mardi, 6 décembre 2016 •

visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Protection de l’environnement

Journée internationale contre les essais nucléaires 29 août




Le 29 août de chaque année, la communauté internationale célèbre la Journée internationale contre les essais nucléaires. Depuis que les essais d’armes nucléaires ont débuté au milieu du vingtième siècle, le premier datant du 16 juillet 1945, près de 2 000 ont été effectués. Si les effets dévastateurs de ces essais sur la vie humaine n’ont guère été pris en considération, on s’est encore moins préoccupé des retombées radioactives de ceux conduits dans l’atmosphère.

Au départ, détenir des armes nucléaires était un témoignage de puissance scientifique ou militaire. Avec le recul et l’expérience, il est apparu que les essais nucléaires peuvent avoir des conséquences redoutables et tragiques, surtout en cas de défaillances dans les conditions de réalisation, d’autant que les armes nucléaires actuelles sont beaucoup plus puissantes et destructrices. Les incidents survenus ultérieurement partout dans le monde justifient sans réserve la proclamation d’une Journée internationale contre les essais nucléaires. Cet événement est l’occasion de manifestations, activités et messages pédagogiques destinés à capter l’attention du monde et de montrer combien il est indispensable d’unir les efforts pour empêcher la poursuite de ces essais.

L’instrument international visant à mettre un terme à toutes les formes d’essais nucléaires est le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE), qui n’est toutefois pas encore entré en vigueur.

Le 2 décembre 2009, à sa soixante-quatrième session, l’Assemblée générale a proclamé le 29 août Journée internationale contre les essais nucléaires en adoptant à l’unanimité la résolution 64/35. Cette résolution appelle à éduquer le public et à le sensibiliser « aux effets des explosions expérimentales d’armes nucléaires et autres explosions nucléaires et à la nécessité d’y mettre fin, en tant que moyen parmi d’autres de parvenir à l’objectif d’un monde sans armes nucléaires ». Cette résolution a été initiée par la République du Kazakhstan, à laquelle se sont joints un grand nombre d’auteurs et de co-auteurs, afin de commémorer la fermeture du polygone d’essais nucléaires de Semipalatinsk, le 29 août 1991. La Journée internationale vise à mobiliser l’Organisation des Nations Unies, les Etats Membres, les organisations intergouvernementales et non gouvernementales, les milieux universitaires, les réseaux de jeunes et les médias aux fins de l’information et de l’éducation du public et de sa sensibilisation à la nécessité d’interdire les essais d’armes nucléaires en tant que pas majeur vers l’édification d’un monde plus sûr.

Une prise de conscience progressive
La prise de conscience des dégats occasionnés pendant ces campagnes d’essais a été lente à venir mais, peu à peu, de plus en plus de pays ont décidé de renoncer aux essais nucléaires. On se souvient qu’en France cela avait fait partie des premières décisions prises par le Président Chirac en 1995.

Un traité sur l’interdiction totale des essais nucléaires a été ouvert à la signature en 1996... mais jamais mis en application faute, justement, de signataires en nombre suffisant  !

L’année 2010 a marqué la célébration inaugurale de la Journée internationale contre les essais nucléaires. Chaque année depuis lors, la Journée est observée grâce à des activités menées en coordination dans le monde entier, notamment des colloques, des conférences, des expositions, des compétitions, des publications, des conférences données dans des institutions universitaires, des programmes diffusés dans les médias, etc. Plusieurs manifestations ont également été organisées au Siège de l’ONU. Des activités du même type sont prévues pour la Journée 2015.

Depuis la proclamation de la Journée, nombre d’avancées bilatérales et multilatérales au niveau des gouvernements ainsi que de vastes mouvements de la société civile et les efforts faits par le Secrétaire général lui-même ont contribué à faire progresser la cause de l’interdiction des essais nucléaires.

Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a déclaré qu’« un monde sans armes nucléaires serait un bien public mondial de premier ordre ». En mai 2010, considérant comme « vitale » une interdiction des armes nucléaires, tous les États Parties au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires se sont engagés à oeuvrer en faveur « de la paix et de la sécurité d’un monde sans armes nucléaires ».

Sources:un.org

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

29 août 2016 par Hubert Marcel



Ce que les Béninois gardent de Kamarou Fassassi

6 décembre 2016 par Hubert Marcel
Disparu dimanche dernier, comme tout homme , l’ancien ministre et (...)
Lire la suite

Le sort réservé aux invendus de journaux

5 décembre 2016 par Dg24h
Au Bénin, la presse écrite est confrontée depuis quelques années à la (...)
Lire la suite

Phase d’essai dans les usines d’égrenage à Kandi et Banikoara

5 décembre 2016 par Dg24h
L’égrenage de coton graine dans les usines de Kandi et de Banikoara (...)
Lire la suite

Brice HONDI annonce une soirée inédite pour le 16 décembre

5 décembre 2016 par Dg24h
Le PDG du groupe ADECO et président du conseil d’administration de l’ (...)
Lire la suite

Le ministre Kamarou Fassassi vient de nous quitter

4 décembre 2016 par Dg24h
Kamarou Fassassi ex député à l’Assemblée Nationale, et ex ministre des (...)
Lire la suite

"Sourire Sans Souffrir" donne le sourire à Bopa

4 décembre 2016 par Hubert Marcel
L’Association franco-béninoise dénommée ‘’Sourire Sans Souffrir -3S ’’ a (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires