mercredi, 20 février 2019 •

309 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Procès ICC-Services

L’AJT Accrombessi, répond du tac au tac aux questions des avocats




Suspendu suite à une demande d’instruction supplémentaire de la partie civile, le procès ICC-Services a repris ce jeudi 31 janvier 2019 à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

A l’ouverture de cette 28ème journée d’audience, la Cour a demandé à la partie civile sur la base de quels fondements juridiques certaines personnes physiques ou morales sont appelées à comparaître devant la juridiction.
« En dehors de la BCEAO dont le nom figure dans notre citation directe, ceux dont les noms sont cités dans cette procédure que nous avions formulé ont déjà leurs noms cités depuis le début de ce procès. Il y en a qui ont déjà déposé mais nous ne sommes pas satisfaits de leurs déclarations. Il y en a qui ne se sont même pas présentés. Parmi eux, certains sont passés devant votre Cour et ont promis d’amener des pièces mais jusqu’à ce jour rien », à déploré Me Gustave Anani Cassa. Pour ce dernier, la BCEAO a été cité tout simplement parce qu’à un moment donné de cette rocambolesque affaire, elle a pris l’initiative de convoquer une réunion où il a été demandé aux promoteurs de ICC-Services de diminuer progressivement les taux appliqués.
La Cour invite la partie civile a fait débat sur les textes relatifs à l’immunité de la BCEAO. Au regard de ces textes, Edouard Cyriaque Dossa a décidé de ne pas écouter la BCEAO.
S’agissant des établissements bancaires, Me Agathe Affougnon confie : « Nous avions déjà vu comparaître devant votre Cour toutes ces banques sauf UBA. Il y a même une banque qui est passée par ici où nous avions demandé à avoir d’éclaircissements sur certains documents qu’ils nous ont demandés et vous avez rejeté ça à plus tard. Leur silence nous inquiète et nous voulons comprendre ».
Pour Me Gbaguidi, le débat est purement technique. « Vous avez demandé à la partie civile sur la base de quels fondements juridiques certaines personnes sont appelées à comparaître devant votre juridiction. Il revient aux avocats de la partie civile de répondre et nous allons évoluer », a expliqué l’avocat de la défense.
« Je concède aux techniciens leur technicité », a lancé Me Gustave Cassa, tout en affirmant que de mardi à aujourd’hui quelque chose s’est passée. Sur ces mots, la Cour prévient l’avocat : « Lorsque vous servez que de mardi à aujourd’hui quelque chose s’est passée, vous devriez apporter des preuves ».
L’avocat de l’Etat béninois Me Spero Quenum estime que son confrère Gustave Cassa n’a pas répondu à la question. Me Gustave Cassa n’est pas d’accord avec cette déclaration de son confrère. L’ambiance s’est dégradée, ce qui a conduit à une première suspension de l’audience dans le but de ramener le calme.

Iréné Accrombessi, représentant de l’Etat

A la reprise des débats, la Cour a encore longuement épilogué sur la question relative aux fondements juridiques avant d’inviter à la barre l’Agent judiciaire du trésor (AJT) Iréné Accrombessi.
Représentant de l’Etat, l’actuel AJT a confié à la Cour que plusieurs préjudices ont été causés à l’Etat béninois. Selon lui, l’Etat a perdu à double titre. « Au plan substantiel, vous allez constater qu’il y a des bras valides qui sont allés déposer de l’argent à ICC- services et sont allés se reposer attendant les intérêts. Cela a contribué à la paresse et économiquement l’Etat a perdu beaucoup. Secundo, l’image de l’Etat a été écorché sur le plan international et je termine sur ces points en disant que l’Etat est victime », a expliqué Iréné Accrombessi.
La Cour demande à l’AJT quelles sont les initiatives prises par l’Etat entre 2006 et 2010 pour éviter la crise ICC-Services. « Je crois qu’il y a des organes mis en place par l’Etat pour réguler les activités de ces structures. Et lorsqu’il s’est’l agi pour ces structures de prendre l’autorisation pour exercer, l’Etat s’est opposé, ce qui explique le fait que ces promoteurs n’ont pas eu l’agrément pour exercer », répond le représentant de l’Etat béninois.

Me Gbaguidi annonce que le registre de commerce a été délivré à la structure ICC-Services depuis 2007. « Une fois que l’agrément sollicité par ICC-Services n’a pas été donnée, aucune autre autorisation ne peut être considérée », a souligné le sieur Accrombessi.
Le procureur spécial Ulrich Togbonon clarifie : « (...) l’obtention du registre de commerce n’est pas synonyme d’obtention d’agrément. Avant d’exercer n’importe quelle activité, il faut d’abord avoir un registre de commerce et n’importe quel citoyen peut formuler la demande et l’avoir ».
Le représentant de l’Etat ajoute aussi qu’il ignore si ICC-Services doit des impôts à l’Etat. « Du moment où c’est une structure qui n’a pas de papier pour exercer, il est normal qu’elle ne paie pas ses impôts », avance-t-il. L’avocat de la défense prétend avoir des preuves. A cette déclaration le procureur spécial notifie que si le conseil insiste il fera le point des activités et immeubles. Ceci dans le but de calculer ce que ICC-Services doit comme impôts. « Ce n’est pas la guerre », a lancé Me Hervé Gbaguidi.

