samedi, 18 août 2018 •

142 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Politique

Yayi-Houngbédji : Une histoire de fiançailles constamment avortées




Article écrit et publiè le 22 novembre 2012

Nouvelle Publication

Le Dr Boni Yayi et Me Adrien Houngbédji n’ont pas la même vision des choses. Ils sont différents l’un de l’autre. De Leurs approches respectives sur la manière de gérer les affaires publiques en passant par leurs histoires personnelles, ainsi que leurs parcours politiques et professionnels, Boni Yayi et Adrien Houngbédji sont diamétralement opposés. Et pourtant, une lecture attentive de la vie politique de notre pays ces cinq dernières années permet d’affirmer qu’en réalité les rivaux aux présidentielles de 2006 et 2011 sont deux personnes complémentaires qui s’ignoraient.

Me Adrien Houngbédji et Boni Yayi étaient-ils condamnés à s’entendre un jour ? La réponse est non car ils sont opposés à tout point de vue. Et pourtant, ces deux personnages étaient prédestinés à s’entendre.

Au cours des présidentielles de 2006, Me Adrien Houngbédji et Boni Yayi avaient fait du changement le thème principal de leur campagne électorale. L’un parlait du changement tout court, et l’autre parlait du changement dans la continuité.

Au terme d’un scrutin émaillé de quelques irrégularités, c’est le candidat du changement qui a fini par remporter. Mais au lieu d’opérer le vrai changement tant désiré, Boni Yayi fut contraint de composer avec la vieille classe politique rajeunie. Les dignitaires du régime défunt étaient de retour aux affaires. En lieu et place du changement promis par Boni Yayi, les béninois vivaient plutôt le changement dans la continuité que défendait Me Adrien Houngbédji.

Le mauvais départ

En 2006, le seul parti politique qui pouvait aider Boni Yayi à opérer le changement était le Prd de Me Adrien Houngbédji. Tout militait en faveur d’un rapprochement entre le leader des Tchco-Tchoco et celui des Cauris.
Les deux personnalités n’étaient pas impliqués dans les nombreuses affaires de mauvaises gestions et de corruption qui sévissaient dans notre pays.
Un tandem Boni Yayi-Adrien Houngbédji pouvait en toute tranquillité moraliser la vie politique nationale, opérer des réformes et remettre le pays aux normes conformément aux souhaits des populations.

Dans ce cadre ; ce sont les experts de l’Organisation internationale de la Francophonie dépêchés à Cotonou pour superviser les élections de 2006, qui ont donné le signal fort de la nécessité d’un attelage politique très sincère entre les deux rivaux.

Le 2 avril 2006, ils parviennent à organiser une rencontre entre les deux hommes au domicile de Me Adrien Houngbédji à Porto-Novo. Plusieurs engagements avaient été pris. Finalement rien de tout ce qui avait été retenu n’a pu être appliqué.

Les forces du mal étaient aux aguets car Me Adrien Houngbédji représentait une menace pour certains doyens.

Six années plus tard , c’est avec regrets qu’un grand partisan du Chef de l’Etat surpris des comportements vertueux de l’homme qu’on traitait tantôt de ‘’Mussolini de Porto-Novo’’, de ‘’Porto-Novorien’’ ou d’assoiffé de pouvoir s’est confié à nous en ces termes : Mon frère ! on aurait dû composer avec le Prd depuis 2006 pour éviter toutes ces tracasseries et chantages. ... mais bon rien n’est perdu

Le drame évité de justesse

Durant le premier quinquennat de Boni Yayi la haine viscérale qu’éprouvaient les deux personnalités l’un pour l’autre était perceptible. On se rappelle encore cette audience expéditive de cinq minutes entre les deux hommes à la Marina en novembre 2008. C’était dans le cadre des revendications pour le statut de l’opposition et les consultations politiques engagées par le gouvernement en vue du dialogue politique national en préparation à l’époque.
Le mépris de l’un envers l’autre s’est traduit par une violence verbale à travers des expressions comme gouvernement ventilateur, Docteur Kpayo , etc.. On a même traité le Chef de l’Etat de fantôme car il n’était jamais présent au Conseil des ministres.

Or en prêtant attention à la médisance et autres calomnies orchestrées par certains doyens contre Me Adrien Houngbédji, le Chef de l’Etat avait certainement oublié le rôle de son challenger au terme du scrutin de 2006.

Alors que des manœuvres étaient en cours par des révisionnistes et autres thuriféraires du régime défunt,pour amener le leader des Tchoco-Tchoco à contester les résultats de l’élection présidentielle de 2006, Me Adrien Houngbédji s’est empressé de reconnaître sa défaite en adressant une lettre de félicitation à Boni Yayi malgré les nombreuses irrégularités observées au cours du scrutin.

Un léger rapprochement

Malgré les relations conflictuelles entre le Prd et les Fcbe, il faut dire que les deux familles politiques ont quand même eu une légère entente.

C’était lors des élections locales de 2008 dans la commune de Sakété. Ces deux formations politiques ont eu à présenter une liste commune.

Le second signal de l’opportunité du renforcement de l’axe Tchaourou -Porto-Novo était visible. Mais une fois encore cette alliance n’a pu dépasser les limites de Sakété. Les forces du mal étaient toujours aux avants-postes

La loi de la nature

La nature ayant ses lois, le constat aujourd’hui est que la majeure partie desdits doyens et autres sont en disgrâce actuellemnt avec la Haute Autorité. De leur bouche ils continuent de soutenir le président de la République . Mais du coeur ils le maudissent. C’est ce qu’il convient de retenir si on s’en tient à certaines déclarations faites souvent en privé.

Boni Yayi ayant découvert tardivement leur vrai nature a fini par entrer en discussion avec son adversaire politique par l’intermédiaire de l’éternel Amos Elegbé.

Ce fut une surprise générale car personne ne pouvait imaginer il y a quelques mois que les pires adversaires politiques de notre pays pouvaient se parler un jour surtout après le fameux Ko de mars 2011 ?

Deux charges de signes contraires s’attirent toujours nous enseigne les sciences physiques.

La compassion comme ciment des retrouvailles

Bien avant le rapprochement entre les deux hommes, il y avait une histoire de compassion réciproque entre Boni Yayi et Me Adrien Houngbédji.

Il faut remonter en 2009 pour s’en rendre compte. Me Adrien Houngbédji venait de perdre un de ses frères décédé à Paris. Après les funérailles en France, les cendres fut ramené à Cotonou. Boni Yayi avait alors décidé d’envoyer des fleurs à l’église St Michel pour présenter ses condoléances à la famille Houngbédji . Mais compte tenu des relations politiques très tendues entre les deux hommes à l’époque, lesdites fleurs furent renvoyées à leur expéditeur.

Trois années plus tard, Boni Yayi revient encore à la charge. Cette fois-ci c’était lors de son entretien télévisé du premier août dernier. Contre toute attente le Président de la République a déclaré publiquement que Me Adrien Houngbédji était un homme d’Etat. Il lui a exprimé sa compassion pour sa mésaventure au sein de l’Union fait la nation. « Même l’immeuble qui a abrité sa direction de campagne lui a été loué par les membres de sa famille politique » a déploré Boni Yayi.

Le Chef de l’Etat venait de découvrir l’élément qui lui manquait. Depuis, il n’a cessé de louer les mérites de son rival. Au cours de sa récente visite au siège de l’Organisation Internationale de la francophonie à Paris, il a salué devant la presse internationale les mérités du Prd pour avoir initié un séminaire de ses cadres sur le processus de révision de la Lépi. A d’autres occasions, Boni Yayi a tenu des propos analogues.

Et lorsque l’occasion s’est présentée, c’est en toute logique que Me Adrien Houngbédji et les siens ont adressé leur compassion à Boni Yayi suite à la tentative d’empoisonnement à laquelle ce dernier venait d’échapper.

Le repositionnement du Prd

Se réclamant désormais du centre, le Prd entend désormais jouer le rôle de conciliateur au sein de la classe politique nationale. Qui peut encore dire la vérité à Boni Yayi actuellement ?
Personne car Nicephore Soglo est devenu courtisan. Mathieu Kérékou au repos dans les filaos reste muet. Emile Zinsou est indisponible, Bruno Amoussou n’est plus opérationnel. Il ne reste que le leader des Tchoco-Tchoco comme interlocuteur valable de Boni Yayi après six ans de chicaneries inutiles entre les deux.

Ainsi, après six années de chicaneries politiques entre Boni Yayi et Adrien Hounbédji, les fiançailles tant reportées entre les deux hommes ont fini par avoir lieu à travers des contacts réguliers. Dès lors, la question se pose de savoir ce que le tandem Yayi-Houngbédji pourra nous réserver dans les années à venir ?

Judicael ZOHOUN

www.24haubenin.info ; L’information en temps réel

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

22 novembre 2012 par Dp24h



Que reproche-t-on à Patrice Talon ?

12 août 2018 par Dg24h
Un homme de vision et de défis, le chef de l’Etat montre de quoi il est (...)
Lire la suite

Les citoyens de la Donga apprécient les réformes du PAG

12 août 2018 par Dg24h
Les populations du département de la Donga sont reconnaissantes pour (...)
Lire la suite

ABT organise une convention de la jeunesse à Parakou

9 août 2018 par Dg24h
L’Alliance pour un Bénin Triomphant (ABT) organise, ce samedi 11 Août (...)
Lire la suite

0% au Bepc dans certains établissements

6 août 2018 par Dg24h
Après la proclamation des résultats de l’examen du Brevet d’études du (...)
Lire la suite

L’UN au contact des femmes de Cotonou

6 août 2018 par Dg24h
‘’Leadership féminin, identité de la femme’’, c’est le thème autour duquel (...)
Lire la suite

Salimane Karimou crée le Fund-Irédé en soutien au chef de l’Etat

4 août 2018 par Dg24h
‘’Forces unies pour un nouveau départ’’, c’est le nom du tout nouveau (...)
Lire la suite

La Coalition Bénin en Route affûte ses armes pour 2019

3 août 2018 par Dg24h
C’est la salle de réunion de Codiam de Cotonou qui a servi de cadre à la (...)
Lire la suite

Soumanou Toléba agrandit le cercle de la mouvance présidentielle

2 août 2018 par Dg24h
La majorité présidentielle vient d’obtenir un soutien de taille dans le (...)
Lire la suite

Abomey accueille avec joie le projet Asphaltage des rues

2 août 2018 par Dg24h
Le projet Asphaltage initié par le président Patrice Talon à travers son (...)
Lire la suite

Les jeunes réaffirment leur soutien à Patrice Talon

29 juillet 2018 par Dg24h
Le centre des jeunes et loisirs de Ouinhi a servi de cadre ce samedi (...)
Lire la suite

Réso Atao affirme son appartenance à la mouvance présidentielle

29 juillet 2018 par La Rédaction
Réso Atao est désormais dans la mouvance présidentielle. C’est ce qui (...)
Lire la suite

Talon dissipe les passions et promeut l’excellence

28 juillet 2018 par Dg24h
Le chef de l’Etat, le président Patrice Talon a au cours du conseil des (...)
Lire la suite

Les réformes opérées au sein de la charte des partis politiques

27 juillet 2018 par La Rédaction
La représentation nationale a adopté, ce jeudi 26 juillet 2018, la loi (...)
Lire la suite

Eustache Akpovi officialise son adhésion à la Coalition Bénin En (...)

27 juillet 2018 par La Rédaction
La 9ème circonscription accueille un nouveau-né ce samedi. L’Alliance (...)
Lire la suite

Et si on cessait avec la ‘’béninoiserie’’ pour féliciter plutôt le (...)

27 juillet 2018 par Dg24h
Le vote, le 24 juillet 2018, du Bloc de la Majorité Parlementaire (BMP) (...)
Lire la suite

40 cadres promus à la présidence et dans les ministères

25 juillet 2018 par La Rédaction
Le Conseil des ministres s’est réuni sous la présidence du Chef de (...)
Lire la suite

Alladatin et Mitokpè donnent leurs points de vue

25 juillet 2018 par La Rédaction
Après la levée d’immunités des députés Idrissou Bako, Valentin Djènontin et (...)
Lire la suite

Djibril Débourou apprécie les députés du BMP

25 juillet 2018 par Dg24h
Se prononçant sur la levée d’immunité parlementaire des députés à (...)
Lire la suite

Mon Compte


Vous n'avez pas encore de compte ?

Créer un compte

Articles PREMIUM

ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires