mercredi, 19 décembre 2018 •

189 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Urbanisation « incontrôlée » dans le Sud du Bénin

L’érection de cités au détriment des activités agricoles




Menace sur les terres agricoles
Achats massifs de terres en milieu rural, non respect des textes sur le foncier domanial, non respect de la réglementation sur la gestion de l’espace en milieu rural…l’urbanisation mal conduite réduit gravement les terres agricoles dans le Sud du Bénin. Tout ceci dans la jungle de la spéculation foncière.
Christian HOUNONGBE

L’urbanisation incontrôlée entraîne chaque année la perte des hectares de terres cultivables. De Porto-Novo à Abomey en passant par Abomey-Calavi, Allada, Lokossa, les champs et vergers disparaissent au profit des cités.
Sur la route bitumée menant dans la commune de Zè (30 km de Cotonou), des maisons d’habitation et des plaques d’identification des propriétaires des parcelles s’étendent à perte de vue. Le long de cette route de plus de 20 km, champs, vergers et paysage verdoyant disparaissent au profit de nombreuses maisons érigées en matériaux définitifs. « Des familles autochtones ont bradé toutes leurs terres et n’en ont plus presque pour faire de l’agriculture familiale. Certaines personnes ayant épuisé leur héritage, se ruent même sur le domaine des Coopératives d’aménagement rural », se désole Hubert Trougnin, responsable du développement rural de la Commune de Zê. C’est le cas à Akouèdjromédé, (un village de Zè) La palmeraie de l’ex-Société nationale du développement rural a été morcelée et vendue. Les acquéreurs y ont érigé des maisons et des boutiques, créant progressivement une cité au détriment de l’activité agricole. Mais Faustin Adjodekou, secrétaire administratif de l’arrondissement de Dodji-Bata prend la défense des autochtones : « Il y a longtemps que des transactions foncières ont été opérées par de présumés propriétaires, héritiers des anciens coopérateurs en complicité avec certains anciens élus locaux », témoigne-t-il. Il en est de même dans les départements de l’Ouémé, du Plateau, de l’Atlantique et du Mono où les terres agricoles se réduisent comme une peau de chagrin. Les coopératives d’aménagement rural (CAR) sont menacées de disparition puisqu’elles finiront par ne plus disposer d’espaces pour mener leurs activités agricoles. « Si rien n’est fait, toutes ces terres peuvent disparaitre comme celles de Djomon-Djavi, de Gbada (département de l’Ouémé) dont le domaine a été loti avec disparition de la palmeraie évaluée à 1 550 ha dans la seule commune d’Adjarra », avertit Rodrigue Adikpéto, responsable des coopératives au Carder Atlantique. Dans la commune de Sakété, le soulèvement des propriétaires dans les années 90 avait aussi abouti à la récupération de 1 600 ha à Tacon-Yoko s’est soldée par la destruction des palmeraies et le mitage du domaine pour sa vente. Mises en place dans le cadre des plantations de palmeraies des années 60, ces plantations n’ont vu le jour que suite à l’expropriation par l’Etat, de ces espaces à leurs propriétaires. A Abomey-Calavi, par exemple, la CAR a disparu pour raison d’urbanisation. Au total, « 1600 ha appartenant aux coopératives agricoles, dont 800 pour Calavi-Zoundja et autant pour Calavi-Akassato ont été morcelés et vendus, après un soulèvement des propriétaires terriens », regrette Adrien Hounsa, un propriétaire terrien à Akassato. Dans ses mains, l’arrêté ministériel du 20 février 1998 portant nomination du liquidateur de la palmeraie et rétrocession des terres aux propriétaires terriens. A Cotonou, des résidences cossues et des villas de luxe, des hôtels, le palais des Congrès et autres infrastructures modernes remplacent désormais ces bandes de cocotiers qui se dressaient fièrement le long de la côte. Aucun programme d’appui ne s’intéresse à leur régénérescence. Et pourtant, il est prouvé que ces cocotiers consolident les cordons de sable marin, freinent l’érosion côtière et empêchent l’embrun marin d’aller au-delà d’un rayon de 2 km. Les coopératives maraîchères de Cotonou et de Sème-Kpodji ne sont pas épargnées. D’après un point fait par la Direction du génie rural, certains sites agricoles n’existent plus de nos jours ou ont perdu une grande partie de leur superficie. À Gbégamey, Ahouanlèko, Fidjrossè-Kpota, Agla, les sites maraîchers ont disparu… Ce sont des maisons qui sont érigées à la place des jardins. A l’occasion de la dernière journée internationale de la terre le 22 avril 2017 sur leur site à Houéyiho, les paysans ont fait un plaidoyer vers l’Etat et les autorités communales, afin de solliciter leur soutien pour la sécurisation des terres. « Nous demandons à l’Etat et à la mairie de penser aux maraîchers afin de prévoir des réserves agricoles pour nous », plaide Eudes Tossou, un maraicher à Akogbato, un quartier sud de Cotonou.
Selon le rapport du comité ad’ hoc créé par décret n° 91-31 du 14 février 1991 dont la mission est de recenser les fermes d’Etat abandonnées et d’étudier les possibilités de leur réaffectation, les plantations nationales des cocoteraies sont évaluées à 18751 ha dont :8 060 ha dans le département de l’Atlantique (Ouidah, Cotonou, Kpomassè), 3 560 ha dans le département du Mono (Grand-Popo, Comé, Athiémé) et 7 074 ha dans le département de l’Ouémé (Sèmè-Kpodji). « Malheureusement, les plantations pour la plupart sont vieilles et n’ont pu être régénérées dans la totalité » regrette Rodrigue Adikpéto, agent du Carder Atlantique.

Des lotissements « sauvages » à l’urbanisation incontrôlée

L’urbanisation bat son plein au détriment des terres rurales qui attendent d’être sécurisées. Pourtant, l’article 7 du Code foncier domanial définit clairement les terres rurales comme l’ensemble des terres occupées par les activités agricoles, pastorales, sylvicoles, piscicoles ou destinées à accueillir l’une ou l’autre de ces activités. Les terres rurales sont situées en dehors des zones urbaines, des zones à urbaniser ou des zones d’urbanisation futures, telles que définies par les documents d’urbanisation.
En 2008, suite aux plaintes de producteurs agricoles déguerpis des terres qu’ils cultivaient, la Synergie Paysanne, un syndicat de paysans, a commandité une étude qui a révélé que près de 45% des terres agricoles de la commune de Djidja étaient vendus. Les nouveaux acquéreurs les thésaurisent et en empêchent l’accès aux paysans. Ce qui a amené le conseil communal à limiter la vente des terres à travers un arrêté communal.
Les opérations de lotissement sur les terres rurales constituent l’une des causes de la réduction des espaces agricoles au Sud-Bénin. Rodrigue Tossou, chef du service planification et développement urbain à la direction de l’urbanisme, pense que tout initiateur de lotissement doit se conformer au code foncier domanial et à l’arrêté qui l’organise. Mais la démarche est tout le contraire. Selon lui, les mairies se lancent dans les opérations de lotissement qu’il assimile à une manne dont les acteurs se partagent le reliquat. C’est ainsi que des hectares de terres agricoles sont lotis dans des régions où l’agriculture occupe encore la population active. « L’exemple de la commune de Bohicon est patent. Plus de 51% du territoire de Bohicon est loti. Or, cette commune à de fortes potentialités agricoles, vue la richesse de ses espaces cultivables », déclare-t-il.
D’ailleurs, le constat est perceptible au quartier Zogba (dans la commune de Bohicon). Anciennement occupés par des champs d’anacardes, de palmier à huile et de cultures vivrières, les hectares de terre situés derrière l’usine SHB ont disparu au profit des habitations modernes. Un hôtel y a même été érigé.
« Tout ce qui est nouveaux quartiers à Bohicon, plus précisément les terres en face du Lycée technique, c’était des zones rurales où les paysans faisaient l’agriculture à grande échelle », fait remarquer Jonas Gbeffo, chargé de communication de la Plateforme nationale des organisations paysannes et de producteurs agricoles du Bénin, originaire de la Commune.
« Si les terres rurales sont en recul, c’est du fait du lotissement et du morcellement car, quand on fait le lotissement ce n’est pas pour faire de l’agriculture » ajoute Ferdinand Dossou-Yovo, Directeur des affaires juridiques de la mairie de d’Abomey-Calavi.
Cyriaque Aguégué, chef service des archives à l’Institut géographique national (IGN) déclare que l’institution en tant que bras technique de contrôle des opérations de lotissement, est de moins en moins sollicitée à cause de la floraison des cabinets d’experts géomètres dans le privé. En toute ignorance de la politique d’occupation du sol, les lotissements s’opèrent en milieu rural comme en milieu urbain, et ceci au détriment des normes prévues par les documents de planification et en violation du Code foncier domanial. « La plupart de ces experts géomètres privés interviennent en procédant à un simple découpage, comme on découperait un gâteau, parfois sans même prévoir un chemin d’accès à chacune des parcelles. C’est pourquoi on observe un désordre total dans les grandes villes et leurs périphéries », déplore-t-il.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

3 août 2017 par Dg24h


Vers un essor de la production locale


19 décembre 2018 par Dg24h
L’élaboration du projet « Alternatives pour l’écoulement des sous produits (...)
Lire la suite

Le PAM forme ses agents et Ong partenaires à l’utilisation du (...)


19 décembre 2018 par Dg24h
Royal hôtel de Cotonou accueille depuis, lundi 18 décembre 2018, un (...)
Lire la suite

L’ambassadeur de Cuba présente ses lettres de créance à Aurélien (...)


19 décembre 2018 par Dg24h
Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération M. Aurélien (...)
Lire la suite

Joseph Djogbénou expose sur "L’accès à la justice constitutionnelle’’


18 décembre 2018 par Dg24h
« L’accès à la justice constitutionnelle en République du Bénin », c’est le (...)
Lire la suite

Des centaines de milliers de litres d’alcool saisies


18 décembre 2018 par Dg24h
Le directeur départemental du commerce et de l’industrie de l’Atacora et (...)
Lire la suite

Les travaux officiellement lancés ce jour


18 décembre 2018 par Dg24h
Les acteurs de la société civile se sont donnés rendez-vous au Bénin (...)
Lire la suite

Les révélations embarrassantes pour Yayi et ses anciens (...)


18 décembre 2018 par Dg24h
L’affaire ICC-Services fait des révélations. L’audience de ce lundi est (...)
Lire la suite

Les révélations d’Émile Tégbénou attendues ce jour


18 décembre 2018 par La Rédaction
Beaucoup ne s’attendait pas à les voir à l’audience hier, lundi 17 (...)
Lire la suite

L’audience suspendue pour reprendre demain


17 décembre 2018 par La Rédaction
Démarrée dans la matinée de ce lundi 17 décembre 2018, l’audience du (...)
Lire la suite

L’audience a démarré ce lundi


17 décembre 2018 par Dg24h
L’affaire ICC-Services qui a durant des années créé d’importants dégâts (...)
Lire la suite

Pari gagné pour l’association de développement Nonvissilélé


16 décembre 2018 par Dg24h
L’association de développement d’Agoué Nonvissilélé a fait oeuvre très (...)
Lire la suite

La Fondation Etisalat-Bénin en fête avec les enfants de l’orphelinat Dada (...)


16 décembre 2018 par Dg24h
La Fondation Etisalat-Bénin poursuit ses oeuvres sociales, celles de (...)
Lire la suite

Le Syntrasesh appelle ses militants à l’unité d’action


15 décembre 2018 par Dg24h
Le Syndicat national des travailleurs des services de santé humaine du (...)
Lire la suite

Benjamin Hounkpatin anticipe contre tout risque de contamination du (...)


15 décembre 2018 par La Rédaction
Le ministre de la santé, Benjamin Hounkpatin a effectué, ce vendredi 14 (...)
Lire la suite

Fermeture de l’ambassade d’Haïti au Bénin


15 décembre 2018 par Dg24h
La République d’Haïti vient de fermer définitivement son ambassade au (...)
Lire la suite

Un ouf de soulagement pour les populations de Djougou- Pehunco-Kerou (...)


14 décembre 2018 par Dg24h
Le jeudi 13 décembre 2018, le Conseil d’Administration de la Banque (...)
Lire la suite

ISOCEL SA rejoint la 2ème cohorte d’ELITE BRVM LOUNGE


14 décembre 2018 par Dg24h
ISOCEL SA a été sélectionnée par la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (...)
Lire la suite

La marche des autorités contre l’alcool qui tue


14 décembre 2018 par Dg24h
Les autorités locales etaient dans les rues, ce vendredi 14 décembre (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information