jeudi, 14 décembre 2017 •

201 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Affaire « Projet Epine Dorsale »

La justice rétablit Samuel Dossou dans ses droits

Par Finafa N. OJUOLA




Le Juriste Consultant du groupe Petrolin Paulin Vissoh, était ce dimanche 1er Octobre 2017, l’invité de l’émission « Ma Part de vérité » de Golfe télévision. Une sortie médiatique qui a permis au juriste de donner son interprétation de l’affaire « Projet Epine Dorsale » qui oppose notre compatriote Samuel Dossou et l’homme d’affaires francais Vincent Bolloré suite à la décision rendue par la Cour suprême le vendredi 29 Septembre 2017.

Le « Projet Epine Dorsale » est une initiative personnelle de l’homme d’affaires béninois Samuel Dossou Aworet. Un projet estimé à plus de 1000 milliards de francs CFA, selon les explications du juriste. Il est décliné en cinq (05) composantes que sont : Un port pétrolier, minéralier et commercial en eau profonde à Sèmè-Podji ; un chemin fer reliant Cotonou à Parakou avec une possibilité d’extension de Parakou à Dosso au sud du Niger et Niamey, capitale du Niger ; deux ports secs, un à Parakou et l’autre à Dosso et un aéroport international à Kraké, ville béninoise faisant frontière avec le Nigéria. Le chemin de fer servira de liaison entre le port pétrolier, minéralier et commercial en eau profonde de Sèmè-Podji et le Port sec de Parakou qui est déjà en construction sur fonds propres du Groupe Petrolin.
Le projet avait été finalisé quand un appel d’offres international est lancé et remporté par le groupe Petrolin. Un avis de notification de l’adjudication du projet avait été adressé par les les chefs d’Etat du Bénin (le président Boni Yayi) et du Niger (le Président Mahamadou Issoufou) à l’adjudicataire.

Bolloré entre dans le projet mais ne respecte pas l’accord de confidentialité

« C’est à ce moment que subtilement, le groupe Bolloré fit son apparition », précise M. Vissoh avant de poursuivre.
Selon les explications de l’invité, le PDG du groupe Bolloré, Vincent Bolloré utilise son influence pour convaincre les deux Chefs d’Etat (Boni Yayi du Bénin et Mahamadou Issoufou du Niger) pour entrer dans le projet. Ces derniers ont demandé au groupe Petrolin de prendre le groupe Bolloré comme un partenaire stratégique du projet. Ce que le groupe Petrolin avait fait. Dès lors, un accord de confidentialité fut signé entre les deux groupes.
Il faut préciser que dans l’accord de confidentialité, le partenaire stratégique ne peut rien entreprendre sans se référer au groupe Petrolin.
Le 08 Avril 2008, lors de la seconde cérémonie de lancement des travaux de construction de la voie ferroviaire Cotonou-Niamey, Vincent Bolloré, inverse les rôles et déclare que « (…) Monsieur Dossou Samuel, président du Groupe Petrolin a accepté de m’accompagner dans ce projet en investissant son argent ». Des propos qui ont attiré l’attention des responsables du groupe Petrolin. Ce dernier se rend compte que M. Bolloré est entrain de lui arracher son projet avec la complicité des Chefs d’Etat béninois et nigérien.
Mais entre-temps, malgré la notification à l’adjudicataire, les deux chefs d’Etat ont commencé une discussion avec le groupe Bolloré qui a photocopié le projet du groupe Petrolin. C’est suite à cela que « M. Dossou décide alors de se référer au juge des référés pour remettre de l’ordre (...) ». Mais ce dernier se déclare incompétent sous prétexte que l’accord signé entre le groupe Petrolin et le groupe Bolloré contient une clause compromissoire qui indique qu’en cas de désaccord, les deux partenaires règlent leur différend par voie de conciliation.
Le groupe Petrolin fait appel de la décision, et dans un arrêt rendu le 19 Novembre 2016, la Cour d’Appel de Cotonou a jugé que « les travaux entrepris par Bolloré Africa Logistics et les agissements de l’Etat béninois sont constitutifs de voie de fait et a ordonné la cessation par Bolloré Africa Logistics de tous travaux entrepris sur le site de l’OCBN à Cotonou sous astreinte combinatoire de 100 millions de FCFA par jour de résistance, ordonne à l’Etat béninois ainsi qu’à Bolloré Africa Logistics de s’abstenir de tous travaux sur les composantes du projet Epine dorsale également sous astreinte de 100 millions de FCFA par jour de résistance », précise le juriste.

La justice rétablit le groupe Pétrolin dans ses droits

Mais la décision de justice n’a pas été respectée à l’époque par le président Boni Yayi, puisqu’il avait affirmé devant les cheminots que l’Etat n’est pas engagé par cette décision.
Le groupe Bolloré saisit alors la Cour suprême qui a finalement rendu la sentence le vendredi 29 Septembre. Le groupe Bolloré a été simplement débouté.
M. Vissoh a salué la justice béninoise pour avoir dit le droit. « La décision des juges est une justice rendue pour le peuple béninois qui doit être fier de sa justice », a-t-il précisé avant d’indiquer que « dans un pays, quand la justice fonctionne, les opérateurs économiques ont confiance et n’ont pas peur d’investir>>. <<C’est une preuve palpable que nous avons une justice dans le pays (…) », a souligné le juriste consultant.
Il n’a pas manqué non plus de dénoncer toutes les manœuvres qui ont été orchestrées par le groupe Bolloré « La cabale et l’intoxication organisée par presse nationale et internationale, visait à faire croire que le groupe Pétrolin n’avait pas les moyens pour ce projet » a-t-il dénoncé.
Il a sur ce point tenu à rassurer tous les acteurs notamment les cheminots sur lesquels « ils ont voulu agir psychologiquement en leur payant leur arriérés de salaires ». « Nos amis cheminots n’auront pas de soucis à se faire. Le nombre qui est là actuellement est insuffisant. On va en recruter davantage. La priorité de M. Samuel Dossou Aworet est de garantir l’emploi des cheminots » assure-t-il. Il annonce également dans les prochaines heures, une rencontre avec les responsables des cheminots.
M. Vissoh a salué l’impartialité du président Patrice Talon qui avait affirmé que « (…) Dans ce dossier, je laisse la justice faire son travail. C’est son job et elle sait bien le faire ». En faisant allusion au propos du PDG du groupe Bolloré qui a affirmé sur les médias, qu’en Afrique, il utilise des méthodes commandos pour écraser tout sur son chemin, le juriste affirme que « Le groupe Petrolin n’est pas un groupe va t’en guerre. Le Président directeur général du groupe Petrolin est un homme ouvert qui est prêt à discuter avec tous ceux qui sont intéressés par le développement du Bénin ».
Selon lui, la discussion reste ouverte avec tous ceux qui sont intéressés par le projet et qui peuvent faire preuve de sincérité dans ce partenariat.
Le groupe Petrolin est donc prêt à entrer dans les négociations avec le gouvernement du président Patrice Talon pour le démarrage effectif de ce projet qui a connu assez de retard.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

1er octobre 2017 par La Rédaction



La Secrétaire de l’OIF, Michaelle Jean à Cotonou

13 décembre 2017 par Dg24h
La Secrétaire Générale de l’ Organisation Internationale de la (...)
Lire la suite

Le COS-LEPI sera installé au plus tard le 29 décembre

13 décembre 2017 par Dg24h
La Cour constitutionnelle vient de rendre une décision par rapport à (...)
Lire la suite

Michaelle JEAN attendue au Parlement ce jeudi

12 décembre 2017 par Dg24h
Dans le cadre de la visite officielle qu’elle effectue au Bénin du 13 (...)
Lire la suite

La 1ère Salle de Cinéma Canal Olympia de Cotonou mise en (...)

8 décembre 2017 par Dg24h
Cotonou à l’instar des autres grandes villes de la Sous-région peut se (...)
Lire la suite

L’immunité n’interdit pas l’accomplissement des actes de Police selon (...)

8 décembre 2017 par Dg24h
‹‹ Je tiens à affirmer que mes services ont agi, jusqu’ici, dans le (...)
Lire la suite

La déclaration de la Police au sujet de l’affaire Atao/Faux (...)

7 décembre 2017 par Dg24h
Déclaration de Monsieur Brice ALLOWANOU Chef de la Sous-Direction des (...)
Lire la suite

Jean-Baptiste Elias apporte un démenti formel

3 décembre 2017 par Dg24h
Invité dans l’émission ’’90 mn pour convaincre’’ de la Radio nationale ce (...)
Lire la suite

Les douaniers faux-diplômes bientôt épinglés

3 décembre 2017 par Dg24h
Les détenteurs de faux diplômes à la Direction générale des douanes et (...)
Lire la suite

Une école politique et une radio pour le PRD

3 décembre 2017 par Dg24h
Le Parti du Renouveau Démocratique (Prd) disposera bientôt d’une école (...)
Lire la suite

Deux braconniers arrêtés à Djougou

1er décembre 2017 par Dg24h
Deux trafiquants d’objets fauniques ont été interpellés le 30 Novembre (...)
Lire la suite

Plusieurs responsables de police et de gendarmerie limogés

1er décembre 2017 par Dg24h
Dans un message adressé aux directeurs départementaux de la Police (...)
Lire la suite

L’Alliance Solaire Internationale pour résorber le déficit (...)

1er décembre 2017 par Dg24h
Le gouvernement s’emploie pour finir avec le délestage et offrir (...)
Lire la suite

Un ancien Ca d’Avlamè dans le collimateur de la justice

29 novembre 2017 par Dg24h
Robert Migan, un ancien chef d’arrondissement d’Avlamè, dans la commune (...)
Lire la suite

La stratégie d’une agriculture intelligente bientôt adoptée

29 novembre 2017 par Dg24h
Le secrétaire général du Ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la (...)
Lire la suite

Emmanuel Tiando plaide pour une hausse du budget de la Céna

29 novembre 2017 par Dg24h
Un crédit supplémentaire de 805 millions FCFA. C’est le plaidoyer de (...)
Lire la suite

Un sursis de 02 semaines supplémentaires à Stephen Blewett

27 novembre 2017 par Dg24h
« La décision d’expulsion n’a pas été annulée. Nous l’avons juste différée (...)
Lire la suite

Le commissariat de Djougou doté d’un véhicule de commandement

27 novembre 2017 par Dg24h
Le directeur général de la police nationale, Idrisssou Moukaïla, a (...)
Lire la suite

Le maire de Bembèréké destitué

27 novembre 2017 par Dg24h
Le maire Gounou Yarou vient d’être destitué à l’occasion d’un vote de (...)
Lire la suite

Mon Compte


Vous n'avez pas encore de compte ?

Créer un compte

Articles PREMIUM

ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires