dimanche, 17 juin 2018 •

114 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Affaire « Projet Epine Dorsale »

La justice rétablit Samuel Dossou dans ses droits

Par Finafa N. OJUOLA




Le Juriste Consultant du groupe Petrolin Paulin Vissoh, était ce dimanche 1er Octobre 2017, l’invité de l’émission « Ma Part de vérité » de Golfe télévision. Une sortie médiatique qui a permis au juriste de donner son interprétation de l’affaire « Projet Epine Dorsale » qui oppose notre compatriote Samuel Dossou et l’homme d’affaires francais Vincent Bolloré suite à la décision rendue par la Cour suprême le vendredi 29 Septembre 2017.

Le « Projet Epine Dorsale » est une initiative personnelle de l’homme d’affaires béninois Samuel Dossou Aworet. Un projet estimé à plus de 1000 milliards de francs CFA, selon les explications du juriste. Il est décliné en cinq (05) composantes que sont : Un port pétrolier, minéralier et commercial en eau profonde à Sèmè-Podji ; un chemin fer reliant Cotonou à Parakou avec une possibilité d’extension de Parakou à Dosso au sud du Niger et Niamey, capitale du Niger ; deux ports secs, un à Parakou et l’autre à Dosso et un aéroport international à Kraké, ville béninoise faisant frontière avec le Nigéria. Le chemin de fer servira de liaison entre le port pétrolier, minéralier et commercial en eau profonde de Sèmè-Podji et le Port sec de Parakou qui est déjà en construction sur fonds propres du Groupe Petrolin.
Le projet avait été finalisé quand un appel d’offres international est lancé et remporté par le groupe Petrolin. Un avis de notification de l’adjudication du projet avait été adressé par les les chefs d’Etat du Bénin (le président Boni Yayi) et du Niger (le Président Mahamadou Issoufou) à l’adjudicataire.

Bolloré entre dans le projet mais ne respecte pas l’accord de confidentialité

« C’est à ce moment que subtilement, le groupe Bolloré fit son apparition », précise M. Vissoh avant de poursuivre.
Selon les explications de l’invité, le PDG du groupe Bolloré, Vincent Bolloré utilise son influence pour convaincre les deux Chefs d’Etat (Boni Yayi du Bénin et Mahamadou Issoufou du Niger) pour entrer dans le projet. Ces derniers ont demandé au groupe Petrolin de prendre le groupe Bolloré comme un partenaire stratégique du projet. Ce que le groupe Petrolin avait fait. Dès lors, un accord de confidentialité fut signé entre les deux groupes.
Il faut préciser que dans l’accord de confidentialité, le partenaire stratégique ne peut rien entreprendre sans se référer au groupe Petrolin.
Le 08 Avril 2008, lors de la seconde cérémonie de lancement des travaux de construction de la voie ferroviaire Cotonou-Niamey, Vincent Bolloré, inverse les rôles et déclare que « (…) Monsieur Dossou Samuel, président du Groupe Petrolin a accepté de m’accompagner dans ce projet en investissant son argent ». Des propos qui ont attiré l’attention des responsables du groupe Petrolin. Ce dernier se rend compte que M. Bolloré est entrain de lui arracher son projet avec la complicité des Chefs d’Etat béninois et nigérien.
Mais entre-temps, malgré la notification à l’adjudicataire, les deux chefs d’Etat ont commencé une discussion avec le groupe Bolloré qui a photocopié le projet du groupe Petrolin. C’est suite à cela que « M. Dossou décide alors de se référer au juge des référés pour remettre de l’ordre (...) ». Mais ce dernier se déclare incompétent sous prétexte que l’accord signé entre le groupe Petrolin et le groupe Bolloré contient une clause compromissoire qui indique qu’en cas de désaccord, les deux partenaires règlent leur différend par voie de conciliation.
Le groupe Petrolin fait appel de la décision, et dans un arrêt rendu le 19 Novembre 2016, la Cour d’Appel de Cotonou a jugé que « les travaux entrepris par Bolloré Africa Logistics et les agissements de l’Etat béninois sont constitutifs de voie de fait et a ordonné la cessation par Bolloré Africa Logistics de tous travaux entrepris sur le site de l’OCBN à Cotonou sous astreinte combinatoire de 100 millions de FCFA par jour de résistance, ordonne à l’Etat béninois ainsi qu’à Bolloré Africa Logistics de s’abstenir de tous travaux sur les composantes du projet Epine dorsale également sous astreinte de 100 millions de FCFA par jour de résistance », précise le juriste.

La justice rétablit le groupe Pétrolin dans ses droits

Mais la décision de justice n’a pas été respectée à l’époque par le président Boni Yayi, puisqu’il avait affirmé devant les cheminots que l’Etat n’est pas engagé par cette décision.
Le groupe Bolloré saisit alors la Cour suprême qui a finalement rendu la sentence le vendredi 29 Septembre. Le groupe Bolloré a été simplement débouté.
M. Vissoh a salué la justice béninoise pour avoir dit le droit. « La décision des juges est une justice rendue pour le peuple béninois qui doit être fier de sa justice », a-t-il précisé avant d’indiquer que « dans un pays, quand la justice fonctionne, les opérateurs économiques ont confiance et n’ont pas peur d’investir>>. <<C’est une preuve palpable que nous avons une justice dans le pays (…) », a souligné le juriste consultant.
Il n’a pas manqué non plus de dénoncer toutes les manœuvres qui ont été orchestrées par le groupe Bolloré « La cabale et l’intoxication organisée par presse nationale et internationale, visait à faire croire que le groupe Pétrolin n’avait pas les moyens pour ce projet » a-t-il dénoncé.
Il a sur ce point tenu à rassurer tous les acteurs notamment les cheminots sur lesquels « ils ont voulu agir psychologiquement en leur payant leur arriérés de salaires ». « Nos amis cheminots n’auront pas de soucis à se faire. Le nombre qui est là actuellement est insuffisant. On va en recruter davantage. La priorité de M. Samuel Dossou Aworet est de garantir l’emploi des cheminots » assure-t-il. Il annonce également dans les prochaines heures, une rencontre avec les responsables des cheminots.
M. Vissoh a salué l’impartialité du président Patrice Talon qui avait affirmé que « (…) Dans ce dossier, je laisse la justice faire son travail. C’est son job et elle sait bien le faire ». En faisant allusion au propos du PDG du groupe Bolloré qui a affirmé sur les médias, qu’en Afrique, il utilise des méthodes commandos pour écraser tout sur son chemin, le juriste affirme que « Le groupe Petrolin n’est pas un groupe va t’en guerre. Le Président directeur général du groupe Petrolin est un homme ouvert qui est prêt à discuter avec tous ceux qui sont intéressés par le développement du Bénin ».
Selon lui, la discussion reste ouverte avec tous ceux qui sont intéressés par le projet et qui peuvent faire preuve de sincérité dans ce partenariat.
Le groupe Petrolin est donc prêt à entrer dans les négociations avec le gouvernement du président Patrice Talon pour le démarrage effectif de ce projet qui a connu assez de retard.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

1er octobre 2017 par La Rédaction



« Le social doit permettre au citoyen de produire lui-même de la (...)

17 juin 2018 par Dg24h
L’ancien ministre des travaux publics et des transports et député membre (...)
Lire la suite

Des décrets d’application adoptés pour le code des marchés (...)

13 juin 2018 par Dg24h
Le gouvernement a adopté en Conseil des ministres, ce mercredi 13 juin (...)
Lire la suite

Le gouvernement adopte le décret portant statut de l’INRAB

13 juin 2018 par Dg24h
Les membres du gouvernement réunis en Conseil des ministres ce mercredi (...)
Lire la suite

Alphonse da Silva rassure les candidats au Bac

13 juin 2018 par La Rédaction
Les candidats au baccalauréat 2018 plancheront dans quelques semaines. (...)
Lire la suite

Les sept sages optent pour la transparence, le contradictoire et la (...)

13 juin 2018 par Dg24h
Le secrétaire générale de la Cour constitutionnelle, Gilles Badet, à (...)
Lire la suite

Direct-Aid offre des vivres aux victimes de Tori-Avamè

12 juin 2018 par Dg24h
La branche béninoise de l’organisation internationale koweïtienne à (...)
Lire la suite

Les rapports de performance du ministère de l’industrie en (...)

12 juin 2018 par Dg24h
Les travaux d’un atelier de validation du rapport de performance de (...)
Lire la suite

Le procès Atao reporté au 24 juillet

12 juin 2018 par Dg24h
Le député Mohamed Taofick Atao Hinnouho repart pour quelques semaines (...)
Lire la suite

Les populations de Comè sensibilisées sur la loi interdisant l’usage des (...)

12 juin 2018 par Dg24h
La place Nonvitcha d’Akodéha a servi de cadre, dimanche 10 juin 2018, (...)
Lire la suite

Noélie Yarigo établit sa meilleure performance de l’année

10 juin 2018 par La Rédaction
Béninoise Noélie Yarigo a remporté vendredi 8 juin 2018, le 800 m du (...)
Lire la suite

Les commerçants appelés à vider les alentours du Ceg Dantokpa

8 juin 2018 par Dg24h
Les occupants des alentours du Ceg de Dantokpa sont appelés à vider les (...)
Lire la suite

La police présente les prouesses de ses opérations

8 juin 2018 par Dg24h
Braqueurs et cybercriminels interpellés, ordinateurs portatifs, (...)
Lire la suite

Joseph Djogbénou Président, Amouda Issifou Vice-président.

7 juin 2018 par Dg24h
Me Joseph Djogbénou vient d’être élu sans surprise, ce jeudi, président de (...)
Lire la suite

Le Compte rendu du Conseil des Ministres du 06 juin 2018

6 juin 2018 par Dg24h
Le Conseil des ministres s’est réuni ce mercredi 06 juin 2018 sous la (...)
Lire la suite

La 6e mandature de la Cour constitutionnelle officiellement (...)

6 juin 2018 par Dg24h
La cérémonie de prestation de serment des nouveaux membres de la Cour (...)
Lire la suite

La mise en terre de 2000 plants lancée à Bohicon

1er juin 2018 par Dg24h
Près de 2000 plants vont être mis en terre dans la commune de Bohicon, (...)
Lire la suite

Plus de 250 000 cartouches interceptées près de la frontière (...)

1er juin 2018 par Dg24h
L’armée nigériane a intercepté environ 250 000 cartouches livrées (...)
Lire la suite

La Cour Holo finit son mandat mardi prochain

1er juin 2018 par Dg24h
C’est le mercredi 6 juin prochain qu’est prévue la prestation de serment (...)
Lire la suite

Mon Compte


Vous n'avez pas encore de compte ?

Créer un compte

Articles PREMIUM

ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires