mercredi, 22 février 2017 •

2657 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Une affaire de 54 millions oppose un béninois et un nigérian actuellement devant les tribunaux




Les relations d’affaires entre la République fédérale du Nigeria et le Bénin ont pris de sérieux coups. Ceci depuis que le nigérian Ali Abdullahi SANI et le béninois Hippolyte Kanhonou sont devant les juridictions pour l’arbitrage d’un deale financier qui a mal tourné. Il porte sur un montant de 54 millions de francs CFA et fait la une de l’actualité au Nigeria de manière à agir au niveau de l’opinion pour susciter la prise de mesures fortes visant à asphyxier économiquement nos concitoyens qui tirent assez de profit par rapport à la situation géographique du Nigeria plus stable économiquement que notre pays.
La nouvelle situation est le fait d’un contentieux qui oppose depuis peu un groupe d’individus en particulier un béninois et un nigérian actuellement devant les tribunaux au Bénin pour le règlement de leur différend. Lequel différend a pris une allure inquiétante et source de la réduction des chances des opérateurs économiques béninois surtout ceux présents sur le marché nigérian et pour l’instant dans le viseur de la presse internationale en particulier celle nigériane du fait de manque de sincérité. Une donne dénoncée par Ali Abdullahi SANI qui à en croire ses dires, serait l’un des victimes des actes d’escrocrerie organisés avec finesse par un groupe de citoyens béninois. Les juges du tribunal de première instance de Cotonou notamment ceux en charge du dossier, multiplient les offensives pour un règlement du contentieux en mettant en avant comme le voudrait les normes, l’esprit d’impartialité. A l’étape actuelle, des efforts sont notés des deux côtés pour une manifestation de la vérité. En tout cas, le béninois accusé, reconnait les faits à lui reprochés et selon une source concordante, aurait produit un engagement et une reconnaissance de dette au nigérian pour le rassurer. Mais la situation se complique pour la simple raison que l’échéancier produit lors de l’engagement n’est pas respecter faute de situation non encore élucidée. Pire, le supposé mis en cause ne répond à aucune des convocations délivrées par les autorités béninoises compétentes avant la prise en main du dossier par le tribunal de première instance et de première classe de Cotonou saisi par la victime pour se rendre justice à travers son conseil juridique. Les derniers évènements par rapport à cette affaire pourrie, méritent une implication des autorités béninoises pour siffler la fin de la récréation dans un contexte où le Nigeria abrite l’un de nos importants conduits en matière d’oxygène économique.
Nicaise AZOMAHOU

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

2 mai 2016 par La Rédaction



Affrontement entre peulhs et les populations de Zangnando a fait un (...)

22 février 2017 par La Rédaction
Un pêcheur originaire Loko-Alankpé a perdu la vie lundi, lors des (...)
Lire la suite

Les appréciations de Me Jacques Migan sur le dossier

22 février 2017 par Dg24h
Me Jacques Migan, Conseiller technique du Général Mathieu Kérékou lors de (...)
Lire la suite

Quinze (15) tonnes de coton brûlées à Kandi

22 février 2017 par La Rédaction
La commune de Kandi a encore enregistré un cas d’incendie le 17 février (...)
Lire la suite

Quand le Nigeria Refuse les Véhicules Venant du Bénin et Accepte le Gari (...)

21 février 2017 par Dg24h
Au Nigeria, l’absurdité n’a pas de limite et ne tue pas ; celle du jour (...)
Lire la suite

« La conférence de presse empêchée par les policiers aura lieu » Prince (...)

21 février 2017 par Dg24h
Prince Boris Aké, le président de l’Union nationale et scolaire des (...)
Lire la suite

Les travaux sont exécutés à plus de 80% dans l’Ouémé

21 février 2017 par Dg24h
L’opération de libération des espaces publics en cours dans des grandes (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires