vendredi, 9 décembre 2016 •

150 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Jeux Olympique Rio 2016 : Entretien avec Julien Minavoa




« C’est la toute première fois depuis 1972,… que nous avons pu bouger avec ce nombre »

Dans moins d’un mois, les Jeux Olympiques de Rio 2016 vont démarrer. Et après les observations des différentes fédérations internationales de sports, le Bénin est compté parmi les pays qui prendront part à ce rendez-vous international. Et au total, 6 athlètes dont 3 qualifiés sont retenus pour défendre les couleurs nationales. A cet effet, la rédaction sportive de votre journal sest rapprochée du président du Comité National Olympique et Sportif du Bénin, Julien Minavoa pour éclairer la lanterne des uns et des autres sur la qualification du Bénin au J.O. Julien Minavoa est revenu sur les dispositions qui sont prise pour l’organisation du voyage des athlètes béninois et de leur chance à la compétition.

Quelle est la situation actuelle du Bénin ?
Comme tous les Comités Olympiques du monde entier, le Comité National Olympique et Sportif du Bénin conduira les athlètes béninois qualifiés aux jeux olympiques de JO 2016. Le Bénin compte 03 athlètes qualifiés mais sera aux jeux olympiques avec 06 athlètes. Cela nécessite peut être que lon s’explique pour vos lecteurs. Ceux qui sont qualifiés, cest ceux qui ont pu réaliser les performances exigées par leurs fédérations internationales respectives. Dans ce lot, nous comptons en premier lieu, la célèbre béninoise Noéllie Yarigo, qui a pu réaliser les performances minimales exigées par la fédération internationale dathlétisme depuis Juin 2015. Disons au passage qu’à ce niveau, la période au cours de laquelle il fallait réaliser la performance se situe entre Mai 2015 et Juillet 2016, ce qui veut dire que jusquà ce soir, si une athlète réalise cette performance dans sa discipline, dans le cas de Yarigo, il sagit des 800M ; cest pareil pour les autres disciplines, cest que elle pourrait sajouter à Noéllie. Mais selon les projections, ce n’est plus possible, on ne peut plus avoir d’athlètes qualifiés en athlétisme pour le Bénin. Athlète de l’athlétisme. Comme deuxième athlète qualifié, il s’agit de Yèmi Apithy qui est de lautre sport qui nyest pas très bien connu des béninois. Il sagit de l’escrime. Ce sport où les athlètes utilisent un instrument comme un genre dépée qui n’est pas trop développé dans notre pays et qui est un sport tout jeune sur notre territoire. Mais, du fait du dynamisme du président de cette fédération, il a su aller dénicher la perle rare en Europe qui représentera notre pays à ces jeux. C’est bel et bien un Apithy donc c’est un béninois. Troisième sport où nous avons un qualifié, cest en Judo. Et là, c’est lun de nos Judokas dont personne ne parlait, mais qui du coup, a été déclaré qualifier par sa fédération internationale aux vues des données internationales propres à leur discipline. Il a pour nom Sitius Dossou Yovo. En dehors de ces 03, il y a des athlètes qui vont s’ajouter à ceux-là dans le cadre de ce qu’on appelle l’universalité des Jeux Olympiques et dans ce cadre, nous citerons, Kiki Didier en athlétisme, Bessan Jules en natation et Laraiba souahibou en natation également. Vous constaterez donc qu’en athlétisme, il y a un garçon et une fille et en natation également un garçon et une fille. C’est ça les sports dits d’universalité. Dans les autres sports, il faut se battre pour avoir la qualification. Ce qui fait donc que nous nous déplacerons avec 06 athlètes.

A quand le départ de la délégation ?
Le départ est prévu pour le 23 Juillet malheureusement à partir de Lomé parce que nous nous sommes pris un peu tardivement pour pouvoir prendre les billets. Il fallait sur la base de ce que je viens de vous dire, se fixer sur les athlètes que lon peut amener afin de constituer la délégation. Sans avoir arrêté l’effectif des athlètes, il était difficile de se lancer dans lachat des billets et maintenant les billets coûtent excessivement chers et non seulement les billets coutent excessivement chers, mais les places se font rares. C’est ce qui explique le fait que la délégation partira le 23 Juillet à partir de Lomé.

Quelles sont les dispositions prises dans le cadre du voyage de ces athlètes ?
La plupart des athlètes sinon le grand maximum à une exception près se sont retrouvés dans des centres de préparation. Certains depuis 03 ans, dautres depuis 02 ans. Donc, nos athlètes béninois qui vont y aller, ne sont pas sans préparation. Maintenant, par rapport à dispositions logistiques ou matérielles, cela se prend au niveau du Comité National Olympique. Et disons qu’à 2 jours près, on pourra réunir tous les athlètes et remettre à chacun son paquetage surtout en ce qui concerne ce qu’il faut pour quand même représenter de manière décente notre pays au cours des deux grandes cérémonies à savoir la cérémonie dite de bienvenue, occasion à laquelle le drapeau national de chaque pays est hissé pour annoncer que ce pays participe officiellement aux compétitions. La deuxième grande cérémonie est celle que tout le monde connait et qui est la cérémonie d’ouverture. Pour chacune de ces deux grandes cérémonies, il faut prendre des dispositions pour que notre délégation soit quand même exemplaire. Quant au déplacement, tous les athlètes vont partir de Cotonou par bus le 23 juillet. Vous savez que le comité olympique dispose de son bus donc ils vont partir de Cotonou très tôt pour Lomé où leur vol est prévu pour 16h. Ils seront donc à Rio le même 23 Juillet puisque le décalage horaire y contribue.

Le Bénin sera représenté par 6 athlètes, apparemment c’est la première fois que le Bénin a autant de représentants aux J.O ?
C’est la toute première fois depuis 1972 que notre pays a commencé par prendre part aux jeux olympiques, que nous avons pu bouger avec ce nombre-là. Cet effectif, avec 3 athlètes qualifiés. Il y a eu des années par exemple en 1980 où il y avait plus d’une dizaine dathlètes. Mais à cette époque-là, il navait pas trop dexigences pour les participations. On ne participait pas nécessairement après sêtre qualifié, mais selon la capacité de chaque pays. Maintenant, ce n’est pas cela, puisque le Comité International Olympique a le souci de limiter ce quon appelle le gigantisme des jeux. On ne pourra pas compter plus de 15 mille athlètes à ces jeux.

Qu’en est-il des athlètes qui étaient annoncés pour les invitations ?
Vous avez parfaitement raison, c’est la preuve que vous suivez de très près l’actualité sportive et que vous suivez l’évolution des athlètes de votre pays, ce qui est bon dailleurs. Mais malheureusement si ces athlètes dont on avait parlé ne font partie de l’expédition, vous comprenez aisément que non seulement ils nont pas pu réaliser les performances exigées, mais également les performances qu’ils ont atteint ne permettent pas de les mettre dans le système d’invitation. Parce que quand vous parlez de système d’invitation, il s’agit du système intermédiaire ou lorsque vous n’êtes pas dans les produits d’universalité, cest-à-dire les sports de la natation et de l’athlétisme dans tous les autres sports, il y a ce quon appelle les invitation pour des athlètes qui ont réaliser une certaine performance, mais qui nont pas pu atteindre la performance exigée. Ceux-là, on les classifie pour pouvoir les combler le nombre. Si par exemple je viens de vous dire que le Comité International Olympique lutte contre le gigantisme des jeux olympiques. Et si par exemple vous avez pris le cas de laviron, alors que là, cest disons 500 athlètes qui peuvent être présents aux jeux olympiques et qu’avec les qualifications on en a compte que 490. Alors, il y a des calculs et des méthodes selon lesquelles la fédération internationales peut combler le gap de 10 athlètes. Et cest cette méthode qu’on appelle l’invitation. Donc, si on doit inviter dix athlètes pour combler le gap, vous comprenez que ça doit être les 10 qui sont en pole position dans le classement. Si nos athlètes ne sont pas dans cette situation, ça s’explique aisément qu’ils ne soient pas parmi les invités.

Alors président, quelle est la chance des athlètes béninois au J.O ?
Vous savez nous sommes dans l’olympisme et il faut dire la vérité et rien que la vérité. Les Jeux Olympiques, ce n’est pas comme le football ou la chance peut aider. Non, ici il n’est question de sattendre à une chance quelconque. Les performances parlent delle-même. Je viens de vous dire que même nos athlètes qualifiés, les six que nous amenons au jeux il y en a qui ont atteint les minima. Et j’ai coutume de les schématisé comme ceci : Vous êtes à Cotonou et vous devez rendre à Bohicon on fixe comme principe que c’est seulement ceux qui ont pu atteindre disons léchangeur de Godomey qui peuvent dans un temps donné, être accepte pour prendre part la compétition. Alors si vous vous battez et que vous arrivez vers l’échangeur de Godomey dans les le temps exigé, on dit que vous avez réalisé les minima. Pendant que vous vous êtes là, à vous battre pendant des années pour n’atteindre que la limite de l’échangeur de Godomey, il y en a qui ont déjà atteint Bohicon. Et c’est avec ceux-là que vous vous irez concourir aux Jeux Olympiques. Alors ceci dit, je crois que c’est suffisamment clair, vous savez que celui qui se retrouve au niveau de l’échangeur de Godomey pendant que ses autres adversaires sont déjà à Bohicon ou tout au moins à Allada ne peut pas aller concourir et espérer ravir des médailles ou des trophées. Voilà donc, ce à quoi doivent s’attendre nos compatriotes. Ne parlons plus de ceux qui y vont dans le cadre de l’universalité, ils sont moins performant que ceux qui y au moins ont pu réaliser des minima. Alors, l’autre chose qu’il faut savoir, c’est qu’on ne peut dans aucun pays, aucun CNO n’a le droit au regard de ce que je viens de dire, sachant que rien n’est promis, dire que ce n’est pas la peine que nous y allons. Non, vous n’avez pas le droit. C’est une exigence pour tout sportif et pour tout pays qui tient à pratiquer les différentes disciplines sportives aux jeux olympiques. Si vous n’êtes pas présents aux jeux olympiques à une édition, tous les sports vous échappent. Cest-à-dire que vous courez le risque d’être sanctionner. Imaginez que pour le football, quand vous êtes sanctionné voyez tout ce qu’il y a comme émoi dans le pays. Si un pays ne va pas aux jeux olympiques, c’est tous les disciplines sportives qui sont pénalisées pendant quatre bonnes années. On ne peut donc pas dire que ce n’est pas parce qu’on ne peut pas prendre des médailles qu’on ne peut pas y aller.

Pour clore cet entretien, que peut faire le Bénin pour améliorer sa situation à l’avenir ?
Ce que le Bénin pourra faire à l’avenir pour améliorer son score c’est poser des actes maintenant pour récolter dans le futur. Il faut que nous apprenions à préparer des échéances à longs terme. J’ai espoir que l’actuel gouvernement a compris.

Propos recueillis par Pérez LEKOTAN

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

15 juillet 2016 par Hubert Marcel



Les vice-champions accueillis en héros par Homeky et les (...)

8 décembre 2016 par Dg24h
Les Écureuils boulistes, vice-champion du monde, dimanche 4 décembre (...)
Lire la suite

Le Bénin décroche cinq médailles

4 décembre 2016 par Dg24h
La délégation béninoise qui était au Maroc dans le cadre du 11ème (...)
Lire la suite

Le Bénin défie la France en ½ finale ce matin

4 décembre 2016 par Dg24h
Les Écureuils boulistes défient la France ce matin à 8h2mns dans le cadre (...)
Lire la suite

Le Béninois Jehudiel Kiki en finale

3 décembre 2016 par Dg24h
L’athlète béninois Jehudiel Kiki vient de se qualifier pour la finale de (...)
Lire la suite

La délégation Béninoise déjà à Casablanca

2 décembre 2016 par Dg24h
Les athlètes béninois ont déjà rallié Casablanca la capitale marocaine pour (...)
Lire la suite

La composition des Écureuils face au Burkina Faso à 15h00, heure de (...)

1er décembre 2016 par Dg24h
Les Écureuils du Bénin effectuent leur dernière sortie cet après-midi (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires