jeudi, 27 avril 2017 •

215 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Les députés s’inquiètent pour le remplacement de leurs gardes-du-corps




Hier, A la fin de la séance plénière qui a consacré le vote à l’unanimité des députés de la loi portant « Loi cadre sur l’ aménagement du territoire en république du Bénin », le député Jean-Marie Allagbé a interpellé le président de l’Assemblée nationale au sujet de la question du remplacement des gardes corps : « Monsieur le président, le commandant militaire de l’Assemblée nationale nous a adressé un courrier dans lequel il nous demande de renvoyer nos gardes corps policiers et gendarmes dans leur corps respectifs au plus tard le 31 mai prochain et de procéder à leur remplacement par des militaires ceci en exécution d’une décision de Conseil des ministres. Je voudrais vous demander la conduite à tenir… »
Cette situation semble donc préoccupé les députés de la septième législature dont le président Me Adrien Houngbédji s’est fait porte-voix pour donner la position et les propositions de solutions. Voici sa réponse à l’interpellation du député Jean-Marie Allagbé.
« …Nous avons réfléchi sur la question. Mais nous ne voulons pas mettre les membres de la sécurité en difficulté par rapport à leur hiérarchie. C’est un dossier d’ensemble et notre intention au niveau
du bureau, c’est d’organiser une plénière au cours de laquelle l’ensemble de ces problèmes va être examiné. Les avantages qui sont accordés aux députés sont des avantages qui résultent des délibérations de l’Assemblée nationale en raison de notre souveraineté et de notre autonomie. Je suis clair là-dessus. Le gouvernement ne peut pas, de son seul chef, décider de ce que nous devons faire en matière de sécurité. Tout ce que vous voyez comme avantages accordés à l’Assemblée nationale, du point de vue protocolaire, du point de vue sécurité, résulte des décisions qui ont été prises en plénière contre les différents gouvernements qui étaient en place. Donc, nous n’innovons pas en remettant en plénière ce dossier là pour que nous prenions des décisions que nous soumettrons ensuite au gouvernement pour lui demander de tenir compte de ce que l’Assemblée nationale est une institution particulière dans la République. Ce que nous demandons, c’est ce qui se fait dans tous les Parlements de l’espace francophone. Vous allez en France, le Parlement est souverain en matière de fixation des conditions de sécurité des députés. Nous allons faire ce débat. Nous allons arrêter les conditions pour dire au gouvernement notre position. Soyez patients. Je sais que la plupart des députés sont mécontents à cause de ce problème. Il y a des problèmes d’escorte, des problèmes de gyrophare (…). Ça nous revient régulièrement. Nous allons essayer de trouver une solution dans le calme, dans la discipline avec une volonté de coopérer avec le gouvernement… ».
Francis O. (collaborateur)

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

27 mai 2016 par La Rédaction



La convention sur les armes à sous-munitions votée à l’unanimité

26 avril 2017 par La Rédaction
La représentation nationale a examiné le rapport relatif au projet de (...)
Lire la suite

Bio Tchané décroche 100 milliards FCFA pour le Bénin

21 avril 2017 par La Rédaction
Bonne nouvelle pour l’entame de l’an 2 du gouvernement de Patrice Talon. (...)
Lire la suite

Après Soglo, Azannaï rend visite à Tévoédjrè

18 avril 2017 par Dg24h
L’ancien ministre délégué chargé de la défense nationale de Patrice Talon, (...)
Lire la suite

La présidence juge inutile la passation de services de Azannaï

14 avril 2017 par Dg24h
Il n’y aura pas de passation de services du ministre délégué chargé de (...)
Lire la suite

L’Alliance ABT donne l’exemple à la classe politique

14 avril 2017 par Dg24h
L’Alliance ABT vient de poser un acte inédit en sanctionnant un de ses (...)
Lire la suite

Le député Affo Obo Tidjani suspendu par l’Alliance ABT

13 avril 2017 par Dg24h
Publiè
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE

Derniers articles

Autres vidéos





Les plus populaires