mardi, 28 mars 2017 •

114 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Dépréciation du Naïra

La panique se généralise au Bénin




La dépréciation du Naïra qui s’est produite dans le cadre des réformes économiques au Nigeria met en difficultés les commerçants, les opérateurs économiques béninois qui craignent le pire pour leur pays.

Le Bénin demeure malade ou mal en point malgré l’alternance au pouvoir et les premières réformes engagées par le gouvernement du Président Patrice Talon en vue d’assurer un essor économique au pays qui de l’avis des nouveaux dirigeants a été mis à sac par leurs prédécesseurs. Mais contre toute attente, les nouvelles mesures prises par le Nigeria et qui dévaluent le Naïra n’arrangent pas du tout les affaires pour les producteurs, les commerçants, disons la plupart des opérateurs économiques béninois qui paniquent et alertent le gouvernement.
Contrairement à ceux qui pensent ou qui disent que c’est seules la ville de Porto-Novo et autres localités de l’Ouémé et du Plateau, proches de la frontière Nigériane qui ressentent les effets de la dépréciation du Naïra, des cris de détresse, des plaintes et des alertes viennent également des autres départements du Bénin. Plusieurs secteurs sont touchés par ces mesures et producteurs, commerçants et transporteurs béninois interpellent le pouvoir de la rupture dont l’avènement, de leur avis, est porteur de malheur compte tenu de la morosité, des difficultés socioéconomiques qui persistent et qui sont aggravées par la chute du Naïra. De nombreux observateurs et analystes économiques rejettent cette thèse et estiment que le gouvernement du Président Talon n’en n’est pour rien. « Ce n’est pas une affaire de gouvernance » ont-ils souligné avant de déplorer que le Bénin depuis des décennies ce soit contenté de la rente au lieu de privilégier la production. Au lieu de se plaindre ou de « pleurnicher », il urge de l’avis des analystes, qu’on prenne dans l’immédiats, des mesures structurelles pour ajuster les coûts des produits en vue de faire face à cette nouvelle donne économique, au risque de perdre ses nombreux clients du grand voisin, le Nigeria, un grand marché qui donne du souffle, une véritable dynamique à l’économie du Bénin.

Le gouvernement doit aussi, selon d’autres, aller à la rescousse des grandes entreprises béninoises, gros payeurs d’impôt mais actuellement en difficultés. Elles interviennent sur le marché nigérian ou tirent profit de leurs clients qui en majorité, viennent de ce pays. Plus loin, certains ont même proposé que soit mise en place une cellule de veille et d’actions à la Présidence de la République au sujet de ces différentes variations ou fluctuations de la monnaie nigériane et autres facteurs pouvant avoir des impacts négatifs sur l’économie béninoise.

Euloge R. GANDAHO

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

26 septembre 2016 par Dg24h



Préparation d’une nouvelle stratégie du Groupe de la Banque mondiale pour (...)

14 mars 2017 par Dg24h
A travers un atelier organisé ce jour à Cotonou avec le gouvernement (...)
Lire la suite

La BAD primée pour son appui au développement des ports africains

7 mars 2017 par Dg24h
Le 17 février 2017, à Dakar, en marge du 11e sommet de l’Association (...)
Lire la suite

Renégocier les droits de douane pour stimuler les échanges (...)

7 mars 2017 par Dg24h
Les relations entre le Maroc et le reste du continent s’intensifient. (...)
Lire la suite

Coris Bank International lance officiellement ses activités au (...)

27 février 2017 par Dg24h
Idrissa NASSA, PDG du Groupe CORIS et du Ministre d’Etat. Coris Bank (...)
Lire la suite

Le Prélèvement sur contribuable non connu du Fisc démarre le 1er (...)

26 février 2017 par Dg24h
Pour compter du 1er mars 2017 une taxe dénommée Prélèvement sur (...)
Lire la suite

Ouverture prochaine des bureaux de la BAD à Cotonou

25 février 2017 par Dg24h
Le Bénin, la Guinée et le Niger profiteront de manière significative du (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires