mardi, 23 avril 2019 •

337 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Révision de la constitution

Bruno Amoussou explique les fondements de la proposition de loi




Le président de l’Union fait la nation (UN), Bruno Amoussou, invité sur la télévision nationale dans la nuit de ce mardi 03 juillet 2018, a expliqué les fondements de la proposition de loi portant amendement de la constitution du 11 décembre 1990, dont il fait partie des initiateurs.

Selon le président de l’UN, conformément à la constitution, l’Exécutif tout comme les députés ont l’initiative des lois. Dans le contexte actuel, ce qui nous amène ici à nous intéresser à cette question est que « nous sommes à la charnière d’une situation qui nous amène où à faire des élections en 2019, à faire des élections en 2020, en 2021 et successivement », a-t-il rappelé. Lorsqu’on va au-delà, poursuit-il, on voit bien une situation qui doit préoccuper tout le monde, notamment les députés et deuxièmement, il y a longtemps qu’à l’Union fait la nation, les militants se sont battus pour revoir le système politique dans le pays. Parce qu’il apparaît que si on n’agit pas à ce niveau, tous les efforts qui sont consentis ne donneront rien du tout. Il était donc utile de partager cette expérience avec d’autres forces politiques et c’est la conjonction de tout cela qui amène à prendre l’initiative non pas d’une révision constitutionnelle, mais à prendre l’initiative de revoir le code électoral et de revoir la charte des partis politiques, a expliqué Bruno Amoussou. S’il s’avère qu’il faut aller plus loin dans ce qui est sur la table des députés aujourd’hui, il faut toucher à la constitution. Raison pour laquelle les propositions qui sont faites sont limitées à quatre points essentiels utiles à la résolution des problèmes qui sont évoqués, à savoir la suppression de la peine de mort, la question de la Cour des comptes, la question de la représentativité des femmes au parlement et enfin le couplage des élections.

Il rejette les opinions qui y voient derrière la main du président de la République et affirme que les quatre propositions étaient sur le tapis bien avant l’arrivée de Patrice Talon au pouvoir et que des débats ont été faits et tout le monde était d’accord. Pour ces différents points, souligne le président d’honneur du PSD, il y a eu des difficultés majeures à ce qu’on prenne des dispositions législatives pour favoriser la présence des femmes à l’Assemblée nationale.

A propos des élections, Bruno Amoussou a expliqué que nous avons une série à référence de cinq ans. Il rappelle qu’en 1991, il y a eu la présidentielle, quatre ans après, il y a eu les législatives, mais au moment où on faisait ces législatives, il reste un an pour le président de la République mais juste après cette élection du président de la République, trois ans après, nous allons aux élections législatives et après l’élection du président de la République, la phase suivante, nous allons aux élections un an après aux législatives qui ont coïncidé avec la présidentielle en 2011. Un scénario qui va se reproduire 20 ans après. Ainsi, nous avons des décalages successifs entre les législatives et les présidentielles soit de 4 ans, soit de 3 ans soit de 2 ans ou de 1 an. « D’où la nécessité de revoir l’ensemble pour que de façon fixe, nous ayons des élections groupées », soutient Bruno Amoussou. Pour y arriver, la première chose à faire, selon le président d’honneur du PSD, c’est de porter le mandat des députés à 5 ans.
L’autre question selon lui, est de savoir s’il faut faire les élections dans la même année ou décaler les élections législatives par rapport à l’élection présidentielle comme certains l’ont proposé. Le débat a été mené et il a été retenu que les deux élections aient lieu dans la même année, informe le président. Cela est indispensable pour que le pays ait une année pour s’occuper de ces questions et les autres pour penser à réfléchir aux difficultés du pays. Cette proposition a été faite depuis 2012 suivant les propositions des deux commissions Ahanhanzo et celle de Gnonlonfoun, mises en place en 2011 par le président Boni Yayi. La commission Gnonlonfoun notamment a recommandé cela et a aussi fait la même recommandation. Selon le président de l’Union fait la nation, il ne faut pas s’asseoir pour voir quel point de la constitution il faut réviser. « Il faut s’attaquer aux problèmes qui se posent au pays. Si pour résoudre un problème, c’est juste un arrêté qu’il faut, peut-être pour l’autre c’est un décret et pour d’autre, c’est une loi, et s’il s’avère nécessaire qu’il faut toucher à la constitution, on va s’asseoir pour réviser la constitution », a-t-il indiqué. Selon lui, pas de révision de la constitution pour le principe. Il faut l’associer à la résolution d’un problème précis. Dans le cas d’espèce, il s’agit de l’alignement des mandats. Le système actuel ne permet pas de stabiliser le calendrier électoral. C’est un système qui se renouvèle tous les 20 ans. La situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui, c’est-à-dire, nous allons faire des élections en 2019, 2020 et 2021. Un système que le pays a connu 20 ans plus tôt en faisant des élections législatives en 1999 et la présidentielle en 2001. Il s’agit de la même chose, un décalage de 2 ans. Et cette situation, nous pourrions la vivre en 2031. Au lieu de cela, indique le président de l’UN, on ramène tout à 5 ans et on maîtrise cela et on a un système plus stable que ce qui se fait aujourd’hui.

Abordant la question du code pénal, l’invité de l’Ortb a affirmé qu’un nouveau code électoral a été rédigé parce que l’ancien est une compilation de plusieurs lois qui ont été votés sur une période de 7 à 10 ans. « On a mis côte à côte des lois, nous les avons rassemblées pour faire un code. Ces lois ayant été votées à des intervalles très différents dans des contextes différents, il y a des contradictions dans certains articles », renseigne-t-il. Il s’est réjoui de ce qu’il n’y ait pas eu de contestations lors des dernières élections, parce que chaque avocat trouvera un article pour défendre son client et l’autre aussi trouvera un article pour défendre son client. Il a été donc décidé de faire une véritable code, de fondre toutes ces différentes lois avec les dispositions habituelles de la loi.

Au cours des séminaires, les discussions ont porté sur certains points. Le plus imminent est qu’on demandait de résider pendant un an et sans interruption, sur le territoire nationale avant d’aller aux élections. Bruno Amoussou estime qu’il n’est pas juste de penser que c’est une introduction nouvelle. Cette disposition figurait déjà dans l’ancien code et date même de la conférence nationale.
La question du quitus fiscal n’est pas restée en marge des discussions. Selon le président, le quitus fiscal « n’est pas une invention qui est sortie de la tête comme ça ». Citant le rapport de la commission Ahanhanzo et celui de la commission Gnonlonfoun, celle qui a réuni la plupart des constitutionnalistes du pays, on trouvera que ces commissions ont proposé le quitus fiscal, et c’est de là qu’a été tiré la fusion, la proposition qui a été intégrée à la proposition actuelle, informe Bruno Amoussou. Pour lui, ce n’est pas quelque chose qui n’a jamais été pensé ou juste inventée pour nuire à quelqu’un. Le consensus est que si quelqu’un décide d’être député, on doit s’assurer qu’il s’est acquitté de ses impôts.
Au sujet des exigences du seuil alors qu’un député est élu dans une circonscription électorale, Bruno Amoussou pense que c’est une façon de renforcer la cohésion nationale. Prenant l’exemple de l’Allemagne, lorsque la liste sur laquelle vous vous trouvez, recueille au plan national un pourcentage infirme de voix, chaque liste ayant pour sous bassement une opinion, on considère que l’orientation que représente cette liste n’est pas significative au plan national, et que c’est une opinion locale qui peut s’exprimer et se défendre au niveau des collectivités territoriales. Il n’est donc pas possible de porter une opinion qui n’est pas soutenue par un nombre suffisant. « Donc si vous êtes élu dans une circonscription, vous êtes porteur d’une opinion extra minoritaire dans le pays et il est normal qu’on dise que votre opinion, ce que vous portez par votre liste n’est pas assez significative même si vous êtes élu dans une circonscription ».

F. A. A.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

4 juillet 2018 par Dg24h


Jean-Claude Houssou aux côtés des femmes de Porto Novo


23 avril 2019 par La Rédaction
Le candidat du bloc républicain dans la 19ème circonscription Dona (...)
Lire la suite

Rév. Adéogun interdit toutes activités politiques dans les (...)


22 avril 2019 par Dg24h
C’est à travers une décision pastorale que le Révérend Benoît Benett (...)
Lire la suite

L’Union Progressiste a conquis la localité d’Ottola à Savalou


20 avril 2019 par Dg24h
La campagne pour les législatives du 28 avril prochain bat son plein. (...)
Lire la suite

Le candidat Adam DENDE AFFO menacé à Bantè


19 avril 2019 par Dg24h
Le candidat du bloc Républicain Adam AFFO DENDE et ses militants (...)
Lire la suite

Bintou Chabi Adam Taro à l’assaut de la 14ème


19 avril 2019 par Dg24h
L’équipe de campagne dirigée par Mme Bintou CHABI ADAM TARO poursuit sa (...)
Lire la suite

Natondé Aké accueilli en triomphe à Adogbé


19 avril 2019 par Dg24h
Les émissaires de l’Union Progressiste dans la 24ème circonscription (...)
Lire la suite

Thérèse Waounwa crée un Comité national de résistance


18 avril 2019 par Dg24h
La situation socio-politique que traverse le Bénin depuis quelques (...)
Lire la suite

Boni Yayi face aux médias ce jour


18 avril 2019 par Dg24h
La situation sociopolitique du pays ne laisse personne indifférent. (...)
Lire la suite

Des ralliements aux Républicains grâce au leadership de Rufino (...)


17 avril 2019 par Dg24h
Me Rufino d’Almeida, candidat aux législatives dans la 23ème (...)
Lire la suite

Quelques incidents enregistrés dans le septentrion


15 avril 2019 par Dg24h
Alors que la campagne électorale pour les législatives du 28 avril 2019, (...)
Lire la suite

Abdoulaye Bio Tchané accueilli en liesse à Copargo


15 avril 2019 par La Rédaction
Dans le cadre de la campagne électorale pour les législatives du 28 (...)
Lire la suite

Le siège de la RB sous surveillance policière


15 avril 2019 par La Rédaction
Le siège de la RB a été placé très tôt ce lundi matin sous surveillance (...)
Lire la suite

Talon tient au respect de l’ordre constitutionnel


12 avril 2019 par Dg24h
Le chef de l’Etat au cours de son entretien, tout en expliquant la (...)
Lire la suite

« Prendre une ordonnance serait un coup d’Etat » (P. Talon)


12 avril 2019 par Dg24h
Le président de la République, Son Excellence Patrice Talon à la faveur (...)
Lire la suite

Patrice Talon explique le bien fondé du système partisan


11 avril 2019 par Dg24h
« Le moment politique ». Tel est le thème du grand oral du chef de l’Etat (...)
Lire la suite

La coopération se renforce dans le domaine de la santé


10 avril 2019 par Dg24h
Dans le but d’améliorer la qualité des soins offerts aux populations, le (...)
Lire la suite

Plusieurs écoles et habitations décoiffées


9 avril 2019 par Dg24h
Une tornade survenue dans la soirée de dimanche 07 avril 2019 à (...)
Lire la suite

Gbadamassi estime que le consensus est encore possible


9 avril 2019 par Dg24h
Les députés de la septième législature sont convoqués ce lundi 12 avril au (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information