jeudi, 12 décembre 2019 •

409 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Débat télévisé

He Abdoulaye Gounou parle des innovations du code pénal




Code pénal du Bénin : de la modernisation à la répression. C’est le thème de l’émission « Ma part de Vérité », de ce dimanche 17 juin, sur Golfe TV. Rachidi Odjo a reçu comme invité le député Abdoulaye Gounou, Vice-président de la commission des lois et des droits de l’Homme de l’Assemblée nationale

Après le vote survenu, dans la nuit de mardi 12 juin dernier, le nouveau code pénal continue de susciter des réactions diverses. Chacun y vas selon sa compréhension et son tempérament. Le vice-président de la commission des lois du parlement, He Abdoulaye Gounou, s’est prêté aux questions du journaliste sur le plateau de l’émission « Ma part de Vérité››.
Le député a d’abord clarifié le contexte et montré que le code n’est dirigé contre personne. "Un code, c’est un texte unifié qui porte sur un domaine donné. Un code pénal, c’est un code qui sert à réprimer. Il réprime des personnes qui sont dans une situation autre que prescrit par la loi", a expliqué Abdoulaye Gounou. Il confie que " Ça fait 17 ans que ce code traînait dans le circuit de l’hémicycle". L’absence d’un code fait qu’on appliquait un texte hérité de la colonisation. " C’est un texte français. Il y a des choses qui ont disparu et ne sont plus d’actualité " affirme le député. " Le cas de la peine de mort, le travail forcé. Dans le même temps, il y a beaucoup d’autres infractions qui ne sont pas prêtes dans ce code. Le code voté est dans un élan de modernisation ", soutient-il. M. Gounou explique par ailleurs que le code n’a pas été voté dans la précipitation, contrairement à ce que disaient certains. "Ce code a fait l’objet de six plénières. En commission, nous avons mis plus de deux mois à lire ce code’’, a souligné le parlementaire.
L’honorable Abdoulaye Gounou a précisé que c’est au moment où Joseph Djogbénou était président de la commission des lois qu’il a fait sortir beaucoup de lois laissées en suspens. C’est le cas de ce code et bien d’autres notamment celui relatif numérique et la loi sur le statut des magistrats.
Le vice-président de la commission de lois dira que ce code a été envoyé au gouvernement pour la mise à jour. ’’Ce code tel que nous l’avons a été l’émanation du gouvernement puisque, c’est lui qui a les moyens", a-t-il ajouté . "Nous avons été en séminaire pour l’appropriation du code. On est revenu 10 fois en commission pour cela. Il fallait en finir avec, c’est pour cela qu’on a dû aller jusqu’au bout pour voter ledit texte ", a confié Abdoulaye Gounou. Il se désole des critiques faites par certains de ses collègues deputés qui estiment qu’il s’agit d’une loi pour faire plaire au gouvernement. Il a avoué que, "Ce n’est pas pour la première fois qu’un texte a été adopté de la sorte’’. Selon lui, il y a "une procédure parlementaire réglementée par le règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Lorsque le président suspend la séance, celle qui suit même avec une personne, le séance suit son cours. Si la séance est levée, il faut le quorum pour la séance qui suit pour qu’elle soit ouverte. Pour ce code, on a jamais levée la séance jusqu’à la fin". Il martèle que " pour ce texte nous avons trop traîné".

Le code en question

"Rien n’a été inventé dans ce code", estime-t-il. Le député confie que "pour l’aspect de la répression en matière d’attroupement, il y en a partout dans tous les pays’’. ’’Il faut réglementer les regroupements", soutient-il. Dans le cas où " dans le groupe quelqu’un tient une arme, tout le monde est impliqué et il appartient aux organisateurs d’être extrêmement vigilants", conseille le député avant d’ajouter : " Ne voyez pas que la répression". Car explique l’honorable Gounou, " le code pénal est appliqué par le juge (...). Et le juge fait ses enquêtes et apprécie au cas par cas avant que la décision ne soit prise". Dans le cas de l’essence Kpayo, le député rassure que le gouvernement ne va pas se lancer dans la lutte sans réflexions. Il fait comprendre qu’ " il y a avait des luttes contre ce commerce pendant longtemps. Et ce que cela crée comme dégâts est énorme". En plus rappelle-t-il, " il y a le code de la douane qui interdisait ce commerce. Le code est venu préciser les peines’’. L’élu du peuple reconnaît que " des centaines de milliers de Béninois se nourrissent de ce commerce. On ne peut pas y mettre un terme précipitamment". Cette observation a été faite au ministre de la justice, au moment de l’étude du texte. " On l’a dit au Garde des sceaux qu’avant de commencer la répression, le gouvernement pense à la mesure d’accompagnement", soutient-il. Pour lui, " c’est vrai, il fait du mal à l’économie mais il faut le prendre avec précaution". Il ajoute que " Tout se fera dans la pédagogie, dans le dialogue, dans l’accompagnement, de sorte à opérer une mutation en douceur. Il faut une débat, une assise avec les acteurs pour s’en sortir". Le député déclare que " personne n’ira violenté personne". ’’C’est un code qui vient actualiser les concepts. On a inscrit des infractions contre l’environnement, la cybercriminalité, le terrorisme, il y a des aspects qui ont trait aux gouvernants ; nous avons pénalisé des infractions contre le code des marchés publics", informe-t-il.
Giscard AMOUSSOU

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

17 juin 2018 par Dg24h


Le PER un nouveau parti politique officiellement reconnu


9 décembre 2019 par Dg24h
A l’instar des autres formations politiques officiellement reconnues (...)
Lire la suite

L’Assemblée Nationale outille le personnel


7 décembre 2019 par La Rédaction
Un séminaire de renforcement de capacités des acteurs de la chaîne de (...)
Lire la suite

Le bitumage des voies secondaires prend corps à Natitingou


4 décembre 2019 par Dg24h
Dans la commune de Natitingou, située au nord-ouest du Bénin, le (...)
Lire la suite

Ambassadeurs et ministres retraités au cabinet de Vlavonou


23 novembre 2019 par La Rédaction
Ils sont cinq personnalités à rendre visite au président de l’Assemblée (...)
Lire la suite

Les députés dotent l’Opposition d’un statut


22 novembre 2019 par La Rédaction
La loi n°2019-45 portant statut de l’Opposition au Bénin a été adopté (...)
Lire la suite

C’est une rencontre festive selon Alain Orounla


20 novembre 2019 par La Rédaction
Le ministre de la communication et de la poste, Alain Orounla après le (...)
Lire la suite

63 personnes recouvrent la liberté


8 novembre 2019 par La Rédaction
Le procureur de la République Mario Metonou a donné l’ordre de mise en (...)
Lire la suite

Patrice Talon doute de l’entrée en vigueur de l’Eco en 2020


8 novembre 2019 par La Rédaction
Le président béninois Patrice Talon doute de l’avènement de la monnaie (...)
Lire la suite

Patrice Talon se prononce sur la réforme du franc CFA


8 novembre 2019 par La Rédaction
Le président Patrice Talon dans un entretien accordé à France 24 et RFI (...)
Lire la suite

Patrice Talon parle de Ajavon, Zinsou ..


7 novembre 2019 par Dg24h
Le Chef de l’Etat en se prononçant sur sa candidature éventuelle en 2021 (...)
Lire la suite

« Elle a été faite dans l’intérêt supérieur de la Nation » (He (...)


4 novembre 2019 par La Rédaction
Le vendredi 1er novembre 2019, les députés de la 8ème législature ont (...)
Lire la suite

’’Le Bénin est à sa troisième indépendance’’ (A. Zinzindohoué)


2 novembre 2019 par La Rédaction
La constitution du 11 décembre 1990 a été révisée ce vendredi 1er novembre (...)
Lire la suite

Patrice Talon relève un grand défi


1er novembre 2019 par Dg24h
La nouvelle mouture de la constitution a été adoptée dans la nuit de (...)
Lire la suite

Les députés ont tenu le pari


1er novembre 2019 par Dg24h
Il sonnait environ 00h25 quand le président de l’Assemblée nationale (...)
Lire la suite

Enfin, la constitution révisée !


31 octobre 2019 par La Rédaction
Les députés de la 8è législature viennent de réaliser un exploit historique (...)
Lire la suite

Le Bénin et le Maroc signent une convention


30 octobre 2019 par La Rédaction
Le Médiateur du Royaume du Maroc, Mohamed Benalilou et son homologue (...)
Lire la suite

« Nous n’avons pas inventé le parrainage, il existe un peu partout » (Me (...)


29 octobre 2019 par Dg24h
Le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement Alain (...)
Lire la suite

Loi d’amnistie, « Pas d’amalgame à faire » (Alain Orounla)


29 octobre 2019 par Dg24h
L’une des recommandations du comité d’experts est l’adoption d’une loi (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information