mercredi, 24 avril 2019 •

168 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Affaire Icc-Services devant la CRIET

Des avis partagés à Cotonou et Abomey-Calavi




Le dossier Icc-Services, l’un des plus grands scandales financiers qu’a connu le Bénin dans l’histoire de son évolution, fait l’objet depuis ce lundi 17 décembre 2018, d’une audience retransmise en direct sur les ondes de la radio nationale et divers autres canaux à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Des personnalités de hauts rangs défilent depuis devant cette nouvelle juridiction créée sous le régime du Nouveau Départ et de la Rupture pour connaître du dossier aux fins de situer les responsabilités. Après avoir suivi les différentes déclarations, quelques citoyens rencontrés à Cotonou et à Abomey-Calavi livrent leurs impressions.

Selon Jonas Ahouangbè, conducteur de taxi-moto à Abomey-Calavi, l’ouverture de ce dossier témoigne de la volonté du gouvernement du président Patrice Talon de connaître la vérité et permettre aux populations qui ont été victimes de cette vaste escroquerie, d’être remboursées. C’est qui s’est passé dans cette affaire poursuit-il, n’est pas facile. « Des familles ont perdu leurs fortunes, d’autres ont été disloquées, des couples ont été séparés, des gens sont décédés », a déploré le conducteur de zémidjan. Indexant ceux qui y voient une récupération politique, Jonas Ahouangbè estime que même après des centaines d’années, si un gouvernement cherche à connaître de ce dossier et à situer les responsabilités, ce sera la bienvenue car, seul le pouvoir d’Etat peut vraiment trancher. Il a par ailleurs émis le vœu qu’au bout du procès et des enquêtes, le plus important est que les spoliés puissent entrer en possession de leurs sous.

Même avis que son confrère Jean Mèdébaho. Pour lui, les populations n’auraient pas été aussi grugées, si le pouvoir d’alors n’avait pas donné sa caution aux promoteurs de Icc-Services. « On les a vus plusieurs fois reçus en audience par le chef de l’Etat, leurs rencontres ont été médiatisées et tout le monde a vu. Comment veut-on que les populations doutent encore de ces gens-là ? », s’est-il interrogé. Depuis le moment où la crise a éclaté, explique le conducteur de taxi-moto, aucun déposant ne pouvait s’attaquer directement à un promoteur pour réclamer ses sous. Pour dénouer la crise, une commission d’enquête a été mise sur pieds, les gens ont été recensés mais au finish, d’autres structures ont remboursé leurs épargnants mais Icc-Services n’a remis aucun rond à l’un de ses déposants. Des biens ont été saisis et vendus, qu’a-t-on fait de tout ça ?, s’est interrogé Jean Mèdébaho. « Il faut que le peuple connaisse la vérité », a-t-il insisté regrettant que des choses comme ça se passe dans un pays sous le couvert des dirigeants, des gens censés protéger les populations.

Davènon Michel, étudiant en 2ème année de linguistique à l’Université d’Abomey-Calavi pense pour sa part qu’un rebondissement de cette affaire est nécessaire pour que le peuple connaisse la vérité. Mais le contexte dans lequel cela est survenu et la tapage médiatique qu’on en fait laisse croire qu’on veut rendre des coups politiques et multiplier le nombre d’exilés et de détenus politiques. Nous sommes à l’approche des élections et c’est à croire que le gouvernement cherche à intimider certaines personnes dans l’opposition. Pour un dénouement définitif de cette crise, il suggère que le gouvernement se patiente, laisse les élections se dérouler correctement comme il le faut et après se penche sur ce dossier.
Au regard du montant élevé de la somme mobilisée par les promoteurs de Icc-Services, Davènon Michel pense que le remboursement d’une telle somme aux spoliés relève d’une utopie. Il souhaite tout de même que la lumière soit faite sur la question et que les différents acteurs impliqués soient punis.
Pour son camarade Rostand Kouho, l’objectif final de tous dans cette affaire, c’est le remboursement des gens qui ont été grugés. Si après tout ces déballages devant la CRIET, on ne rembourse pas les populations, ce serait dommage.

’’Aucune affaire ne donne autant de bénéfice’’

Selon Arouna Lassissi, enseignant du primaire à Abomey-Calavi, la saisie du dossier Icc-Services par la CRIET n’est pas en soi une mauvaise chose. Ce dossier est un grand scandale financier dans lequel beaucoup de Béninois ont perdu leurs ressources. Mais au lieu de penser au remboursement des spoliés, se désole-t-il, les dirigeants en ont fait un dossier politique. Examinant la période où la CRIET s’est saisie du dossier, il estime que c’est une façon d’amener les opposants du régime en place à fuir. Quand il est question de vrais problèmes qui touchent la vie des populations, poursuit-il, il faut en faire du sérieux. « La façon dont la CRIET rend ses décisions, ne présage pas d’un dénouement objectif et sûr de ce dossier », a souligné l’enseignant.

Pour Bruno Montcho, enseignant chercheur à l’Université d’Abomey-Calavi, c’est de la distraction politique, les politiques sont entrain de nous distraire. « Objectivement, la finalité, c’est quoi, est-ce qu’on veut payer les gens ? ça va se faire comment ? De quelle manière ? », s’est-il interrogé. Pour lui, les Béninois aujourd’hui ont d’autres soucis.
Cette affaire selon lui, est un dossier que même les victimes ont déjà oublié. Si c’est pour se donner des coups politiques, ça c’est la politique et les acteurs concernés selon l’enseignant, vont s’en donner autant qu’ils le veulent.

Bruno Montcho craint cependant la banalisation de l’institution judiciaire. La perception que les citoyens ont de cette institution n’augure pas selon lui, d’un lendemain meilleur. « Même si un bon travail veut se faire, à travers ce procès de la CRIET, l’écho que cela donne dans l’opinion ne permet pas de donner une légitimité à ce qui sortira de là », a-t-il souligné.
Le sociologue spécialiste des questions de déviances a par ailleurs précisé que la responsabilité de l’Etat à certains moments devrait se limiter. « Est-ce que c’est l’Etat qui a orienté les gens là-bas ?, s’est interrogé Bruno Montcho qui rappelle que la Côte d’Ivoire aussi a connu une affaire comme ça mais que l’Etat s’était désengagé. Il reconnaît tout de même que du point de vue du rôle régalien de l’Etat, si celui-ci manque à son contrôle, il y a de la déviance, et lorsque les déviances surviennent, il faut que chaque acteur prenne la mesure de la situation. Le dossier tel que c’est entrain d’être gérer, selon lui frise une certaine théâtralisation et les hommes politiques sont entrain de nous occuper. « Les acteurs de la justice se banalisent, les institutions judiciaires sont banalisées et ça ne nous donne pas la crédibilité nécessaire d’avoir confiance en notre justice », regrette Bruno Montcho.

Selon Agathe Mahougnon, revendeuse, c’est la recherche de gain facile qui a amené les gens à déposer leurs sous aux promoteurs de Icc-Services qui les ont bien escroqués. « Pour tout commerce, on doit viser son bénéfice », a souligné la revendeuse. Mais lorsque cela atteint une certaine proportion, il faut déjà commencer à se poser de questions, a-t-elle indiqué.
Le pays dans lequel nous sommes rappelle la revendeuse, est un pays de droit. « Les avocats se sont déjà saisis du dossier, si on les rembourse, ils vont remercier le Seigneur, dans le cas contraire, ils vont garder une fois pour toujours la leçon qu’aucun commerce ne donne autant de bénéfice », a précisé Agathe Mahougnon.

F. Aubin AHEHEHINNOU

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

23 décembre 2018 par La Rédaction


L’Etat appuyé par l’UE octroie plus de 2,2 milliards à la société (...)


23 avril 2019 par Dg24h
Le mardi 23 avril 2019, dans la grande salle de projection de Canal (...)
Lire la suite

Le Conseil des ministres du 17 avril 2019


17 avril 2019 par Dg24h
Le Conseil des ministres s’est réuni en sa séance hebdomadaire ce (...)
Lire la suite

Le message de paix de la Conférence Épiscopale au peuple


15 avril 2019 par La Rédaction
L’Eglise Catholique sort encore de son silence. La Conférence épiscopale (...)
Lire la suite

Les administrateurs de réseau sociaux invités à plus de vigilance


12 avril 2019 par Dg24h
A la faveur d’une causerie débat sur le code du numérique ce jeudi 11 (...)
Lire la suite

L’appel de Me Adrien Hougbédji à la Nation


12 avril 2019 par Dg24h
La première session ordinaire de l’année 2019 s’est ouverte ce vendredi à (...)
Lire la suite

La campagne démarre ce vendredi à 00h


11 avril 2019 par Dg24h
La campagne électorale pour le compte les législatives 2019 démarre ce (...)
Lire la suite

Démarrage des études pour le bitumage de la Wadon-Adjrarra-Porto-Novo


10 avril 2019 par La Rédaction
En Conseil des ministres ce mercredi 10 avril 2019, sous la présidence (...)
Lire la suite

Le Groupe Dongaco obtient quatre agréments


10 avril 2019 par La Rédaction
Le conseil des ministres de ce mercredi 10 avril 2019 a accordé (...)
Lire la suite

Le point sur la Transition à la télévision numérique terrestre au (...)


10 avril 2019 par La Rédaction
La Télévision numérique terrestre (TNT) est le projet N° 21 des 45 (...)
Lire la suite

UP et BR fixés sur leurs passages dans médias publics


8 avril 2019 par Dg24h
En prélude à la campagne électorale dans le cadre des élections (...)
Lire la suite

Nicéphore Soglo appelle au calme et à la maturité


8 avril 2019 par Dg24h
Le président maire Nicéphore Soglo a au cours d’une déclaration ce lundi 8 (...)
Lire la suite

L’épouse de l’ancien maire de Cotonou interpellée à Paris


8 avril 2019 par La Rédaction
L’épouse del’ancien maire de Cotonou, Madame Myriam Soglo, a été (...)
Lire la suite

Le dossier Toboula renvoyé au 27 mai


8 avril 2019 par La Rédaction
Les présumés accusés dans le bradage de domaine public à Cotonou vont (...)
Lire la suite

Comment Patrice Talon transforme le Bénin


5 avril 2019 par Dg24h
Investi le 06 avril 2016 en tant que président de la République, Patrice (...)
Lire la suite

Mgr Paul Vieira conduit à sa dernière à Djougou


4 avril 2019 par Dg24h
Regretté évêque de Djougou, Mgr Paul Kouassivi Vieira a été inhumé dans (...)
Lire la suite

La 5ème Enquête Démographique et de Santé du Bénin (EDSB-V) rendue (...)


2 avril 2019 par La Rédaction
Le Ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement Abdoulaye BIO (...)
Lire la suite

Aurélien Agbénonci a reçu des investisseurs turcs


2 avril 2019 par La Rédaction
Un groupe d’investisseurs turcs conduit par l’ambassadeur de Turquie (...)
Lire la suite

Les électriciens installateurs de Porto-Novo en formation


2 avril 2019 par La Rédaction
Une centaine d’artisans-électricien installateurs de la ville de (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information