L’Etat n’est pas responsable de la crise selon Accrombessi

A la reprise de l’audience après la suspension de la mi-journée la Cour a continué avec l’audition du représentant de l’Etat. Pour Iréné Accrombessi l’Etat n’est en aucun cas responsable de la crise ICC-Services. « La présence du président de la République aux côtés des promoteurs de ICC-Services ne signifie pas une complicité puisque ICC- Services est une ONG qui fait des œuvres sociales et le président est pour tout le monde », estime-t-il.
Répondant à l’une des questions de Me Hounyèmè, Iréné Accrombessi soutient qu’aucun document au niveau de trésor ne justifie l’engagement de l’Etat béninois dans l’Affaire ICC-Services.
Un rapport du Fonds monétaire international (FMI), relatif à une alerte sur le danger de l’abondance des structures illégales de placement d’argent au Bénin serait produit à l’AJT. « Je n’ai pas encore pris connaissance de ce rapport mais si la Cour me le demande je le ferai », déclare-t-il.
La Cour veut comprendre à présent les différents mouvements qui ont été effectués sur un compte au trésor par le régisseur Evel Gomez, pour le remboursement des déposants des structures illégales de placement d’argent. Iréné Accrombessi précise que le compte ne concernait pas uniquement ICC-Services, mais aussi les autres structures illégales. Sauf que poursuit-t-il aucun remboursement n’a été effectué pour ICC-Services. Le compte abrite 575.596.781 FCFA comme solde des fonds de ICC-Services. Le montant initial étant 632.282.781 FCFA, une somme de 56.696.000 FCFA a été décaissée le 17 décembre 2012 pour l’immatriculation des immeubles et de la vente des véhicules. Les fonds proviennent du dégel des comptes bancaires primaires, de la vente aux enchères des biens et des dépôts directs et libéralités et autres.
Me Cassa signale qu’il n’y a pas les 3 millions de FCFA que la commission autonome d’enquête aurait découvert au domicile du sieur Tégbénou. « Il n’y a pas de clarification à cette somme-là », a mentionné l’AJT.
Selon les avocats de la partie civile, l’Etat a aussi des responsabilités à assurer dans ce scandale ICC-Services.
Avant de suspendre les débats, Cyriaque Dossa a demandé à l’AJT de tout faire pour produire le rapport du Fond Monétaire International sur l’Affaire ICC-Services.
Suite à une nouvelle prorogation jusqu’au 07 Février, le président de la Cour annonce que la lecture des pièces d’enquêtes de moralité et autres va débuter ce vendredi 1er Février tandis que la plaidoirie commencera lundi prochain.

Akpédjé AYOSSO

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

1er février 2019 par Dg24h


Toboula et Dassigli relevés de leurs fonctions relevés


20 février 2019 par Dg24h
Le préfet du Littoral Modeste Toboula et le ministre chargé de la (...)
Lire la suite

Modeste Toboula en garde à vue


20 février 2019 par Dg24h
Le préfet du Littoral a passé hier sa première nuit dans les locaux de (...)
Lire la suite

Le Conseil national d’aménagement du territoire installé


19 février 2019 par Dg24h
Le ministre du cadre de vie et du développement durable, José Didier (...)
Lire la suite

Bénin, 3ème meilleur pays de l’Uemoa (Forbes)


18 février 2019 par Dg24h
Le magazine américain Forbes, dans son dernier classement publié en (...)
Lire la suite

Le Micro Crédit Mobile présenté à Allada et Ouidah


18 février 2019 par Dg24h
Le ministre des affaires Sociales et de la Microfinance, Bintou Chabi (...)
Lire la suite

A la découverte de l’Ecole d’amitié sino-béninoise


18 février 2019 par Dg24h
Un délégation conduite par le ministre des Affaires étrangères et de la (...)
Lire la suite

Le ‘’Tolègba’’ de Godomey en feu ce dimanche


17 février 2019 par Dg24h
Le fétiche communément appelé ‘’Tolègba’’ situé au milieu de la voie pavée (...)
Lire la suite

Des officiers rétrogradés


16 février 2019 par Dg24h
Le chef d’Etat-major des forces armées béninoises, le Contre-Amiral (...)
Lire la suite

Un prêtre tué à la frontière Togo-Burkina


16 février 2019 par Dg24h
Le Père César Fernandez, secrétaire provincial de la congrégation (...)
Lire la suite

La réhabilitation de Ganvié lancée


15 février 2019 par Dg24h
A partir du mois de mai prochain, une centaine de balises lumineuses (...)
Lire la suite

Une session extraordinaire s’ouvre lundi


15 février 2019 par Dg24h
Le président de la représentation nationale, Me Adrien Hounbgédji, à (...)
Lire la suite

La liste provisoire des nouveaux membres


14 février 2019 par Dg24h
La liste provisoire des nouveaux membres du Conseil national de (...)
Lire la suite

Des voix appellent à des élections


13 février 2019 par Dg24h
Seul creuset de défense et de revendication de leurs intérêts (...)
Lire la suite

Les causes de l’augmentation du prix du ‘’Kpayo’’


13 février 2019 par Dg24h
Le prix de vente de l’essence de contrebande connait depuis environ 72 (...)
Lire la suite

Un homme tire sur un marabout


13 février 2019 par Dg24h
Un homme âgé de 45 ans environ a tiré à bout portant sur un marabout et un (...)
Lire la suite

Claudine Talon aux côtés des porteurs du Vih


12 février 2019 par La Rédaction
Un important lot d’antirétroviraux et des médicaments essentiels pour le (...)
Lire la suite

Des dossiers ajournés dont la convention de l’UPOV


12 février 2019 par Dg24h
La première session extraordinaire de l’année 2019 ouverte le lundi 28 (...)
Lire la suite

Plus de 400 dossiers de BEPC rejetés


12 février 2019 par Dg24h
Le chef service des examens et concours de la direction départementale (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information