mercredi, 18 janvier 2017 •

140 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

GABON

Maixent Accrombessi chantre d’un développement durable en Afrique




 :

L’Afrique ne manque pas de richesses malheureusement l’exploitation à la fois anarchique et non valorisante de ses ressources a conduit à un gaspillage de ce potentiel. Dans une conjoncture marquée par la baisse du prix des matières premières l’économie verte est perçue par certains comme Maixent Accrombessi et Hakima El Haité comme une réponse. Ces derniers militent pour une croissance durable des pays africains.
Face à ces répercussions tragiques du dérèglement climatique, la transition mondiale vers des émissions responsables s’impose comme une évidence morale et une nécessité de survie. Mais plus qu’une simple nécessité, il s’agit également d’une opportunité économique porteuse de croissance. En Europe, par exemple, l’économie « verte » a été un créateur d’emploi majeur, et a porté la relance économique. La Commission européenne, déjà activement engagée dans le développement de l’économie durable, fait état dans son dernier rapport de quatre millions de « green jobs » créés entre 2002 et 2011. Ces perspectives ont attiré l’attention de plusieurs dirigeants en Afrique, où la population augmente considérablement et où le chômage structurel est important. Ainsi, au cours des années, nombre d’initiatives nationales, régionales et continentales ont été mises en place afin d’orienter la croissance africaine vers le « vert » et de profiter de son potentiel de développement.

Concilier développement économique et préservation de l’environnement
Aujourd’hui, le continent africain connait une croissance sans précédent, et se développe à grande vitesse. Un « boum » qu’ont connu les pays d’Asie du sud est dans les années 90, et les pays occidentaux dans lors de la révolution industrielle. Mais cette croissance ne doit pas se faire au dépend de l’environnement.
L’enjeu pour l’Afrique est aujourd’hui de trouver le moyen de concilier la nécessité de croissance et de transformations structurelles qu’imposent la lutte contre la pauvreté et la prise en charge de sa population grandissante, avec le besoin de préserver l’environnement. Cela devrait passer par la promotion des emplois verts, la gestion efficiente des ressources naturelles, un système énergétique durable accompagné d’une transformation sociétale forte pour saisir les opportunités de la croissance actuelle du continent.
Mme Hakima El Haité, ministre marocaine de l’Environnement et envoyée spéciale du climat pour la COP22 a fort justement souligné l’intérêt profond pour le continent de s’orienter au plus tôt vers un développement durable : « Les pays industrialisés se sont installés dans leur industrie, et aujourd’hui, leur adaptation et leur résilience revient beaucoup plus cher que ce que nous coûterait de choisir un modèle de développement plus sobre en carbone. »

Pour une croissance créatrice d’emplois
Les bienfaits seront d’abord énergétiques. Au Danemark par exemple, aujourd’hui 30% de la production électrique est éolienne grâce à une politique volontariste, ce qui réduit considérablement la facture énergétique du pays. Et en la matière, l’Afrique n’a rien à envier à l’Europe. Cela s’accompagnera de retombées économiques majeures, notamment en matière d’emploi. Les économies de rente, sur lesquelles l’Afrique a basé sa croissance au cours des dernières décennies, sont en effet stériles.
Ce phénomène se nomme la « jobless growth » : un cas de figure où la croissance ne s’accompagne pas de création d’emploi. L’industrie pétrolière, par exemple, emploie peu de nationaux et ses bénéfices ne sont que trop rarement réinvestis sur place. Un problème assez ancré en Afrique donc, dont a parlé Maixent Accrombessi, directeur du cabinet présidentiel gabonais, dans une tribune récemment dans le journal « Jeune Afrique » http://www.jeuneafrique.com/321886/societe/vers-croissance-verte-inclusive-economies-africaines/. Pour Maixent Accrombessi, « le Gabon doit développer la transformation locale des industries extractives afin de générer plus de valeur ajoutée, et plus d’emplois dans ces secteurs traditionnellement peu inclusifs. L’homme milite depuis toujours pour le développement vert au Gabon. Lors du New York Forum Africa 2014, il avait déjà mis en garde contre le risque de jobless growth « qui caractérise les pays dont l’économie se base sur les industries extractives, pays peu créateurs d’emplois, dont l’essentiel de la population vit bien souvent sous le seuil de pauvreté. »
Le Gabon est un très bon exemple. Sous l’impulsion de son Président Ali Bongo Ondimba, le pays a été contraint de repenser son modèle économique, et ces réflexions ont mené à l’élaboration du Plan Stratégique Gabon Emergent. Son impact a été considérable comme le rappelle Maixent Accrombessi, l’un des principaux cerveaux derrière ce projet : « L’économie gabonaise créait en moyenne 3 500 emplois sur la période 2000 à 2009. Entre 2010 et 2015, 12 000 emplois ont été créés en moyenne chaque année ». Une augmentation substantielle dans un pays comptant moins de deux millions d’habitants. « Le PIB national gabonais devra tripler d’ici 2025, et ce sans augmentation de l’empreinte carbone », ajoute-t-il…
… Et le Gabon n’est pas le seul exemple de réussite de l’économie verte en matière d’emploi. En Afrique du Sud par exemple, un accord sur l’économie verte entre le gouvernement, les syndicats, le secteur privé et les organisations de la société civile pris en Novembre 2011 a permis de créer 300 000 nouveaux emplois verts.

Eric Solly

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

22 août 2016 par Dg24h



Le Sénat nigérian rétablit l’importation de véhicules par voie (...)

14 janvier 2017 par La Rédaction
Le Sénat de la République fédérale du Nigéria a rejeté jeudi dernier, la (...)
Lire la suite

Retard dans l’égrenage du coton à Nikki

6 janvier 2017 par Dg24h
L’égrenage du coton initialement prévu pour le 05 janvier dernier n’a pas (...)
Lire la suite

Le Médiateur fiscal institué au Bénin

6 janvier 2017 par Dg24h
Il vient d’être institué en République du Bénin un Médiateur fiscal. Cette (...)
Lire la suite

Que sera le Bénin en 2017 ?

24 décembre 2016 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​A une semaine de la fin de 2016, aucune (...)
Lire la suite

WorldRemit prend pied au Bénin, aux Comores, au Mali, au Sénégal et au (...)

23 décembre 2016 par Dg24h
Le service de transfert d’argent électronique permet aux destinataires (...)
Lire la suite

Le Budget de l’Etat 2017 voté à l’unanimité des députés

15 décembre 2016 par Dg24h
La Loi de finances, gestion 2017 a été votée ce jeudi 15 décembre 2016, (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires