
C’est Grégoire Ahizimé, coordonnateur de la cellule de surveillance des structures financières décentralisées qui a continué avec sa déposition entamée jeudi 03 janvier 2019.

L’ex coordonnateur assure avoir joué convenablement son rôle tout en informant son ministre de tutelle. « Je crois avoir accompli toutes mes obligations dans ce dossier ICC- Services vis à vis de la République, vis à vis de mes supérieurs hiérarchiques, et vis à vis de la population », a-t-il martelé.
« Si les propositions que j’ai faites à mon supérieur en la personne de mon ministre étaient prises en compte, cela pourrait dissuader les promoteurs et les obliger à arrêter », a-t-il ajouté. L’ex coordonnateur a déploré le fait qu’il n’a pas eu d’accompagnement du gouvernement dans ce dossier.
Grégoire Ahizimé ignore pourquoi le ministre a refusé d’apposer sa signature sur la plainte. « C’est lui qui connaît les raisons. Peut-être aussi qu’il craignait ce que je suis en train de subir aujourd’hui. Parce que je le répète, c’est une vengeance ».

La Cour est revenue sur les 8 millions de FCFA qui ont transité par les mains de l’ex coordonnateur. Grégoire Ahizimé a expliqué que les 3 millions de FCFA étaient pour le cabinet ayant travaillé pour le dossier d’agrément de la structure ICC-Services. Quant au 5 millions, il a reconnu l’avoir gardé. En détenant ces sous, Grégoire Ahizimé a commis une infraction puisque les sous proviennent de ICC-Services, une structure illégale.
« J’ai gardé 5 millions mais je ne savais pas que c’était une infraction », se défend l’ex coordonnateur.

Les transactions financières du sieur Tégbénou
La Cour a appelé le sieur Emile Tégbénou à la barre pour parler de ses transactions financières. Le promoteur de ICC-Services révèle que les banques partenaires avec lesquelles il faisait ses transactions sont : SOCIETE GENERALE, BOA, DIAMOND BANK, CONTINENTAL BANK.
« Je vais retirer régulièrement de l’argent dans leurs agences à Catchi. Quand je veux retirer de l’argent jusqu’à 200 millions j’y vais avec des sacs de jute », a-t-il confié.
Le sieur Emile Tégbénou apprend également qu’il a reçu un jour la visite des inspecteurs de la Société Générale dans son bureau à SNAB. Il était question de savoir pourquoi le promoteur faisait autant de retraits. Emile Tégbénou leur a parlé de SNAB et aussi des activités de ICC-Services.

Louis Biaou, à la barre
Louis Biaou est l’actuel coordonnateur de la cellule de surveillance des structures financières décentralisées. Appelé à faire sa déposition Louis Biaou confie : « Je dois dire honnêtement que le travail qui a été fait au niveau de la cellule bien sûr, sous la supervision de Monsieur Ahizimé a été un travail pénible mais bien fait notamment quand nous regardons les moyens mis à notre disposition ».
La crise ICC-Services est survenue selon lui à cause d’une absence de synergie optimale entre les différentes structures. Le ministre de tutelle était informé chaque mois sur le cas de ICC-Services soit 18 fiches au total.
« Je dois dire qu’on a fait un travail technique professionnel qui devrait limiter les casses », a-t-il soutenu. Pour Louis Biaou, c’est le gouvernement qui doit mettre les structures en synergie.

Le gouvernement Yayi informé de la structure avant 2010
Pour Louis Biaou, actuel coordonnateur, les autorités ont eu l’information bien avant 2010, puisque les activités de la structure ICC-Services étaient diffusées à la télévision.
Me Alain Orounla cherche à savoir si des alertes ont été données aux banques outre celles données au ministre. « Dans nos différentes fiches que nous avions adressées, on ne s’était pas adressé aux banques. Les banques sont gérées par, la BCEAO sous la tutelle du ministre des finances. Je crois que nous n’avions pas été complaisants. J’ai même osé jusqu’à signer une plainte en lieu et place du ministre des finances », a expliqué Grégoire Ahizimé.
S’agissant de l’agrément, Louis Biaou affirme : « On n’obtient pas automatiquement l’agrément juste après le dépôt des dossiers. Cela suit une procédure et si on ne la respecte pas votre dossier pourrait être rejeté ».
« Nous nous sommes retrouvés entre deux feux. Mais nous ne pouvions donner un agrément alors que le dossier n’était pas bon. Maintenant, s’il y a inaction comme vous le dites, c’est peut-être le manque de synergie », a ajouté l’ex coordonnateur.
Me Affougnon cherche à savoir si le sieur Ahizimé n’a pas été tenté d’escroquer les promoteurs de ICC-Services puisque l’accusé dit qu’il lui a remis 220 millions. « J’ai vu Tégbénou la première fois le 26 octobre 2009. Je continue de dire, ce qu’il dit n’est pas vrai et son patron le sait », a répondu l’ex coordonnateur.
La Cour demande si le sieur Grégoire a eu à discuter de la structure avec son pasteur puisque le sieur Tégbénou dans ses dépositions a dit que ledit pasteur l’appelait sans cesse pour lui demander de l’argent. « Non je n’ai pas parlé de ça avec le pasteur », a-t-il déclaré.

220 millions pour caution selon Tégbénou
La somme de 220 millions de FCFA que le sieur Emile Tégbénou aurait remis à Grégoire Ahizimé revient dans les questionnaires de la Cour. Appelé à la barre Tégbénou maintient toujours sa déclaration. Il confie que cette somme est une caution demandée par le coordonnateur de la cellule de surveillance des structures décentralisées. Emile Tégbénou précise que c’est en 2009 mais ne se souvient pas de la date exacte.
Dans ses déclarations le promoteur de ICC-Services réaffirment que l’ex président Yayi Boni était informé des activités de la structure en 2008.
Me Hervé Gbaguidi pose des questions en ce qui concerne les propositions faites aux promoteurs de ICC-Services par la cellule de surveillance dirigée par Ahizimé. « Il leur ont dit qu’ils sont dans l’illégalité et qu’ils devraient se régulariser », a-t-il répondu. Aussi, ont-ils demandé aux responsables de ne plus enregistrer de nouveaux contrats. « Quand un contrat venait à terme, les responsables ne devaient pas renouveler de nouveaux contrats », a-t-il signalé.
Le sieur Ahizimé renseigne qu’il a cité ICC-Services dans sa plainte déposée le 27 janvier 2010, parce qu’ils n’ont pas respecté les injonctions, notamment les informations statistiques demandées. « La plainte parle de toutes les structures », a ajouté Grégoire Ahizimé.

A la reprise de l’audience après quelques minutes de suspension, Emile Tégbénou est questionné par Me Hounyèmè. Ce dernier cherche à savoir si, au moment où il voulait prendre la liste des pièces est ce qu’il y avait une quelconque caution à payer. Emile Tégbébénou fait savoir qu’il ne s’est pas rendu chez le coordonnateur avec le PDG. C’est lorsque l’autorisation trainait explique-t-il, que le sieur Houngbèmè l’a informé qu’il restait des sous à payer. Sous l’autorisation du DG, il dit l’avoir fait. Toutefois, le promoteur de ICC-Services admet qu’il n’y a pas 220 millions à payer dans les pièces.
Le sieur Emile Tgébénou confie également que lorsqu’on l’a appelé à la présidence de la République par rapport à ICC-Services c’était un choc pour lui. Ces nombreux déplacements effectués dans le mois de février à la présidence indique-t-il, étaient pour chercher de l’aide et savoir pourquoi ça tarde.

Guy Akplogan, sur un prêt de 30 millions à un agent de la cellule de surveillance
Le patron de ICC-Services dans l’une de ses dépositions en date du 16 juillet 2010 a affirmé avoir fait un prêt de 30 millions à un sieur qui se trouvait dans le même bureau que Grégoire Ahizimé. Une déclaration que Guy Akplogan a certifié.
Selon l’ex coordonnateur, il y a un sieur nommé Stanislas d’Almeida dans son service, mais il ignorait qu’il a contracté un prêt.
La Cour demande au patron ICC-Services pourquoi il a cette facilité de sortir de l’argent. « Ce n’était pas une facilité mais ceux qui sont en face de nous étaient dans la posture d’administratifs. Lorsqu’ils demandent un service, on ne pouvait pas refuser », a répondu Guy Akplogan.

Souleymane Chabi, colonel à la retraite à la barre
Après quelques échanges entre les parties sur le statut sous lequel le colonel de la gendarmerie à la retraite, ex directeur des renseignements va faire sa déposition, la Cour décide qu’il sera écouté en qualité de sachant.
A la barre, Souleymane Chabi soutient qu’il n’a pas eu connaissance de l’existence de ICC-Services. « Je suis le directeur est j’ai un personnel. Mes propres contacts peuvent m’aider à avoir des informations. Mais de tout mon séjour, je n’ai jamais entendu parler de ICC-Services », renseigne le colonel, tout en affirmant que par rapport à la sécurité, ils ont essayé de chercher à connaître ceux avec qui le chef de l’Etat Yayi prie.
S’agissant des défaillances au niveau de ses services, Souleymane Chabi notifie que le problème de renseignement est un peu délicat. Il faut selon lui avoir un réseau et cela prend du temps. « Même dans les familles, lorsque ça va, vous n’êtes pas informés. C’est lorsque ça tourne mal qu’on apprend », s’est-il défendu.
« Si j’étais au poste, j’aurais informé le chef de l’Etat quand je l’ai appris en 2009. J’aurais fouillé et rendre compte », annonce le colonel tout en indiquant qu’il ignore si son successeur peut donner des renseignements sur le sujet.
De 2006 à 2008, Souleymane Chabi soutient qu’il n’a pas eu l’information concernant ICC-Services.

Pasteur Michel Alokpo, chargé de mission du ministre Zinzindohoué
Le pasteur Alokpo a déposé à la barre en qualité de sachant puisqu’il dit avoir des révélations à faire sur l’affaire ICC-Services. L’ex chargé de mission du ministre Armand Zinzindohoué a dit avoir été à l’inauguration de l’église du sieur Emile Tégbénou à Malanhoui. A la suite, ils se sont rendus chez le promoteur de ICC-Services pour la réception. Il a également fait part de la cérémonie d’inauguration de château à Akassato à laquelle il n’a pas assisté puisque confie-t-il : « Je suspectais une relation bizarre entre le pasteur Guillaume Sogbossi, Tégbénou et le ministre Armand Zinzindohoué.
Le sieur Tégbénou et Sogbossi renseigne-t-il étaient toutes les semaines au cabinet du ministre Zinzindohoué.
Aux dires du pasteur Alokpo, il était en mission à Abidjan quand la crise ICC-Services est survenue. Quand il a été interpellé à la présidence de la République, le pasteur a confié à Yayi qu’il ne connaît rien du dossier ICC-Services.

Un document de Alokpo mentionne que le ministre Zinzindohoué aurait reçu de la part du sieur Tégbénou des libéralités d’une somme de 52 millions de FCFA. Le pasteur apprend également qu’il a fait une demande de permis de port d’arme dans la même période que Emile Tégbénou ainsi que l’ex- maire de Sèmè-Podji, Mathias Gbèdan. Mais leur demande a été refusée. « J’ai été scandalisé d’apprendre qu’un entrepreneur ait reçu le permis de port d’armes et on se cache sous la bannière d’enquête de moralité qui s’achète aujourd’hui » a-t-il laissé entendre.
En ce qui concerne les séances de prières, il a souligné que c’est lui qui préside la prière et établi la liste des participants avec les policiers. « Je n’ai vu qu’une seule fois Émile Tégbénou au domicile du chef de l’Etat pour les séances de prière », ajoute le pasteur.
Me Gustave Kassa demande à savoir son rôle en tant que chargé de mission. « Je m’occupais des églises et associations. Je suis là pour accompagner le ministre dans ce sens et étudier certains dossiers lorsqu’il me les affecte », annonce Alokpo.
Dans l’exercice de sa mission, il soutient qu’il n’a pas eu connaissance de ICC-Services jusqu’au jour, il a été interpellé par Yayi Boni avec son ministre.
S’agissant des rencontres qu’il qualifie de ‘’bizarre’’ entre Tégbénou et Sogbossi le pasteur dit n’avoir rien fait puisqu’elles étaient privées et qu’il n’avait pas à se mêler de cela.
Le pasteur Alokpo apprend que le ministre Zinzindohoué et Tégbénou se sont rencontrées près d’une dizaine de fois.
L’ex chargé de mission dit ne pas être allé à l’inauguration du château parce que le ministre Zinzindohoué n’est pas ministre des mines et de l’eau. Selon lui, il ne devrait pas y aller.

Emile Tégbénou, le donateur de 10 millions
A la barre, le pasteur Alokpo souligne qu’il n’est pas là pour accuser ni pour défendre qui que ce soit. Il révèle dans ses dépositions que Tégbénou a beaucoup investi dans les regroupements des femmes chrétiennes. « Tégbénou ne donne pas moins de 10 millions », a-t-il déclaré tout en clarifiant qu’il n’en a jamais reçu.
Tégbénou ajoute le pasteur Alokpo, finançait régulièrement les activités politiques de la fille de Abou Salomon Yayi bien que le chef de l’Etat lui donnait de l’argent.
L’ex chargé de mission informe que c’est lui qui s’occupait de la distribution des sous destinés aux confessions religieuses. Alokpo recevait 125 millions chaque année du gouvernement Yayi qu’il retirait au trésor en espèce.
Le procureur spécial, notifie que l’acte commis enfreint la loi sur le blanchiment d’argent. « Normalement on devrait les poursuivre et la prescription n’étant pas encore atteinte on peut à tout moment y revenir », a-t-il martelé.
« Je prends acte monsieur le procureur », répond le pasteur Alokpo.

Yayi Boni n’est pas impliqué selon le pasteur Alokpon
Me Anassidé cherche à comprendre sur quels critères le président Yayi n’a pas envoyé sur le champ le pasteur Alokpo à la BEF au moment des faits, au même titre que les autres. « Je crois qu’avant que le président ne nous réunisse dans son cabinet, il y a eu toutes les informations sur tous ceux qui ont pris de l’argent auprès de Tégbénou. Le président a tellement fait pression sur moi, il ne fait que m’appeler chaque jour pour que je dise la vérité », a expliqué l’ex chargé de mission.
Il confie qu’il était véridique avec le président en lui notifiant ne rien savoir sur l’affaire ICC-Services. Le pasteur Alokpo renseigne qu’il a ainsi demandé à faire ses déclarations à la commission d’enquête.
« Personne ne pouvait imaginer que je ne sois dans ce dossier ICC-Services à voir ma proximité avec Zinzindohoué », a-t-il signalé.
Pour sa part l’ex président Boni Yayi aimait son peuple, il voulait régler le problème de son peuple et avoir la vérité.
Michel Alokpo notifie qu’il a fait une brochure « Refondation mythe ou réalité » dans laquelle, il a très critiqué la gestion du gouvernement Yayi, mais aussi des régimes précédentes. Boni Yayi explique-t-il l’a financé malgré que certains de ses proches n’étaient pas d’accord.
Selon Alokpo, l’ex président à ses défauts « mais son problème, c’est son entourage, (...) qui lui crée des difficultés ».
Le président de la Cour demande au pasteur si le docteur Boni Yayi n’est pas impliqué dans ICC-Services. Michel Alokpo répond : « Non ».
La Cour demande à l’ex chargé de mission de laisser la justice fait son travail « Nous sommes dans un procès, laissez la justice fait son travail (...) vous apprécierez à l’issu », a suggéré le magistrat Cyriaque Dossa. Ce dernier a suspendu les débats qui reprendront le lundi 07 janvier 2019.

Akpédjé AYOSSO

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

5 janvier 2019 par La Rédaction


Le Directeur Général de la BRVM fait officier de l’ordre du (...)


22 mai 2019 par Dg24h
Le Directeur Général de la BRVM et du DC/BR, Dr Edoh Kossi AMENOUNVE a (...)
Lire la suite

Un confort inédit pour les passagers Cotonou-Paris


22 mai 2019 par Dg24h
Les responsables Afrique Air France ont présenté à la presse ce mercredi (...)
Lire la suite

Vers la création d’un fonds de soutien


22 mai 2019 par Dg24h
Le gouvernement réuni en session ordinaire du Conseil des ministres ce (...)
Lire la suite

Le procureur fait le point de la session criminelle


22 mai 2019 par Dg24h
Le procureur de la République près le tribunal de 1ère instance de (...)
Lire la suite

Un enfant perd la vie par noyade


22 mai 2019 par Dg24h
Le corps sans vie d’un enfant de 7 ans a été retrouvé ce mercredi 22 mai (...)
Lire la suite

La Fondation Etisalat Bénin en chœur avec les musulmans de (...)


22 mai 2019 par Dg24h
C’est par un geste fort simple que la fondation Etisalat-Bénin partage (...)
Lire la suite

Les Béninois apprécient la sortie de Patrice Talon


21 mai 2019 par Dg24h
Longtemps attendu par ses compatriotes, le président de la République, (...)
Lire la suite

Martin Assogba demande aux députés de donner le bon exemple


21 mai 2019 par Dg24h
Le directeur exécutif de l’Organisation Non Gouvernementale dénommée « (...)
Lire la suite

La mairie de Djidja se dote d’un guichet unique


21 mai 2019 par Dg24h
Le maire de la commune de Djidja prend désormais les mesures pour une (...)
Lire la suite

Patrice Talon réaffirme l’importance de la réforme du système (...)


20 mai 2019 par Dg24h
Le président de la République, Son Excellence Patrice Talon a adressé un (...)
Lire la suite

Patrice Talon rassure le peuple de son attachement à la démocratie


20 mai 2019 par Dg24h
Dans un son message adressé à la Nation délivré ce lundi 20 mai, le chef (...)
Lire la suite

Une mission de l’ANDF pour la reconnaissance des limites du (...)


20 mai 2019 par Dg24h
Après la prise de mesures conservatoires dans le cadre du règlement du (...)
Lire la suite

L’artiste Dakossi Denis n’est plus


20 mai 2019 par Dg24h
L’artiste de la musique traditionnelle Dakossi Denis est décédé dans la (...)
Lire la suite

Les recours examinés mercredi prochain


20 mai 2019 par Dg24h
Le secrétaire général de la Cour constitutionnelle, Gilles Badet, à (...)
Lire la suite

Patrice Talon face à la Nation ce lundi


18 mai 2019 par Dg24h
Reportée plusieurs fois pour des raisons inconnues, la sortie médiatique (...)
Lire la suite

Sofiath Schanou élue 1ère Secrétaire parlementaire


17 mai 2019 par Dg24h
A l’instar du député Robert Gbian qui conserve son fauteuil de 2ème (...)
Lire la suite

André Okounlola élu 2ème questeur


17 mai 2019 par Dg24h
André Biaou Okounlola est le 2ème questeur de l’Assemblée nationale. Il (...)
Lire la suite

Boniface Yèhouétomè élu premier questeur


17 mai 2019 par Dg24h
Les travaux de la plénière consacrée à l’élection du bureau de l’Assemblée (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information