jeudi, 23 mars 2017 •

276 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Bénin

L’intégralité du rapport général de la rencontre internationale sur le dialogue interreligieux




Thème central :
« Le vivre ensemble entre adhérents de différentes communautés religieuses au Bénin et en Suisse : Rencontre l’autre dans sa différence –défis, risques et chances »

Rapport général
Du 04 au 05 février 2017, s’est déroulée à la Fondation Espace Afrique à Glo-Djigbé (Bénin) une rencontre internationale sur le thème « Le vivre ensemble entre adhérents de différentes communautés religieuses au Bénin et en Suisse : Rencontre l’autre dans sa différence –défis, risques et chances ». Ladite rencontre a réuni plusieurs centaines participants au nombre desquels on peut retrouver les dignitaires des religions endogènes, les fidèles chrétiens de plusieurs dominations, les musulmans, les Têtes couronnées, les universitaires, les étudiants, une délégation de la conférence Episcopale de la Suisse et celle du Bénin.

I- L’ouverture solennelle
L’ouverture solennelle de la rencontre internationale du dialogue interreligieux de Glo-Djibé a été marquée par cinq allocutions :
- Le mot introductif de la Présidente du comité d’organisation
- L’allocution du Président de la Conférence Episcopale du Bénin
- L allocution du chef de la délégation suisse
- L’allocution du Président Fondateur de la FEA
- L’allocution du représentant du Chef de l’Etat
Prenant la parole, la Présidente du comité d’organisation, l’honorable Claudine PRUDENCIO, a souligné le caractère audacieux de la rencontre pour trois raisons : la délicatesse, l’urgence de son objet à savoir le dialogue interreligieux et enfin la difficulté à établir une méthodologie organique qui sache articuler, de manière harmonieuse, les différentes obédiences religieuses. Elle a formulé le vœu, que des travaux, résulte un nouvel élan pour le vivre ensemble au Bénin, par-delà la diversité des croyances religieuses.
Le Président de la Conférence Episcopale, Mgr Victor AGBANOU a, pour sa part, salué et remercié les organisateurs, à divers niveaux, de la rencontre avant d’affirmer que le dialogue interreligieux est inscrit au cœur des préoccupations de l’Eglise catholique qui y travaille de manière acharnée depuis plusieurs années. Grâce au dialogue, à la culture de la rencontre, il est impossible que les différentes religions du Bénin se combattent entre elles.
Mgr Alain de RAEMY, Evêque auxiliaire du diocèse de Lausanne, Genève et Friboug et chef de la délégation suisse, a exprimé sa joie de pouvoir participer à une telle rencontre d’échange d’expériences en matière de vivre ensemble entre différentes confessions religieuses.
Dans son discours, Mr Samuel DOSSOU, Président Fondateur de la Fondation Espace Afrique, a retracé les origines du projet de la rencontre qui remonte à l’historique visite du Pape Benoît XVI au Bénin en novembre 2011. L’accueil chaleureux réservé au Chef de l’Eglise catholique par les membres des diverses confessions religieuses a édifié le monde en proie à la manifestation parfois violente de l’extrémisme et de l’intolérance religieux. Il était normal de cultiver, d’approfondir cet art de vivre ensemble harmonieux et pacifique entre diverses confessions religieuses et de l’enrichir par l’expérience, d’un pays ami comme la Suisse. C’est d’ailleurs ce qui justifie la participation d’une délégation de la Conférence Episcopale de la Suisse aux présentes assises.
Prenant la parole au nom du Chef de l’Etat, le Président Patrice TALON, Me Joseph DJOGBENOU, Garde des Sceaux, ministre de la justice, de la législation et des droits de l’homme a aussi salué et félicité les organisateurs de la rencontre internationale du dialogue interreligieux du Bénin. Il a ensuite défini le dialogue comme une révélation de soi, un complément apporté par soi pour enrichir l’autre et non un renoncement à soi. Le souhait du Bénin et de son Président est de voir un tel dialogue devenir permanent, car devait-il poursuivre, le monde ne peut subsister sans le dialogue entre les différentes religions ; un dialogue intégral, inclusif qui ne laisse aucune confession religieuse sur le quai. Il a profité de la présence de l’élite des diverses confessions religieuses du Bénin pour donner quelques précisions contextuelles qui se résument en deux points essentiels : l’Etat béninois n’a la vocation ni le pouvoir d’interdire l’expression de la foi religieuse ; toutefois en tant que garant de la sécurité avec l’impérieux devoir d’anticiper, il se doit d’organiser, pour le mieux, le cadre de vie, au bénéfice de l’ensemble, sans faire litière des spécificités. C’est sur ces notes d’actualité qu’il a déclaré ouverte la rencontre internationale du dialogue interreligieux du Bénin. Notons que les différentes allocutions ont été entrecoupées de prestations artistiques : déclamation de poème par Mr Eric Hector sur le dialogue interreligieux mais aussi exécution de danses guèlèdè.
Après la pause-café, les participants ont regagné la salle de la rencontre pour suivre les quatre (4) communications inscrites au programme pour cette première journée.

II – Travaux
a- Communications

La première a été donnée par Mgr Barthélémy ADOUKONOU, secrétaire du Conseil pontifical pour la culture à Rome sur le thème : « Dialogue interreligieux : un enjeu pour un monde en crise ». Le prélat a articulé sa communication en trois points essentiels : le spécifique africain en matière de relation entre la politique et la religion, le spécifique béninois du dialogue interreligieux et enfin la tâche de l’inculturation comme appel du Concile au dialogue et à l’annonce. Du triple mouvement de sa réflexion, il ressort que l’Afrique et plus précisément le Bénin sont appelés aujourd’hui à définir le type de laïcité qu’ils veulent vivre. En puisant dans le fonds sapientiel fondateur, dans le génie culturel qui a toujours fait co-exister pacifiquement les peuples africains, en s’inspirant de la collaboration fructueuse entre le politique et le religieux dans l’histoire des sociétés africaines, l’élite africaine pourra élaborer aujourd’hui une laïcité spécifique qui, en tout état de cause, ne saurait être du laïcisme ou une copie conforme de quelque modèle de laïcité que ce soit. L’Etat ne peut pas se fonder lui-même et doit adopter une approche dialogique avec la culture.
La deuxième communication a eu pour thème « le vivre ensemble du jour au lendemain ? Le fonctionnement du vivre ensemble ne peut pas être imposé ; cela demande du temps » et a été délivrée par Mgr Alain de RAEMY, Evêque auxiliaire du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg. A partir de l’expérience suisse, le Prélat a invité à ne pas vivre dans une logique de confrontation. Le vivre ensemble doit se prémunir de tout réflexe identitaire défensif et doit être envisagé en termes de « prendre part, prendre partie et non prendre parti ». En matière de dialogue interreligieux, on devrait composer et non imposer et entretenir un dialogue vrai, précis et compréhensible pour l’autre.
La troisième communication a pris fait et cause pour le thème « Dynamique interculturelle et cohabitation des religions » et a été assurée par le Professeur Honorat AGUESSY, sociologue, directeur de l’Institut de développement et d’Etudes endogènes (IDEE). Le conférencier s’est longuement appesanti sur la définition du mot « culture » à partir de plusieurs auteurs. Mentionnons celle de Claude Lévi STRAUSS : « la culture est l’esprit de la civilisation qui est, elle-même, l’expression d’une façon de sentir, de concevoir et d’agir. C’est un langage commun qui approche et unit les hommes, une prise de conscience et une expression de la complexité du réel. Il est un style, une manière d’éclairer les choses et les événements. Il n’y a pas de civilisation sans culture, car l’effort culturel est, lui-même, la principale valeur de civilisations. » Le professeur Honorat AGUESSY a déduit, de cette exploration, que la culture est l’Englobant des englobants, la référence structurelle et pragmatique qui peut donner sens à tout ce qui suit sur le plan humain. Le principe de tolérance allié à celui de la paix a permis une dynamique interculturelle positive qui a toujours favorisé le vivre ensemble entre les différentes religions du Bénin.
La quatrième et dernière communication de la première journée a été animée par Mr Erwin TANNER-TIZIANI, secrétaire général de la CES, avec pour thème « Le cadre juridique et politique d’un vivre ensemble ordonné et fécond des différentes communautés religieuses en Suisse. » Il a articulé ses propos basés sur les dispositions juridiques de la Confédération helvétique en deux points essentiels : l’Etat et la religion d’une part, et l’Etat et les communautés religieuses, d’autre part. De son développement, il ressort que l’Etat s’émancipe volontairement de toute question de transcendance sans exclure complètement le religieux. Son rôle est de garantir à tous les citoyens la liberté de professer individuellement ou en communauté la foi de leur choix. En cas de menace pour la sécurité sociale, l’Etat peut limiter les libertés religieuses.
La cinquième communication a été celle du professeur Jérôme ALLADAYE, historien à l’Université d’Abomey-Calavi sur le thème « Le modèle béninois de dialogue interreligieux à l’épreuve des extrémismes. » Dans son analyse, le conférencier a fait remarquer qu’il est plus pertinent de parler de « modèle béninois de co-existence pacifique des religions » que de « modèle béninois du dialogue interreligieux ». Depuis plusieurs années, des structures et cadres sont mis sur pied pour gérer au mieux et cultiver la co-existence pacifique entre les religions. Toutefois, note le communicateur, certaines forme d’extrémisme et d’intolérance menacent le vivre ensemble des religions du Bénin à deux niveaux : celui de la parole à travers les prêches enflammées contre d’autres confessions religieuses et celui des actes comme la purification de la ville par certains groupes chrétiens après les célébrations du 10 janvier consacré aux religions endogènes, les affrontements entre les adeptes du culte oro et les musulmans dans le Plateau, ceux des populations d’Abomey avec les fidèles de Gbanamè. Il a conclu ses propos en faisant des propositions concrètes pour la préservation du vivre ensemble : il s’agit du respect du principe de laïcité au niveau de l’Etat qui doit se situer à égale distance de toutes les religions. Quant aux religions elles-mêmes, elles doivent favoriser un dialogue réel, général, pratique et étendu à tous leurs fidèles.
La sixième communication « Vivre ensemble, le point de vue d’un sociologue » a été développée par le professeur BAECHLER, professeur de sociologie historique à la Sorbonne, membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Le conférencier a traité le phénomène du vivre ensemble au niveau de l’espèce humaine, une espèce éminemment grégaire, à partir des principes sociologiques de la solidarité, de la sociabilité et de la socialité. Le défi aujourd’hui est de trouver le juste ciment ou morphologie pour préserver le vivre ensemble et gérer les conflits. L’adoption et l’entrée de plain-pied dans la mondialisation, la fédération planétaire basée sur la subsidiarité immédiate, l’autonomie des individus, sont des pistes de réflexion à explorer.
La septième communication a été livrée par le professeur Dodji AMOUZOUVI, socio-anthropologue à l’Université d’Abomey-Calavi sur le thème « Respect et écoute réciproques dans la cohabitation interreligieuse ». En partant du caractère pluraliste de la société béninoise actuelle, le conférencier a développé le respect et l’écoute réciproques comme les jalons d’un contrat religieux qui préserve de manière durable le vivre ensemble et conjure définitivement les menaces d’extrémismes et d’intolérance religieux. L’écoute, base de toute communication, est un signe de respect et d’estime pour les autres ; elle créée la confiance réciproque. De toute évidence, il faut bannir toute vision impérialiste ou tout complexe de supériorité pour entrer dans l’esprit du vivre ensemble. Le rejet de l’autre ne saurait être d’essence divine.
La dernière communication a porté sur « le christianisme face à l’islam dans la catéchèse et a été animée par le Père Stephan LEIMGRUBER, prêtre du diocèse de Bâle. Après avoir présenté sommairement l’organisation de la catéchèse en Suisse, le conférencier a insisté sur les initiatives concrètes introduites dans la catéchèse pour aider le catéchumène à aller au-delà des préjugés reçus afin de rencontrer le frère musulman. Il a énuméré les préjugés des chrétiens sur l’islam et ceux des musulmans sur le christianisme. Il faut une découverte mutuelle à travers la lecture des livres saints (Coran et Bible), une mise en relief des différences mais aussi des parallèles sur plusieurs sujets communs tels que la prière, l’histoire sainte… En cela, l’initiative d’une maison des religions pourrait être une source d’inspiration pour nous au Bénin.
Il est à noter que les diverses communications ont été suivies de débats très enrichissants faits de questions, de suggestions mais aussi de témoignages concrets.
b- Panels

III-Exhortations

Mot de clôture
Mot de remerciement aux organisateurs ; la beauté de l’événement pour le monde.
La plateforme commune, c’est l’homme dans ses relations avec Dieu.
Au Bénin, le dialogue a toujours existé. Merci à tous et bon retour dans vos familles respectives

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

5 février 2017 par Dg24h



Plus d’allocations familiales aux ACE

23 mars 2017 par La Rédaction
Les Agents Contractuels de l’Etat (ACE) n’ont plus droit aux allocations (...)
Lire la suite

L’Unamab et autres front de lutte dans l’illégalité

23 mars 2017 par Dg24h
Plusieurs organisations syndicales annoncent des mouvements de (...)
Lire la suite

Ce que le peuple attend du Président Patrice Talon

23 mars 2017 par Dg24h
Le Président de la République adressera un message à la Nation ce soir (...)
Lire la suite

La « Déclaration de Cotonou » fait des recommandations pour le (...)

22 mars 2017 par Dg24h
Les travaux de la 5ème Assemblée générale du Réseau des compétences (...)
Lire la suite

Les périodes de stage d’essai sont désormais rémunérées

22 mars 2017 par Dg24h
Ce mardi 21 avril 2017, les députés de la 7ème législature ont adopté la (...)
Lire la suite

« Il ne serait pas bien qu’on fasse le travail à moitié et l’arrêter du (...)

22 mars 2017 par La Rédaction
Ce lundi 20 mars 2017, l’équipe conduite par le préfet Modeste Toboula et (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires