jeudi, 23 février 2017 •

284 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Nomination des membres de la société civile à l’Armp

Talon donne la preuve de son engagement contre la corruption




Les dernières nominations prononcées au conseil des Ministres engageant certains membres de la société civile font couler beaucoup d’encre et de salive. Une certaine presse a tôt fait d’assimiler cette formalité des bailleurs de fonds, à des nominations politiques agitant que le Président Patrice Talon a dépecé la société civile pour imposer sa dictature. Hors, à y voir de près, il n’en est rien et les différents acteurs à l’instar de Martin Assogba et même Jean Baptise Elias, pour ne citer que ceux là, sont vite montés au créneau pour clarifier la situation. Il faut toutefois préciser qu’il ne s’agit pas ici de nominations, mais que ces noms ont été envoyés à l’exécutif après une élection au sein de la société civile. C’est donc la société civile elle-même qui a désigné ses membres qu’elle a envoyés siéger au conseil de l’autorité de régulation des marchés publics. Cette désignation a commencé depuis l’année dernière sous l’ex-Président Boni Yayi, par un courrier du Garde des sceaux qui demandait aux Osc d’envoyer les noms de leurs représentants, ce qui a été fait. C’est juste la confirmation qui est passée en conseil des Ministres. Il faut toutefois préciser que ce mode de désignation est le même depuis des années. Au regard de tout ce qui précède, l’on est en droit de dire que l’apparition des ces figures de la société civile au sein de la régulation des marchés publics n’a rien de politique. C’est le processus de désignation au sein des institutions telles que, la Haac, le CES, etc.…. Ces nominations répondent à l’article 16 du texte portant code des marchés publics qui dispose que l’Autorité de régulation des marchés publics, comprend un conseil de régulation, organe tripartite composé de représentants de l’administration publique, du secteur privé et la société civile. Aussi ces noms à savoir, Joel Atayi-Guèdègbé, Martin Assogba, Fatouma Batoko Zossou, Jean Baptiste Elias, ont déjà prouvé par le passé leur probité et leur attachement à la lutte contre la corruption au Bénin et méritent qu’on les mette à l’épreuve. Talon peut se réjouir de respecter les textes et montrer sa bonne foi aux yeux des partenaires techniques et financiers.

A.V. /LE GRAND MATIN

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

13 février 2017 par Dg24h



Le point de presse du Conseil des Ministres 22 février 2017

22 février 2017 par Dg24h
Le Conseil des ministres s’est réuni ce jour mercredi 22 février 2017, (...)
Lire la suite

Trois mois de prison ferme pour un trafiquant de carapaces de (...)

22 février 2017 par Dg24h
Trois mois d’emprisonnement ferme, 200.000 FCFA d’amende et 1.000.000 (...)
Lire la suite

Deux sessions extraordinaires pour les députés jeudi

22 février 2017 par Dg24h
Douze (12) points sont inscrits à l’ordre du jour des deux sessions (...)
Lire la suite

Le personnel de commandement redéployé

20 février 2017 par Dg24h
Le personnel de commandement des douanes béninoises vient d’être (...)
Lire la suite

Karimou Salimane fixe un « contrat d’objectifs » au personnel (...)

20 février 2017 par Dg24h
Les 16 et 17 février 2017, sur invitation de leur ministre de tutelle, (...)
Lire la suite

Wilfried Houngbédji apporte plus d’éclairage sur la décision du (...)

20 février 2017 par Dg24h
Invité ce dimanche 19 février 2017, sur le plateau de la chaîne Canal 3, (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires