samedi, 25 juin 2022 •

374 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Économie verte

13 milliards de FCFA pour une plateforme mondiale de la finance carbone au Bénin




Si le sujet complexe du marché carbone a été au cœur des échanges de la COP26, il est sous-tendu par divers leviers, dont celui du développement de la technologie CCS (carbon capture and storage), qui offre des perspectives prometteuses en matière de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. Sur ce terrain, l’Afrique a une carte à jouer, à travers des solutions basées sur la nature.

Fanny REY

C’est une disposition sur laquelle les Etats ont eu bien du mal à s’accorder, mais la mise en œuvre d’un dispositif international d’échange d’unités de réduction des émissions de CO2 a finalement été actée lors de la COP26 de Glasgow. Une avancée cruciale dans la lutte contre le réchauffement climatique, puisque la reconnaissance d’un marché international des « crédits carbone » devraient permettre aux pays de mutualiser les coûts de décarbonation de l’économie.

Le concept de captage-stockage de CO2, qui consiste à capter le CO2 au plus près de sa source de production (ou dans l’atmosphère) et à le stocker dans le sous-sol, s’est également invité dans les débats, cette technologie étant susceptible de décarboner massivement les activités de l’industrie lourde et de contribuer à l’atteinte des objectifs du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui le mentionne dans trois de ses quatre scénarios de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) à l’échelle mondiale. Son potentiel dans le mix énergétique est également souligné par l’Agence internationale de l’énergie, qui estime qu’il faudra pour atteindre l’objectif d’un réchauffement limité à 2° une contribution du CCS de l’ordre de 14% en 2050. Or seule une trentaine d’installations sont pour l’heure opérationnelles dans le monde, notamment aux Etats-Unis, et l’essentiel des projets se situe en Europe.

Réduire les coûts de captage

Si cette technologie n’est pas nouvelle, les objectifs de réduction des GES nécessitent de passer à l’échelle, ce qui pose la question d’un modèle économique viable, implique de réduire les coûts et d’identifier les écosystèmes les plus aptes à capter et stocker massivement et durablement le CO2. Deux objectifs qui animent la Fondation Earth Love United, fondée en 2020 par l’investisseur béninois Jean Missinhoun. Cette plateforme mondiale pour l’action climatique s’est positionnée sur le double créneau de l’optimisation des puits naturels de carbone et du développement de solutions innovantes de CCS. « Les Africains ont toutes les solutions à portée de main. Ils peuvent apporter leur contribution à la lutte contre le changement climatique », souligne-t-il, convaincu que « 99 % des problèmes peuvent être résolus grâce à la nature ».

Les chercheurs de la Fondation travaillent notamment sur le développement d’un bioréacteur fonctionnant à partir de grands volumes d’algues ou de posidonies – une ferme de bioréacteurs permettant d’absorber 100 000 tonnes de CO2 par an, susceptibles d’être valorisées en biocarburants ou en produits cosmétiques dans un deuxième temps. De quoi offrir une alternative économique aux CCS « classiques », qui utilisent des briques technologiques maîtrisées. « Cette technologie sera appelée à jouer un rôle de plus en plus important dans les scénarios de décarbonation dans lesquels sont engagés les principaux pollueurs », pronostique ainsi Jean Missinhoun.

La mangrove, un puits de carbone exceptionnel

Dans cette dynamique, la Fondation développe dans le sud du Bénin un projet pilote de préservation de la forêt de mangrove sur un site de 652 760 ha. De fait, les mangroves ont une capacité de réserve de carbone parmi les plus élevées au monde (plus de 2 tonnes de CO2 par ha et par an), pouvant en stocker jusqu’à cinq fois plus par unité de surface que les forêts tropicales, grâce à une fonctionnalité spécifique de leur système racinaire leur permettant d’agir comme un puits de carbone pendant un siècle.

Si leur système de séquestration du carbone a prouvé son efficacité, un tiers de la couverture mondiale de mangrove a été détruite ces cinquante dernières années en raison de la surexploitation forestière, de l’érosion des sols et de l’érosion côtière. D’où l’importance de restaurer ces espaces afin d’améliorer leur potentiel de séquestration et d’éviter que le carbone stocké ne retourne dans l’atmosphère. Face à ces constats, l’équipe de recherche « mangrove » de la Fondation concentre ses travaux sur la compréhension des différents modèles de croissance en fonction des espèces et de leur compatibilité, sur la recherche génétique afin d’obtenir d’optimiser la capture et le stockage de carbone et sur la culture d’une espèce créée par altération génétique à cette fin. Objectif : atteindre 250 000 tonnes de séquestration de carbone annuel. Cette approche intègre la culture d’herbiers marins et d’algues pour optimiser les écosystèmes de mangrove.

Une opportunité économique mondiale

Alors que les mangroves couvrent plus de 3,2 millions d’hectares à l’échelle du continent – soit près de 20% de leur surface mondiale –, le potentiel de cette approche est énorme, avec à la clé des réductions d’émissions conséquentes. L’ensemble de ce projet, qui représente un investissement de 200M USD, ouvre des perspectives énormes, en offrant une alternative aux technologies artificielles de CCS, coûteuses et énergivores. A l’échelle mondiale, d’ici 2040, les forêts de mangrove pourraient séquestrer jusqu’à 380 millions de tonnes de CO2, et en tant que telle, leur restauration pourrait rapporter 11,8 Md de dollars d’ici 2040 via la vente de crédits carbone bleu (carbone collecté par les écosystèmes océaniques et côtiers). Le prix de ces crédits, qui inclut notamment la protection contre les tempêtes à la durabilité de la pêche, dépasse la simple valeur du carbone. Autant d’atouts susceptibles de retenir l’attention de fonds climatiques, à l’image du Fonds dédié à la finance verte créé par la Banque africaine de développement dans le sillage de la COP26 afin de drainer des financements privés dans des projets verts à travers le continent.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

2 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN




12 projets d’infrastructures prévus au Port de Cotonou


24 juin 2022 par Marc Mensah
Le ministre des infrastructures et des transports a été reçu sur (...)
Lire la suite

Létondji Beheton présente la GDIZ à plus 800 CEOs et investisseurs


24 juin 2022 par La Rédaction
Le Directeur Général de la Société d’Investissements et de Promotion de (...)
Lire la suite

Le Bénin lève 20 milliards FCFA sur le marché financier


24 juin 2022 par Marc Mensah
Au terme d’une émission simultanée d’« Obligations de Relance du Trésor » (...)
Lire la suite

Les MTNers renforcent les compétences des jeunes à l’emploi


21 juin 2022 par Marc Mensah
Le personnel du réseau de téléphonie mobile MTN a donné des outils et (...)
Lire la suite

Près de 900 milliards FCFA d’engagements de la BOAD au Bénin


21 juin 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Le Président de la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD), Serge (...)
Lire la suite

La BOAD accorde au Bénin un financement de 17,5 milliards (...)


21 juin 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Le Président du Conseil d’Administration de la Banque Ouest-Africaine de (...)
Lire la suite

L’agence Moody’s maintient sa notation du Bénin à ‘B1 avec Perspective (...)


16 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
Dans le cadre de la publication du rapport annuel de notation du Bénin, (...)
Lire la suite

La Cour publie le rapport définitif sur la gestion des fonds (...)


16 juin 2022 par Ignace B. Fanou, Marc Mensah
La Cour des comptes a rendu public son rapport définitif de l’audit des (...)
Lire la suite

Le gouvernement réagit au rapport de la Cour des comptes


15 juin 2022 par Marc Mensah
Le rapport d’audit sur la gestion des fonds Covid-19 publié par la Cour (...)
Lire la suite

« Les autorités du Bénin* démontrent là une très bonne maîtrise des défis (...)


12 juin 2022 par Akpédjé Ayosso
Le ministre d’Etat, Romuald Wadagni Chargé de l’Economie et des Finances (...)
Lire la suite

Pape Demba Thiam approuvent les réformes économiques de Patrice (...)


11 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
Papa Demba Thiam est à la fois économiste et chef d’entreprise en Suisse. (...)
Lire la suite

« Les DTS viendront, c’est certain »


11 juin 2022 par Akpédjé Ayosso
L’Afrique attend toujours les 100 milliards de DTS du FMI promis depuis (...)
Lire la suite

Collaboration inter consulaire actée entre CCI-Bénin et CNA-Bénin


8 juin 2022 par Marc Mensah
Une rencontre de travail s’est tenue, mardi 07 juin 2022, entre les (...)
Lire la suite

Dès irrégularités décelées dans les 385 milliards F dépensés pour (...)


7 juin 2022 par Akpédjé Ayosso
La Cour des comptes (CC) a élaboré un rapport relatif aux dépenses (...)
Lire la suite

Conditions de déductibilité des achats de gasoil du résultat (...)


6 juin 2022 par Marc Mensah
Le Directeur Général des Impôts rappelle aux entreprises que seuls les (...)
Lire la suite

LA BRVM LANCE SA CHAINE DE TELEVISION NUMERIQUE EN LIGNE : BRVM (...)


28 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
Le lancement officiel de la chaine de télévision numérique en ligne de la (...)
Lire la suite

Stanford Seed transformation présenté aux entrepreneurs


27 mai 2022 par Marc Mensah
Les chefs et cheffes entreprises béninois ont été informés, vendredi 27 (...)
Lire la suite

Youssou Ndour, en panéliste vedette des « UBA Africa Conversations 2022 (...)


27 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
La United Bank for Africa (UBA) Plc a célébré cette année la Journée de (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires