mercredi, 26 avril 2017 •

253 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Science

Lancement d’un nouvel outil de surveillance anti-ravageurs




Stephanie Achieng’

Lecture rapide
- Les ravageurs pourraient causer des pertes de récoltes allant jusqu’à 70%
- Un nouveau projet vise à créer un système d’alerte pour aider les agriculteurs
- Un expert recommande son couplage aux TIC utilisées par les petits exploitants

Les agriculteurs d’Afrique subsaharienne bénéficieront bientôt d’un nouveau projet qui vise à mettre au point un système d’alerte précoce pour aider à réduire les pertes de récoltes résultant des activités des ravageurs.

Le projet vise à prévoir les invasions de ravageurs, en recourant à une infrastructure de pointe basée dans l’espace, à des données d’observation de la Terre et à des techniques de modélisation de la dernière géneération.

Intitulé Pest Risk Information Service (PRISE), il est dirigé par le Centre for Agriculture and Biosciences international (CABI), basé en Grande-Bretagne et bénéficie d’un financement de £ 6,38 millions (près de 5 milliards de Francs CFA) sur cinq ans de l’Agence spatiale britannique.


Le projet PRISE va atteindre les utilisateurs par le biais des services mobiles, de la radio, du Web et d’autres moyens de vulgarisation.”

Timothy HolmesCABI
--------------------
Timothy Holmes, responsable des solutions techniques de la banque de connaissances Plantwise de CABI, a déclaré à SciDev.Net que le projet PRISE aidera les agriculteurs à produire davantage de denrées alimentaires tout en consolidant leurs revenus.

"Les invasions de ravageurs deviennent de plus en plus imprévisibles, en raison des changements climatiques", a précisé Thomas Holmes, ajoutant que les agriculteurs pourraient recevoir des prévisions à partir des systèmes phytosanitaires existants, en tirant parti des réseaux des programmes et projets actuels pour déclencher des mesures appropriées en matière d’alertes et de conseils.

Le projet est destiné au Ghana, au Kenya, à la Zambie et à trois autres pays à déterminer, probablement en Afrique subsaharienne.

"Le Ghana, le Kenya et la Zambie ont déjà travaillé avec le programme Plantwise de CABI pour lutter contre les ravageurs et les pertes de récoltes. Le projet PRISE atteindra les citoyens par le biais des services mobiles, de la radio, du Web et des services de vulgarisation", explique Thomas Holmes.

"Les partenariats avec les gouvernements et les organisations responsables contribueront à son expansion, ainsi que des liens forts établis avec eux."

Le projet vise à contribuer à la compréhension des mécanismes par lesquels les conditions météorologiques extrêmes peuvent affecter les agriculteurs et à souligner la nécessité d’une préparation qui renforce leur résilience, explique encore l’expert. Misael Kokwe, coordinateur technique du projet Climate-Smart Agriculture de la FAO en Zambie, souligne pour sa part l’opportunité du projet, en raison des récentes invasions inattendues de ravageurs, ajoutant que le programme a officiellement débuté en décembre 2016, mais que les premiers ateliers auront lieu au Ghana, au Kenya et en Zambie en mars 2017.

Le service sera développé et porté par la mise en place de capacités techniques dans les pays et de plans d’activités interrconnectés qui engagent le secteur privé, par exemple les négociants de produits agricoles et les compagnies d’assurance.

Peter Okoth, agronome consultant et spécialiste des sols de la société Newscape Agro Systems Ltd, basée au Kenya, affirme que les pertes de récoltes causées par les insectes nuisibles constituent un véritable problème en Afrique.

"Les ravageurs, outre qu’ils se nourrissent directement des cultures et contribuent ainsi à des pertes quantitatives, créent également des points d’entrée de maladies fongiques et aggravent ainsi le problème", explique Peter Okoth.

Ils sont susceptibles de causer des pertes de récoltes allant jusqu’à 70% et la meilleure stratégie consiste à prendre des mesures avant le début de l’attaque.

Le projet pourrait réussir s’il était relié à des technologies de communication éprouvées susceptibles d’être directement connectées aux petits exploitants agricoles, explique encore Peter Okoth, ajoutant que l’alerte précoce des attaques d’insectes ravageurs doit également être basée sur de bons systèmes d’observation qui surveillent les conditions atmosphériques telles que les précipitations et la température, utilisables dans la modélisation des prédictions.

http://m.scidev.net/afrique-sub-saharienne/cultures/actualites/ravageurs-outil-agriculteurs.html?utm_medium=rss&utm_source=link&utm_campaign=afrique-sub-saharienne/afrique-sub-saharienne_rss.xml

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

26 février 2017 par Dg24h



Ce qu’il faut retenir du sejour de Lehady Soglo en Turquie

26 avril 2017 par Dg24h
Présent à Istanbul en Turquie depuis le dimanche dernier dans le cadre (...)
Lire la suite

La nomination de Marcellin Dato contesté à Boukoumbé

26 avril 2017 par Dg24h
« Il n’est pas question que M. Marcellin Dato revienne dans la commune (...)
Lire la suite

Le préfet Donatien D. Nonhouégnon inhumé ce jeudi

26 avril 2017 par Dg24h
Donatien Djaïkpon Nonhouégnon, précédemment préfet du département des (...)
Lire la suite

Nouvelle approche pour élaborer des remèdes antipaludiques

25 avril 2017 par Dg24h
Julien Chongwang Lecture rapide Des recherches montrent que les (...)
Lire la suite

L’ABP responsabilise ses responsables de bureaux régionaux

25 avril 2017 par Dg24h
Le Directeur général de l’Agence Bénin Presse (ABP), Joseph Vodounon Djodo (...)
Lire la suite

Mettre fin au cycle de la faim chronique en Afrique

25 avril 2017 par Dg24h
Esther Ngumbi Lecture rapide Trois des 4 nations menacées de famine (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires