dimanche, 23 avril 2017 •

184 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Liberté d’expression et de réunion

Le Bénin épinglé par Amnesty International




Le mercredi 22 février 2017, Amnesty International a présenté dans 159 pays, son rapport annuel (2016-2017) sur la situation des droits humains dans le monde. Un rapport qui a épinglé le Bénin sur le non respect des lois en matière de la liberté d’expression et de réunion.

En effet, selon ce rapport, les autorités béninoises continuent d’imposer des restrictions arbitraires à la liberté de réunion, notamment en interdisant plusieurs manifestations organisées par des groupes de l’opposition, en prenant des mesures de représailles contre des organisateurs de manifestations pacifiques et en ayant recours à une force arbitraire et excessive contre des manifestants. Le rapport dresse ainsi la liste des dérives du Bénin en la matière. En janvier et février, à l’approche de l’élection présidentielle, les autorités ont interdit au moins trois manifestations pacifiques organisées par des formations de l’opposition. Les sympathisants du parti au pouvoir ont en revanche été autorisés à défiler. Les autorités ont interdit, en février, une marche organisée par des groupes de défense des droits humains pour protester contre l’homicide illégal d’un militaire. En mars, les forces de sécurité ont abattu un homme et blessé par balle neuf autres personnes, dont deux enfants, lors d’une manifestation à Bantè, dans le département des Collines. Des témoins ont indiqué que la manifestation se déroulait globalement dans le calme jusqu’à ce que les forces de sécurité commencent à lancer des grenades lacrymogènes dans la foule et à tirer à balles réelles. En juillet, les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes et des matraques pour disperser une manifestation pacifique d’étudiants à Cotonou. Une vingtaine de personnes était blessée. Au moins neuf étudiants ont été arrêtés à la suite des rassemblements étudiants et maintenus en détention pendant plusieurs semaines, avant d’être relâchés. Vingt et un étudiants soupçonnés d’y avoir participé ont été interdits de s’inscrire à l’université pendant une période de cinq ans. En août, l’université a décidé d’invalider l’année universitaire pour tous les étudiants de la faculté dans laquelle la plupart des manifestants étaient inscrits. En octobre, le Conseil des ministres a interdit toutes les activités des associations sur les campus. En novembre, la Haute Autorité de l’audiovisuel et de la communication a pris la décision arbitraire de fermer sept médias privés.
A.V. /LE GRAND MATIN

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

24 février 2017 par La Rédaction



La ville de Bohicon retrouve son calme après la tension de la (...)

23 avril 2017 par La Rédaction
La ville de Bohicon a retrouvé son calme habituel après la vive tension (...)
Lire la suite

Léhady Soglo à Istanbul dans le cadre de l’UNACLA

23 avril 2017 par Dg24h
Invité pour représenter l’association Cités et Gouvernements Locaux Unis (...)
Lire la suite

Gaston Zossou l’ex porte-parole de Kérékou reprend service

23 avril 2017 par Dg24h
L’ancien ministre de la communication et porte-parole du gouvernement (...)
Lire la suite

09 agents des impôts sous mandat de dépôt

21 avril 2017 par Dg24h
L’affaire de vol de chèques à la Direction générale des impôts (Dgi), (...)
Lire la suite

Les lois d’embauche et sur les collaborateurs externes rejetées

21 avril 2017 par Dg24h
La loi portant régime général d’emploi des collaborateurs externes de (...)
Lire la suite

Les députés insatisfaits des réponses du ministre Koudandé

21 avril 2017 par La Rédaction
La séance plénière du jeudi 20 avril 2017, au Parlement était consacrée (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires