samedi, 27 mai 2017 •

126 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Projet portant modification de la loi fondamentale

« La révision de la constitution ne devrait pas être la priorité des priorités », selon l’Imam Moutawakil Malick Boukari




Dans une conférence de presse qu’il a animée ce lundi 3 avril 2017,
L’Imam Moutawakil Malick Boukari de la mosquée d’Agori-Plateau, d’Abomey-Calavi s’est prononcé sur la révision de la constitution et a invité la société civile, les hommes politiques, les confessions religieuses, et en particulier le gouvernement à la crainte de Dieu pour le développement du pays. Lors d’une conférence de presse qu’il a animée, ce lundi 3 avril 2017, l’autorité religieuse a souligné que les priorités de l’heure ne devront pas être la révision de la constitution, mais la recherche de solutions à la situation économique précaire dans laquelle sombre le Bénin.
« La révision de la constitution ne devrait pas être la priorité des priorités, car depuis 1990, aucune de nos Institutions n’a réellement travaillé en toute liberté, si ce n’est qu’avec les injonctions du chef de l’Etat en service », a précisé l’Imam d’Agori-Plateau, au cours de sa conférence avant de signaler que les maux dont souffre le pays ne sont pas liés à la constitution, mais à une mauvaise gouvernance ponctuée de décisions unilatérales.
« Un chef d’Etat qui a eu la confiance de son peuple pour arriver au pouvoir devrait, au premier plan, apaiser ce peuple dans sa misère, dans sa souffrance quotidienne », a-t-il suggéré.
L’Imam Moutawakil Malick Boukari s’insurge contre le traitement des ministres à l’ère du « Nouveau départ ». Pour lui, le président Talon n’a pas donné la liberté à ses ministres d’exercer pleinement leurs fonctions. Il a évoqué en exemple, les nominations qui proviennent pour la plupart de la Présidence. « Les ministres du gouvernement deviennent des ministres délégués, car, aucun d’eux n’est libre pour prendre des décisions et les faire appliquer aux bénéfices du peuple », a-t-il affirmé.
Concernant la modification de la loi fondamentale, il précise que le projet n’est pas une mauvaise chose, mais souhaite « qu’elle se fasse dans la paix, la sérénité et le consensus ».
« Les marches et les insultes qui se font entendre autour du projet de modification de la constitution ne règlent pas la situation », remarque Moutawakil Malick Boukari, tout en appelant les acteurs de la Rupture à se pardonner pour revenir à une nouvelle table de négociations dans le respect du contrat social qu’ils ont signé en prélude aux élections présidentielles de mars 2016.
Boniface CAKPO

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

3 avril 2017 par Dg24h



Patrice Talon tient toujours à réviser la constitution

25 mai 2017 par Dg24h
Le projet de révision de la constitution n’est pas rangé aux calendes (...)
Lire la suite

Abraham Zinzindohoué était à Paris lors de la rencontre d’Abomey

24 mai 2017 par La Rédaction
La crise au sein des Houézèhouè semble ne pas avoir livré tout son (...)
Lire la suite

Le groupe parlementaire de Saley aussitôt créé aussitôt dissout

23 mai 2017 par Dg24h
Un nouveau groupe parlementaire a été créé ce mardi 23 mai 2017. Présidé (...)
Lire la suite

Une crise en gestation à la Renaissance du Bénin

19 mai 2017 par Dg24h
Boniface Yèhouétomè, Malèhossou Yacoubou, Elie Mèvo, Justine Nan Mévo (...)
Lire la suite

L’Arch pour réduire la pauvreté et garantir des soins de qualité

17 mai 2017 par La Rédaction
Au cours de l’émission télévisée « Bénin révélé » diffusée sur l’Ortb et (...)
Lire la suite

L’ancien député Malehossou soutient la création du G-59

15 mai 2017 par La Rédaction
L’émission « Cartes sur table » de la Radio Océan Fm a reçu, ce dimanche 14 (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires