mardi, 27 février 2024 -

940 visiteurs en ce moment

MSF

MSF alerte sur les inondations à N’Djamena et l’apparition d’épidémies




Depuis mi-août, le centre et le sud du Tchad sont frappés par des graves inondations, les dernières touchant la capitale, N’Djamena, où deux fleuves ont débordé, laissant des quartiers entiers submergés par les eaux. L’organisation internationale médicale Médecins Sans Frontières (MSF) a mis en place une réponse d’urgence pour faire face aux besoins les plus pressants des personnes ne disposant que d’un accès minimal aux services essentiels, et exposées à des risques accrus d’épidémies.
« Les dernières inondations viennent aggraver une situation humanitaire déjà terrible, explique Alexis Balekage, coordinateur du projet d’urgence MSF à N’Djamena. Le Tchad connait chaque année des inondations, mais en 2022, un nouveau seuil est franchi. Les crues ont conduit à des déplacements de populations à grande échelle et ont engendré des besoins immenses dépassant largement la réponse actuelle, le tout dans un pays qui continue d’être quasi invisible sur la scène internationale. »
La récente et dramatique montée du niveau des fleuves Chari et Logone, qui ont atteint jusqu’à 8,14 mètres près de leur confluence à N’Djamena, et qui a les faits déborder, est attribuée à des chutes de pluies exceptionnellement fortes dans le sud du pays. Au 15 novembre, plus de 155 000 habitants de la capitale ont été forcés de quitter leur foyer à cause des inondations, selon les Nations Unies. Ces personnes ont trouvé refuge dans différents sites de déplacés officiels ou informels. Cela les éloigne davantage des services essentiels, ce qui les rend plus vulnérables à des risques de santé sérieux, en particulier dans un contexte de pic saisonnier du paludisme.
« Les personnes déplacées vivent dans des conditions précaires et parfois de surpeuplement, avec un accès restreint à l’eau potable, à la nourriture et à une hygiène correcte, continue Alexis Balekage. Les eaux stagnantes risquent de devenir un lieu de reproduction pour les moustiques, ce qui va probablement favoriser la transmission du paludisme, une des premières causes de mortalité au Tchad. Nous craignons également l’apparition et la propagation d’autres maladies hydriques et infectieuses si le niveau des eaux ne diminue pas rapidement et que la réponse humanitaire n’est pas renforcée afin de subvenir aux besoins des populations. »
Depuis plusieurs semaines, des maisons, des écoles, des structures de santé et des marchés sont complètement submergés par les eaux. Des personnes utilisent des canoës pour rejoindre certains quartiers inondés, et ces embarcations sont perçues par les hippopotames comme des dangers qu’ils attaquent. En une semaine seulement, cinq personnes, dont une femme enceinte, ont perdu la vie pour cette raison.
Les inondations ont également touché des infrastructures vitales comme le réseau d’approvisionnement en eau et les routes, et entraînent des conséquences graves sur les moyens de subsistance d’une population dépendant grandement de l’agriculture. Plus de 465 000 hectares de plantations ont ainsi été endommagés et plus de 19 000 têtes de bétail sont mortes, occasionnant des inquiétudes quant à la production agricole et à la sécurité alimentaire.
« Notre maison a été inondée. Dans les chambres, l’eau a atteint 1,2 mètre, témoigne Doglessa, qui a trouvé refuge dans le site de Walia Hadjarai, à N’Djamena. Ma famille et moi sommes partis ensemble. Nous vivons maintenant dans une tente, exposés au froid, aux moustiques et à tous les autres dangers. Notre unique hectare de riz a été englouti par les eaux et je suis donc sans emploi. A cause des inondations, nous ne pouvons pas nous rendre rapidement dans un centre de santé pour y voir un docteur. De plus, la consultation n‘est pas gratuite et cela pose des problèmes alors que je suis sans revenu. Mon plus grand souhait est que le niveau des eaux baisse au plus vite pour que nous puissions rentrer chez nous. »
A Toukra, dans le sud de la capitale, un centre de santé soutenu par MSF a été complètement inondé, obligeant le personnel à transférer les patients et les activités dans un autre centre de soins.
Les équipes MSF, en collaboration avec le Ministère de la Santé, mènent des cliniques mobiles dans les sites d’accueil des sinistrés et appuient des centres médicaux existants à proximité, comme dans les sites de Toukra, Ngueli, Guilmey, Melezi, Digangali, Karkanjeri, Miskine, Walia-Hadjarai et le lycée de Walia. En plus des soins de santé générale, d’un soutien nutritionnel et vaccinal, elles fournissent des services d’eau et d’assainissement.
Durant les dernières semaines, les équipes MSF ont effectué plus de 15,500 consultations, principalement des cas de paludisme, d’infections respiratoires et de diarrhées. Au moins 80 patients ont également été transférés à l’hôpital pour des soins spécialisés et 345 bébés ont été vaccinés contre des maladies infantiles courantes. Les équipes ont également fourni de l’eau potable ainsi que des biens de première nécessité, incluant des kits d’hygiènes et des kits de prévention du paludisme, aux familles déplacées.
Depuis début 2022, le Tchad est victime de conditions météorologiques extrêmes en lien avec le changement climatique, et cela prend la forme de graves sécheresses et de précipitations irrégulières. Selon les autorités de santé locales, plus d’un million de personnes à travers 18 des 23 régions du pays ont été affectées.
« Si l’on observe en particulier la situation à N’Djamena, nous anticipons que les conséquences dramatiques des inondations perdureront de nombreuses semaines encore, confie Sami Al Subaihi, Chef de Mission pour MSF au Tchad. Comme le niveau des eaux baisse lentement, il n’y a malheureusement pas de raison de penser que la situation va s’améliorer dans un avenir proche, ni même que les personnes pourront retourner chez elles. La réponse d’urgence MSF a pour but de subvenir aux besoins immédiats des populations, mais il est impératif de mobiliser des fonds additionnels ainsi que de développer un programme à plus long terme qu’une réponse durable et adaptées à cette crise puisse voir le jour. »

MSF est présente au Tchad depuis 1981 et gère des projets médicaux dans plusieurs régions du pays, en soutien aux autorités de santé locales.
A Moissala, dans la région de Mandoul, MSF fournit des soins de santé materno-infantile dans des hôpitaux, des centres de soins et via des activités communautaires. A Massakoury, dans la province d’Hadjer Lamis, MSF mène un programme de nutritionnel pour des femmes et des enfants. Dans l’hôpital de Toukra à N’Djamena ainsi que dans divers centres nutritionnels ambulatoires, MSF fournit des traitements à des enfants souffrant de malnutrition sévère. Dans la province de Sila, dans l’est du Tchad, MSF traite des maladies communes directement dans les communautés. Dans la ville d’Adré, dans la région d’Ouaddaï, proche de la frontière avec le Soudan, MSF fournit des soins à des enfants de moins de 15 ans et répond aux besoins des réfugiés. Dans la région de Salamat, dans le sud-est du Tchad, MSF gère un centre nutritionnel thérapeutique hospitalier dans l’hôpital Am Timan ainsi que cinq centres nutritionnels ambulatoires. A N’Djamena, MSF dispose d’une unité de réponse d’urgence qui est prête à intervenir en cas de conflit, de catastrophe naturelle ou d’épidémie dans l’ensemble du territoire.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

2 décembre 2022 par Judicaël ZOHOUN




Arrestation des trafiquants venant du Brésil aux larges du Togo


27 février 2024 par Judicaël ZOHOUN
Des trafiquants d’espèces protégées ont été arrêtés au large du Togo, (...)
Lire la suite

Shadiya Alimatou Assouman représente le Bénin à Abu Dhabi


26 février 2024 par Ignace B. Fanou
La treizième Conférence ministérielle (CM13) de l’OMC se tient du 26 (...)
Lire la suite

Le Béninois Kadoukpè Babaodi, membre du jury international


26 février 2024 par Akpédjé Ayosso
Le jeune Béninois, Kadoukpè Babaodi vivant à Lyon (France) est membre (...)
Lire la suite

La Cédéao lève toutes les sanctions contre le Niger


24 février 2024 par Judicaël ZOHOUN
La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a (...)
Lire la suite

Les artistes africains-américains inspirent les fans du monde entier


24 février 2024 par Akpédjé Ayosso
Les artistes africains-américains font rêver depuis longtemps et ils (...)
Lire la suite

Les Émirats arabes unis retirés de la "liste grise" du Gafi


24 février 2024 par Ignace B. Fanou
Bonne nouvelle pour Dubaï. Les Émirats arabes unis ont été retirés, (...)
Lire la suite

SM le Roi MOHAMMED VI reçoit SEM. Pedro SANCHEZ au Palais Royal


21 février 2024 par Ignace B. Fanou
Sa Majesté le Roi Mohammed VI a reçu, ce mercredi, au Palais Royal de (...)
Lire la suite

Les Etats-Unis condamnent les violences en RDC


21 février 2024 par Ignace B. Fanou
La situation en République démocratique du Congo (RDC) préoccupe les (...)
Lire la suite

Les présidents américains à travers l’objectif photo


19 février 2024 par Akpédjé Ayosso
Depuis son invention au milieu du XIXe siècle, la photographie a (...)
Lire la suite

Les Etats-Unis alertent sur la sécurité des Occidentaux


18 février 2024 par Ignace B. Fanou
Les services des renseignements des Etats-Unis viennent de donner (...)
Lire la suite

Les chrétiens américains voient dans le carême un renouveau spirituel


17 février 2024 par Akpédjé Ayosso
Lorsque le très révérend Michael Curry était enfant, il a renoncé au (...)
Lire la suite

L’Ambassade d’Irlande à Rabat fait des mises au point


17 février 2024 par Ignace B. Fanou
L’Ambassade d’Irlande à Rabat vient de réagir face à la polémique qui (...)
Lire la suite

Les USA exhortent Sall à rétablir le calendrier électoral


16 février 2024 par Marc Mensah
Les Etats Unis d’Amérique sont préoccupés par la situation politique (...)
Lire la suite

Il y a 60 ans, les Beatles « envahissent » l’Amérique


13 février 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
Il y a soixante ans, par une nuit enneigée, les Beatles donnaient (...)
Lire la suite

Le Gouvernement espagnol réaffirme sa position sur le Sahara marocain


13 février 2024 par Ignace B. Fanou
Le Gouvernement espagnol a réaffirmé, ce lundi 12 février 2024, sa (...)
Lire la suite

La CEDEAO appelle au rétablissement du calendrier électoral


7 février 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
La Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de (...)
Lire la suite

Les Etats-Unis félicitent le Maroc pour la conférence de Marrakech


6 février 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
Le Maroc et les Etats-Unis ont organisé conjointement du 31 janvier (...)
Lire la suite

L’Ambassadeur Igor EVDOKIMOV précise la position de son pays sur les (...)


6 février 2024 par Ignace B. Fanou
En prélude à la célébration de la Journée du Diplomate russe (2024), (...)
Lire la suite




Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires