mardi, 26 mars 2019 •

168 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Examen

Environ 100.000 candidats pour le BAC 2019




Environ 100.000 candidats plancheront cette année pour l’obtention du baccalauréat, session de juin 2019. Dans une interview accordée au journal Educ’Action, Alphonse da Silva, directeur de l’Office du Bac s’est exprimé sur les préparatifs en cours dans la cadre de l’organisation de l’examen. Il a abordé aussi la tenue du Bac blanc national en avril prochain et l’harmonisation de cet examen au sein de l’espace Uemoa à l’horizon 2024.

Les inscriptions étant clôturées depuis le 31 janvier 2019, l’office du Bac est en phase de dépouillement. « Nous avons commencé le dépouillement. S’il y a des dossiers qui ne sont pas au complet, nous n’allons pas les rejeter mais nous ferons appel à ces candidats pour venir les compléter », a déclaré Alphonse da Silva.
A cette étape, quelques irrégularités sont constatées telles que le mauvais remplissage des fiches, la disparition de certaines photos. « Nous allons donc nous faire le plaisir de rappeler les candidats et les chefs d’établissements pour fournir les photos manquantes. Vous voyez, nous ouvrons une petite brèche de sauvetage », notifie le directeur de l’office du Bac.
Le nombre des candidats qui plancheront cette année est estimé à environ 100.000. Un chiffre qui est nettement en baisse par rapport à celui de l’année dernière. Pour Alphonse da Silva, « cela dénote de la promptitude et du sérieux avec lesquels les chefs d’établissements ont fait remplir les fiches et ont constitué les dossiers ».
« Il n’y a pas de dossier comme on va à la loterie. On peut prendre comme ne pas prendre. Si le dossier est mal rempli ou irrégulier, alors il est rejeté », souligne-t-il.
S’agissant des établissements qui présentent des candidats qui ne sont pas en situation de classe, le directeur renseigne qu’une enquête est ouverte. « S’il y a des établissements qui ne sont pas régulièrement inscrits ou autorisés, alors les dossiers seront rejetés. On verra dans le cas extrême si on peut transformer ces candidats en candidats libres », annonce-t-il.

Cette phase de dépouillement permet aussi de détecter les cas de fraudes. A ce sujet, Alphonse da Silva assure que « tout est passé au peigne fin ». Il informe qu’il y a 23 rubriques à contrôler. « S’il y a une étape qui est escamotée, nous voyons dans le dossier si c’est décollé, etc. Si le dossier n’est pas au complet, alors nous le mettons à côté. Si c’est sujet à contestation, nous menons des enquêtes pour voir si ce sont les établissements qui ont mal constitué les dossiers ou si c’est à un autre niveau que les dossiers ont été mal compilés », explique le directeur.

En ce qui concerne le choix des filières dès la constitution des dossiers pour le Bac, Alphonse da Silva signale que cela est examiné. Au cas où il est constaté que les choix ont été faits par méconnaissance, des actions sont menées. « (...) nous pourrons même aller voir les chefs d’établissements et inviter les candidats pour que cela soit conforme aux prescriptions », confie-t-il.

Les autres étapes pour l’organisation du Bac 2019

Plusieurs étapes sont à franchir pour une bonne organisation du Bac 2019. Après le dépouillement des dossiers, il y a le contrôle. A cette phase, il est procédé jusqu’à 7 étapes à la vérification des noms, prénoms, date de naissance. Ensuite, les candidats retenus sont catégorisés par sexe, établissement, département, etc.
L’Office du Bac passe à l’insertion de ces données dans l’ordinateur et entame une étape de correction en vue de ‘’faire sortir les convocations’’. « Ces dernières sont en ligne et les chefs d’établissements peuvent les tirer après que nous ayons fourni les données sur les candidats. Après, les candidats vont continuer de se préparer à l’examen du Baccalauréat qui aura certainement lieu dans la deuxième quinzaine du mois de juin prochain », renseigne Alphonse da Silva.
Pour le Dob, rien ne se fait aujourd’hui dans le monde sans Internet et l’office du Bac est aussi dans cette dynamique. « Depuis quelques années, tout est fait en ligne, mais nous avons aussi le dossier papier que nous confrontons pour valider les candidatures », précise-t-il. Ayant une très bonne coopération avec les collègues du Togo et ceux de l’espace UEMOA, da Silva ajoute que l’ « . Internet est mis à contribution pour dématérialiser les candidatures et les procédures de candidatures pour que les candidats puissent composer et mettre sur feuille ce qu’ils connaissent. Cela permettra leur réussite ou leur échec, mais je souhaite que nous comptabilisions plus de réussite ».

Les missions subsidiaires de l’Office du Bac

L’Office s’occupe essentiellement à 90 %, du baccalauréat, la session unique et la session de remplacement, la délivrance des relevés et attestations. Selon Alphonse da Silva, depuis deux ans, « l’État béninois a confié aussi à l’Office en partenariat avec le Ministère de la Fonction Publique, l’organisation des concours de recrutement des agents de l’État ». Il intervient également dans l’évaluation des enseignants aussi bien du Secondaire que du Primaire. « C’est aussi pour la validation de ce que les collègues auront eu à apprendre. Nous le faisons dans la confidentialité qui nous est reconnue », indique le directeur de l’Office du Bac.

Harmonisation des dates du Bac dans l’espace Uemoa

Depuis quelques années, l’harmonisation des dates du baccalauréat a été décidée par les chefs d’Etats de l’espace Uemoa. Cette initiative que le Bénin respecte est souvent inscrite dans la deuxième quinzaine du mois de juin. Ceci pour empêcher « les inscriptions transfrontalières afin que les candidats ne viennent pas composer au Bénin puis au Burkina Faso par exemple, etc. et aussi pour mutualiser les efforts en matière d’organisation du Baccalauréat ».

Alphonse da Silva annonce, que cette année, il sera organisé d’ici le mois d’Avril un Bac blanc national test pour 04 disciplines à savoir : français, histoire-géographie, SVT, mathématiques. Cette démarche va permettre l’année prochaine d’avoir un Bac blanc dans l’espace Uemoa. « Nous allons l’harmoniser puis en 2024, nous aurons un Bac commun à tout l’espace Uemoa, selon la décision des chefs d’Etats. Ainsi, on ne dira pas que le Bac de tel pays est supérieur à celui d’un autre pays », affirme-t-il.

Pour ce fait, plusieurs dispositions sont déjà prises. Selon Alphonse da Silva, il y a quelques jours, l’Office a réuni les inspecteurs, tous les DIPIQ, les enseignants du Supérieur, les experts de l’Uemoa, pour que cela puisse connaître un succès.
« Nous allons aussi prendre la direction des pays anglophones parce qu’il y a le WAEC qui est un genre de Bac harmonisé pour les pays anglophones. Nous voulons aller vers là afin de dépasser cette étape », a conclu le directeur de l’office du Bac.

Akpédjé AYOSSO

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

13 février 2019 par Dg24h


Agent et responsables de police sanctionnés


25 mars 2019 par La Rédaction
Le gouvernement a décidé de frapper une fois encore dans le rang des (...)
Lire la suite

Bako Arifari aux côtés des populations de la 1ère circonscription


25 mars 2019 par Dg24h
Membre du Bloc républicain, l’honorable Bako Arifari se montre plus près (...)
Lire la suite

Les enseignants exigent la démission de Marie-Odile Attanasso


25 mars 2019 par Dg24h
A travers une déclaration en date du 21 mars 2019, l’Intersyndicale des (...)
Lire la suite

La SBEE présente ses excuses aux populations


22 mars 2019 par La Rédaction
La coupure d’électricité survenue dans la nuit de jeudi à vendredi n’a (...)
Lire la suite

Plusieurs écoles interdites d’activités


22 mars 2019 par Dg24h
C’est à travers l’arrêté 2019-008 du 11 Mars 2019 que le ministre Karimou (...)
Lire la suite

Près de 6 milliards F pour subventionner les écoles primaires (...)


22 mars 2019 par Dg24h
L’Etat alloue un montant global de cinq milliards neuf cent (...)
Lire la suite

Des partis de l’opposition se retirent des discussions


21 mars 2019 par Dg24h
Dans sa mission de trouver des solutions pour une sortie de crise, le (...)
Lire la suite

Les OSC souhaitent l’installation à temps de la 8e législature


21 mars 2019 par Dg24h
Suite à la rencontre tenue ce mercredi 20 mars 2019, avec le chef de (...)
Lire la suite

Les enseignants du supérieur en sit-in ce jeudi


21 mars 2019 par Dg24h
Les enseignants du supérieur n’ont pas encore fini de manifester leur (...)
Lire la suite

Les autorités de Karimama ouvrent l’île aux oiseaux aux bouviers


20 mars 2019 par La Rédaction
Sous la direction du deuxième adjoint au maire de Karimama, Amadou (...)
Lire la suite

Social Watch vulgarise sa plateforme destinée aux citoyens


19 mars 2019 par Dg24h
Du 18 au 22 mars 2019, Social Watch Bénin organise dans le cadre de la (...)
Lire la suite

Me Adrien Houngbédji rencontre diverses personnalités ce mercredi


19 mars 2019 par Dg24h
Dans le cadre des échanges qui se mènent en vue de l’organisation des (...)
Lire la suite

Un réseau de braqueurs de motos démantelé


19 mars 2019 par Dg24h
La Police Républicaine continue de faire ses prouesses en vue d’assurer (...)
Lire la suite

Adido, première localité électrifiée et connectée


19 mars 2019 par Dg24h
Le projet d’électrification solaire photovoltaïque, un des projets phares (...)
Lire la suite

L’Upmb outille les journalistes sur les questions électorales


19 mars 2019 par Dg24h
Les journalistes sont informés de la gestion de l’information en période (...)
Lire la suite

Formation des formateurs départementaux des agents électoraux.


17 mars 2019 par Dg24h
Dans le cadre de l’organisation des élections législatives, la Commission (...)
Lire la suite

’’On doit avoir une CENA indépendante des politiciens’’


17 mars 2019 par Dg24h
Processus électoral : Regard de la Cosi. Tel est le thème pour lequel le (...)
Lire la suite

Le premier moteur en marche pour vaincre le délestage


16 mars 2019 par Dg24h
Le premier moteur de la centrale thermique de Maria Gléta 2 a été (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information