mardi, 25 avril 2017 •

248 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Santé de la Mère et de l’Enfant

Vers l’élimination du paludisme chez la femme enceinte




L’Institut Chant d’oiseau de Cotonou abrite les 27 et 28 mars 2017, la réunion de restitution des résultats de la recherche portant sur le diagnostic et le traitement du paludisme à base communautaire pendant la grossesse (COSMIC). Cette étude financée par l’Union Européenne a été menée pendant 4 ans au Bénin, au Burkina-Faso et en Gambie, et vise à améliorer la santé maternelle et infantile.

Examiner les résultats de la recherche portant sur le diagnostic et le traitement du paludisme à base communautaire pendant la grossesse (COSMIC) et évaluer quels changements de politiques et de pratiques, doivent être envisagés pour protéger la santé des femmes enceintes en Afrique en général et au Bénin en particulier. C’est l’objectif de la réunion de restitution des résultats préliminaires de l’étude COSMIC qui a ouvert ses travaux le lundi 27 mars 2017 à l’Institut Chant d’oiseau à Cotonou avec la participation, d’une quarantaine de participants venus de divers secteurs d’activités.
L’étude COSMIC est selon Dr Alain Nahum, chercheur principal du projet, le dépistage à base communautaire et le traitement du paludisme pendant la grossesse pour l’amélioration de la santé maternelle. Une stratégie qui vise toujours à rapprocher les services de santé des femmes enceintes à travers les organisations communautaires de Base (OCB) dans la prévention du paludisme chez ces dernières. Le paludisme étant l’une des premières causes de mortalité néonatale dans le monde.

« L’étude Cosmic a eu pour objectif d’évaluer si la prévention du paludisme chez la femme enceinte pourrait être meilleure si l’on associait au Traitement Préventif Intermittent réalisé dans les centres de santé en consultation prénatale, le dépistage mensuel et le déparasitage par les OCB », a souligné Dr Landy Gnansunu, Directeur Adjoint de Cabinet du Ministère de la Santé.

Extension de l’étude

Ce projet de recherche a été lancé en 2014 au Bénin et financé par l’Union européenne. Il a été mené pendant quatre ans au Bénin, au Burkina Faso et en Gambie.
Selon l’investigateur principal de la recherche, Dr Alain Nahum ces 3 pays ont été sélectionnés parce que l’incidence du paludisme et l’efficacité du traitement préventif Intermittent (TPI) à la Sufadoxime Pyriméthamine y sont différentes.

« Au Bénin, les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq (05) ans constituent les groupes les plus vulnérables et sont exposés aux formes graves de la maladie », a déclaré Dr Jean-Pierre Baptiste, représentant résident de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au Bénin. Les femmes enceintes ont des parasites du paludisme à l’accouchement, mettant leurs bébés et eux-mêmes en danger, a-t-il poursuivi.
C’est donc pour mettre fin aux complications chez la femme enceinte du fait du paludisme, que cette étude a été commanditée. « Cette recherche a été conçue pour développer un moyen peu coûteux pour réduire le fardeau du paludisme chez les femmes enceintes, explique Dr Jean-Pierre Baptiste.
L’étude, en ce qui concerne le Bénin a couvert les communes de Zè et d’Abomey-Calavi et réalisée par le Centre de Recherche Entomologique de Cotonou (CREC) sur un échantillon 971 femmes au lieu de 1800 par pays.
Elle a par ailleurs, examiné comment les systèmes de soutien des travailleurs de la santé communautaires fonctionnent dans des conditions différentes. Elle a aussi examiné les implications culturelles et financières dans les différents contextes. Ces comparaisons devraient aider à élaborer des recommandations pour la sous-région de l’Afrique de l’Ouest et éventuellement, pour d’autres pays d’Afrique subsaharienne.
Toutefois, l’étude bien qu’ayant permis de sauver des vies lors de son expérimentation sur le terrain, a rencontré quelques obstacles majeurs. D’où un blocage à la phase d’évaluation de la stratégie.
« Nous avons eu un refus catégorique de la part de la communauté en ce qui concerne le test sur le placenta après accouchement dans le processus de suivi », confie Dr Alain Nahum.
A l’issue des travaux de cet atelier financé par l’OMS et qui prend fin à la mi-journée du mardi 28 mars 2017, des recommandations seront faites par les congressistes pour améliorer la qualité des résultats de cette recherche Cosmic pour le bonheur de la famille au plan national, régional et mondial.

Juliette Mitonhoun

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

28 mars 2017 par Dg24h



Mettre fin au cycle de la faim chronique en Afrique

25 avril 2017 par Dg24h
Esther Ngumbi Lecture rapide Trois des 4 nations menacées de famine (...)
Lire la suite

Les PTA des ministères seront relancés selon Romuald Wadagni

25 avril 2017 par Dg24h
Le ministre de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni était (...)
Lire la suite

Le directeur départemental du cadre de vie suspendu de ses (...)

25 avril 2017 par Dg24h
Le Directeur Départemental du cadre de vie et du développement durable (...)
Lire la suite

« On est bien obligé de venir démentir les contre-vérités » Gaston (...)

24 avril 2017 par Dg24h
Gaston Zossou, le directeur général de la Loterie Nationale du Bénin (...)
Lire la suite

La femme d’un ancien ministre assassinée en son domicile

22 avril 2017 par Dg24h
L’épouse de l’ancien ministre, Guy Amèdé Adjanonhoun a été retrouvée morte, (...)
Lire la suite

344 kg de chanvre indien saisis à Tchaourou

22 avril 2017 par Dg24h
Un camion en provenance du Togo et en partance pour le Nigeria vient (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires