mercredi, 26 avril 2017 •

148 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Rencontre chez l’ancien chef de l’État

Les émissaires du Front font le point de la séance avec Soglo




Une délégation du Front pour le sursaut patriotique dont les Fcbe, le Pcb et le Plp, a rencontré ce lundi 3 avril 2017, le président Nicéphore Soglo. Au terme des échanges, ils ont fait à travers des déclarations le point de leurs discussions.

*Jean Cocou Zounon, Porte-parole du Front pour un sursaut patriotique*
’’ Nous continuons notre combat’’

« Nous avons rencontré le Président Soglo. Nous avons parlé de la situation actuelle du fait que le projet de révision de la constitution établit une nouvelle constitution avec des droits donnés au Président de la République qui institue, comme le Président Soglo l’a dit, la légalisation de Ségbana. Le président de la République en tant que président du Conseil national de renseignement peut faire arrêter, espionner, torturer sans responsabilité pénale. Le président Soglo nous a dit qu’il a toujours été du côté du peuple même dans les combats contre la colonisation. Il a été d’accord avec nous pour dire que ça ne se passera pas et qu’il faut que le président de la République écoute le peuple, qu’il faut revenir au constituant originel qu’est le peuple, ne pas pouvoir se donner le droit d’endetter le pays, de signer et de ratifier des accords de financement, de supprimer des institutions, d’en créer des nouvelles, ne pas s’occuper du peuple et laisser la réflexion à un cabinet dans les mains des hommes d’affaires dont la vision est autre que celle d’un chef d’Etat qui va s’occuper du développement, de la faim, de la misère et de la désolation de son peuple. Dans les grandes lignes, il y a eu cet accord avec le président Soglo qui nous a souhaités bon vent. Il nous a félicités et a lancé quelque chose qu’on ne peut pas hypothéquer. L’avenir de la jeunesse avec cette constitution qui ne prend pas en compte l’avenir de notre pays, les libertés, les droits fondamentaux du peuple et qui accapare tout. Nous continuons notre combat. Je profite pour dire à tous que le Front pour un sursaut patriotique a déjà commencé un sit-in devant le siège de l’Assemblée nationale, à partir d’aujourd’hui jusqu’au vendredi prochain. Il continue demain pour accueillir les députés et leur dire de rejeter le projet. Qu’ils ne prennent pas la responsabilité de confisquer la liberté du peuple. On ne peut pas toucher à 36% le contenu d’un texte et dire que cela peut se faire par la voix parlementaire. Il faut qu’on revienne au constituant originel. C’est l’appel que nous lançons pour que le pas puisse revenir à ses fondamentaux. Aujourd’hui, il y a même une crise gouvernementale et un ministre de la défense, principal artisan de votre combat, démissionne. Cela doit donner à réfléchir. Il ne faut pas s’entêter sinon, à la désolation va s’ajouter le désespoir et lorsqu’il y a le désespoir, on ne sait plus où cela nous conduira. A ce moment, le président de la République sera le fauteur de troubles. C’est ce que nous demandons et espérons qu’il entendra notre voix, de retirer ce projet et d’en appeler à une assise nationale, à des états généraux d’où sortira une assemblée constituante ».

*Eugène Azatassou, Coordonnateur FCBE*
’’ Il est inadmissible de faire cette révision comme elle se fait actuellement’’

« Nous avons parlé de la situation nationale actuelle et de nos inquiétudes notamment par rapport au projet de révision de la constitution à l’Assemblée nationale. Nous lui avons dit quelles sont nos appréhensions, et qu’il est pour nous inadmissible avec la nouvelle architecture proposée par le nouveau projet de révision de la constitution, de faire cette révision comme elle se fait actuellement. On ne peut pas se permettre de démembrer les autres institutions, de donner des pouvoirs supplémentaires à l’Exécutif au dépend des autres institutions et d’espérer faire cela dans une révision tout à fait normale comme prévue par la constitution. Nous pensons que pour cela, il faut retourner à l’institution qui a mis en place l’architecture actuelle et que cette architecture soit revue, corrigée par une institution analogue à savoir une assemblée constituante et à un dialogue inclusif. Ce n’est pas une question d’intelligence de réflexion mais, il s’agit de régler ce problème de l’architecture institutionnelle de ce pays par l’instance qui est habilitée à le faire. Vous savez que le président Nicéphore Dieudonné Soglo est très souvent aux côtés du peuple. Il a dit qu’il faut que les responsables à divers niveaux écoutent le peuple pour qu’il soit satisfait de ce qui se fait. Or, apparemment, le peuple n’est pas satisfait de la révision qui est conduite de cette manière ».

*Gilbert Kouessi, Représentant du Parti communiste du Bénin (PCB)*
’’ Il faut que le projet soit retiré. Il faut qu’on aille aux assises nationales’’

« (...) Le peuple ne veut pas du bricolage qui se fait. Le peuple veut manger et a faim. Aujourd’hui, il y a des choses qui se posent au niveau de la constitution. Il faut que le projet soit retiré et qu’on aille s’asseoir au niveau des assises nationales pour rediscuter des problèmes du pays ».

*Léonce Houngbadji, Président du Parti pour la libération du peuple (PLP)*
’’ Le moment de passer à la vitesse supérieure est déjà là’’

« Nous avons échangé avec le président Nicéphore Dieudonné Soglo. Nous sommes très heureux de cet échange parce que nous avons constaté qu’il est totalement en phase avec nous. Il soutient nos actions et estime que c’est l’avenir des jeunes qui est en train d’être hypothéqué, que nous avons un peuple rebelle et qu’il ne faut pas que Patrice Talon franchisse le rubicond. Il a dit que s’il ne le sait pas, qu’ils vont le lui rappeler et que ce qui se passe aujourd’hui dans le pays ne s’est jamais produit dans le passé. Nous avons aussi retenu de nos échanges que le texte qui a été proposé et envoyé à l’Assemblée nationale ne pourra pas être adopté par les députés et que le Président Soglo nous invite à nous mobiliser mieux que par le passé pour que de façon globale au niveau du pays et dans les départements, nous puissions mettre la pression et que chacun à son niveau puisse faire quelque chose. Nous avons vu un président confiant de ce que, ici, c’est le Bénin et que ce projet ne sera pas validé. Nous allons continuer le combat. Nous avons invité les populations à envahir l’Assemblée nationale, demain mardi, pour accueillir les députés, parce que nous sommes déjà à terre et nous n’avons plus peur du couteau. Nous n’avons pas peur de Patrice Talon et nous lui montrerons qu’il ne connaît pas en réalité le Béninois. Il joue avec l’avenir des jeunes, de nos mamans, des étudiants, et il est temps qu’on dise trop, c’est trop et qu’on mette fin à ces dérives, ces pratiques dictatoriales pour que nous puissions nous retrouver autour d’une table pour dialoguer, mettre les réformes sur la table, voir ce qui est bon pour le pays et travailler dans ce sens. Nous allons continuer avec d’autres consultations pour alerter l’opinion nationale et internationale. Le moment de passer à la vitesse supérieure est déjà là. Nous prenons notre temps pour expliquer aux uns et aux autres, aux leaders d’opinion, aux responsables d’institutions, personnalités politiques pour que quelqu’un ne vienne nous arrêter quand nous aurons passé la vitesse supérieure ».

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

4 avril 2017 par Dg24h



Bio Tchané décroche 100 milliards FCFA pour le Bénin

21 avril 2017 par La Rédaction
Bonne nouvelle pour l’entame de l’an 2 du gouvernement de Patrice Talon. (...)
Lire la suite

Après Soglo, Azannaï rend visite à Tévoédjrè

18 avril 2017 par Dg24h
L’ancien ministre délégué chargé de la défense nationale de Patrice Talon, (...)
Lire la suite

Le Plp dénonce la mal gouvernance sous Talon et apprécie les analyses (...)

18 avril 2017 par Dg24h
Le Parti pour la Libération du Peuple (Plp) était en Conseil national, (...)
Lire la suite

L’Alliance ABT donne l’exemple à la classe politique

14 avril 2017 par Dg24h
L’Alliance ABT vient de poser un acte inédit en sanctionnant un de ses (...)
Lire la suite

Le député Affo Obo Tidjani suspendu par l’Alliance ABT

13 avril 2017 par Dg24h
Publiè
Lire la suite

La loi sur les droits des personnes handicapées adoptée

13 avril 2017 par La Rédaction
Le parlement béninois vient de préparer une injustice à l’endroit des (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires