mercredi, 12 août 2020 •

911 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Le matériau humain africain est-il à refondre ?




(Par Roger Gbégnonvi)

​L’on aura reconnu la préconisation d’Aimé Césaire : « Le matériau humain lui-même est à refondre. » Le descendant d’esclaves le disait en 1963 à l’adresse des Africains. Il n’y a pas très longtemps, on lui fit écho à l’université de Dakar : « Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. » L’Afrique de Nicolas Sarkozy au Sénégal en 2007, pouvait rappeler la Guinée du général de Gaulle qui, pour punir ce pays d’avoir choisi en 1958 l’indépendance, le vida brutalement de tout personnel et de tout matériel de fonctionnement d’un Etat moderne, et qui, deux ans plus tard, précipita sur les autres pays une indépendance vidée de l’essentiel et assise sur des « accords secrets » de soumission pérenne : Africains spectateurs ligotés du pillage des ressources de l’Afrique.
​Sarkozy lui-même faisait écho à Friedrich Hegel. Mais tenu par le politiquement correct, il n’avait pas la liberté de ton de l’immense philosophe parlant de l’Afrique et des Africains à ses étudiants en 1830-1831 : « Ce que nous comprenons sous le nom d’Afrique, c’est un monde anhistorique non développé, entièrement prisonnier de l’esprit naturel et dont la place se retrouve au seuil de l’histoire universelle. » Le ‘‘pas assez’’ de Sarkozy était donc une pure gentillesse. Pour Hegel, le grand penseur aux disciples nombreux en Occident, l’Afrique, en 1831, n’était pas du tout dans l’histoire. C’était une vaste réserve naturelle dont les animaux performants étaient capturés et vendus aux puissants Européens par les puissants Africains : l’Afrique vidée de ses forces vives enchaînées : le philosophe le savait.
​Les chaînes tombèrent, mais les accords restèrent secrets et contraignants comme si les chaînes n’étaient pas tombées. Aussi, célébrant l’Apartheid, Pik Botha pouvait déclarer à huis clos : « Nous ne prétendons pas comme les autres Blancs que nous aimons les Noirs. Le fait que les Noirs ressemblent à des êtres humains et peuvent agir comme des êtres humains ne prouve pas forcément qu’ils sont judicieusement des êtres humains… Nous avons de bonnes raisons de laisser tous les Mandela pourrir en prison… Ils ne sont bons qu’à faire du bruit, danser, épouser plusieurs femmes et se livrer au sexe. » Il énuméra ensuite « un certain nombre de nouvelles stratégies qui devraient être mises à profit pour détruire cet insecte Noir. Nous devons maintenant faire usage de l’arme chimique ». Insecte Noir pour peuple Noir méprisé, mais dont la terre est chérie par les Blancs pour son or et son diamant.
​Mais l’arme chimique « pour lutter contre ce Diable Noir » (Botha dixit) renvoie un peu à la réprouvée « solution finale » nazie. Ce n’est donc pas un hasard si, très tôt, le Blanc confina partout ‘‘ce Diable noir’’ dans des espaces bizarroïdes, décrits en 1961 par l’historien Robert Cornevin : « Peu de pays africains ont bénéficié d’un partage territorial aussi magnifiquement absurde que le Togo allemand et le Dahomey français. Il n’est, en effet, pas une seule collectivité africaine de la frontière séparant ces deux pays qui ne soit coupée en deux par son tracé. » Et à l’intérieur de cet « imbroglio ethnique » (Cornevin dixit) se passent des choses étonnantes dont personne ne s’étonne. Ainsi, en 1986, le Blanc remit le Prix Nobel de Littérature à l’écrivain nigérian Wole Soyinka. Littérature haoussa ou yoruba ? Que non ! Littérature anglaise, morbleu ! De toute façon, aujourd’hui encore, des soldats blancs combattent et meurent au Sahel pour la sécurité et la félicité des Noirs : il faut le croire !
​Aux prises avec les vendeurs et acheteurs d’hommes, Aimé Césaire a eu raison de préconiser la refonte du matériau humain en général, du matériau humain africain en particulier. Mais est-ce possible avec des Africains prisonniers du smartphone, occupés à se divertir sans arrêt ? Ô Ciel que faire ? Peut-être s’en remettre aux Ecritures : « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs. » (Hébr., 3/7). Nous entende le Ciel !
_

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

23 novembre 2019 par Judicaël ZOHOUN




Pour un Bénin au destin national


25 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Pour se révéler nation, des peuples dispersés, (...)
Lire la suite

Soixante ans d’indépendance sous le signe du respect


18 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Il est au Bénin des survivants dahoméens (...)
Lire la suite

George Floyd et nous


20 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Même quand fait rage la guerre et que, de part (...)
Lire la suite

Il nous a été demandé de revoir, revenir sur le...


28 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
Il nous a été demandé de revoir, revenir sur le système d’administration (...)
Lire la suite

Le développement multi qualifié entre discours, applications et quêtes : (...)


25 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
Les théories et discours sur le développement s’enchainent, (...)
Lire la suite

Covid-19 et agroalimentaire au Bénin


25 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​En confinement strict à son domicile, un (...)
Lire la suite

Les migrations, un phénomène de plus en plus dégradant, de moins en moins (...)


21 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
La migration, une donne mondiale considérable et persistante, à (...)
Lire la suite

L’informel dans le Baol ou l’outil de propulsion le plus partagé (...)


19 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
C’est souvent par un parcours de titan déterminé par la conjoncture d’une (...)
Lire la suite

Survol de l’ouvrage interpelant, « l’aventure Ambigüe » de Cheikh Hamidou (...)


18 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
A l’aube africaine, avec comme soubassements des valeurs fondées, (...)
Lire la suite

Le récépissé de malheur


24 septembre 2019 par Judicaël ZOHOUN
Ils ont voulu. Ils l’ont obtenu. Mais comment ? Le plus important est (...)
Lire la suite

Mugabe, Hong-Kong, et l’exception béninoise


14 septembre 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​On ne mettra jamais en cause l’héroïcité de (...)
Lire la suite

A la Lumière des Ecureuils de la Victoire


13 juillet 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Il n’y a jamais de miracle. Et il n’y en eut (...)
Lire la suite

L’opposition ou la fabrique du contentieux


1er avril 2019 par Judicaël ZOHOUN
Les tractations, pour la résolution du contentieux électoral, n’ont (...)
Lire la suite

Autopsie du Parlement béninois


23 mars 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’opération, on le sait, consiste à disséquer le (...)
Lire la suite

Grisaille autour du gris-gris béninois à Paris


23 février 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Biowá Nàglókú, dans son village Sêxwidé, est depuis (...)
Lire la suite

Comme un conte de Noël


29 décembre 2018 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Matthieu, l’unique narrateur de cette épopée, de (...)
Lire la suite

Dona une référence ou une compétence ?


19 novembre 2018 par La Rédaction
L’énergie électrique est déjà disponible au Bénin. Les coupures à longueur (...)
Lire la suite

Patrice Talon, l’oiseau rare


18 novembre 2018 par La Rédaction
Imperturbable. Le chef de l’Etat reste le seul chef d’Etat que le Bénin (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires