samedi, 25 février 2017 •

149 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Grogne sociale

Les syndicats désapprouvent la liquidation des structures du Maep




Les centrales et confédérations syndicales ont manifesté, à la Bourse du Travail ce mardi 6 décembre 2016, contre la décision du gouvernement de liquider la Sonapra, l’Onasa, la Caia-sa et l’Ons. A travers des chants et des slogans hostiles au gouvernement, ils dénoncent la privatisation de ces structures placées sous la telle du ministère de l’agriculture de l’élevage et de la pêche. Ils ont aussi critiqué la gestion du gouvernement Talon et la violation des libertés fondamentales.

« Nous disons non à la liquidation ordonnée ou désordonnée ! (…) » ; « Non à la suppression des emplois et des droits acquis des travailleurs (…) ! ». Voilà quelques uns des messages inscrits sur les banderoles des organisations syndicales qui ont organisé ce mardi le meeting d’information à la bourse du travail.
Les manifestants ont décrié la décision du conseil des ministres du 30 novembre 2016, de liquider la Société nationale de promotion agricole (Sonapra), la Centrale d’achat des intrants agricoles (Caia-Sa), l’Office national d’appui à la sécurité alimentaire (Onasa) et l’Office national de stabilisation et de soutien des prix des revenus agricoles (Ons).
Pour le gouvernement, les fonctions de ces quatre sociétés et officines d’Etat ne sont plus pertinentes au regard des Directions départementales, des pôles de développement agricole et des agences territoriales de développement agricole qui viennent d’être créés.
Mais selon les manifestants, le Président Patrice Talon veut confier la gestion desdites structures à ses sociétés.
« Talon veut tout à lui seul », ont martelé certains travailleurs, avant d’ajouter que, c’est dans le but de s’accaparer des sociétés d’Etat au profit d’un individu que le gouvernement a pris ces mesures.
Selon Dieudonné Lokossou, Secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes (Csa-Bénin), des fonctionnaires ont été renvoyés de leurs postes et sont laissés à leur propre sort.
« A la Présidence, (…) ils sont plus de 200 à être vidés et maintenant, on a ramassé les gens de Bénin control Sa (appartenant à Patrice Talon, Ndlr) pour aller les remplacer », a-t-il précisé.
Le secrétaire général de Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb) ajoute que ces gens qui n’ont jamais exercé dans l’Administration publique gagnent 80 fois le salaire des agents permanents de l’Etat.
« A la date d’aujourd’hui, le gouvernement de la Rupture n’a pas encore créé un seul emploi. Au contraire, il a supprimé au moins 3 000 emplois en huit mois », dénonce Pascal Todjinou.
« Nous sommes en train d’éveiller l’attention de l’autorité. C’est un avertissement. Et ce n’est pas fini », avertit le Secrétaire général de la Cgtb.
Ils sont quelques centaines de travailleurs à exprimer leur mécontentement pour dénoncer ces mesures prises par le gouvernement. Mêmes des vendeuses de jouets et autres commerçants menacés de déguerpissement par les autorités préfectorales ont aussi pris part au meeting. Ils demandent au préfet de leur accorder jusqu’au 31 décembre, le temps d’écouler leurs produits, avant de regagner un site approprié.
Les travailleurs projettent de descendre dans la rue la semaine prochaine, si rien n’est fait pour satisfaire leurs revendications.
Le meeting de ce 06 décembre est un avant-goût aux mouvements de protestation que les porteurs de branchages et de banderoles préparent pour dénoncer les « dérives » du gouvernement de la Rupture.
Boniface CAKPO

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

6 décembre 2016 par Dg24h



Des difficultés retardent la répression

25 février 2017 par La Rédaction
La montée du grand banditisme auquel le régime défunt était confronté, (...)
Lire la suite

D’importantes quantités de faux médicaments saisies à Dantokpa

24 février 2017 par Dg24h
D’importantes quantités de produits pharmaceutiques ont été saisies ce (...)
Lire la suite

Moussa Saka offre des lampadaires à la commune d’Adjarra

24 février 2017 par La Rédaction
Le richissime homme d’affaire Moussa Saka, fils d’Aricohé Super, offre (...)
Lire la suite

Une étudiante meurt au cours d’un avortement clandestin

24 février 2017 par La Rédaction
On l’appelle Floriane Alèhou, cette jeune femme de 25 ans est décédée (...)
Lire la suite

La situation au carrefour Caboma suscite des inquiétudes

24 février 2017 par La Rédaction
En plein de cœur de la ville de Cotonou, ce grand carrefour connu de (...)
Lire la suite

Les Béninois continuent de manger du mauvais pain ou du poison

24 février 2017 par La Rédaction
La population béninoise était confrontée à une insécurité alimentaire (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires