jeudi, 18 août 2022 •

275 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Haïti ou le péché du monde




(Par Roger Gbégnonvi)

​Chaque fois qu’Haïti se rappelle au bon souvenir du monde, c’est au travers de ses malheurs répétitifs et de ses mystères douloureux, dont l’énorme raté de Jean-Bertrand Aristide. Du prêtre catholique devenu Président de la République, le peuple attendait un début d’eau fraîche sur un horizon moins sombre. Or, à l’instar de ses prédécesseurs, il a sombré dans les affres du Vaudou, moteur de la peur et de la violence répandus à profusion par la milice des Toton-Macoute pour maintenir le peuple au plus bas de la fosse.
​Mais en amont du Vaudou maléfique et des Tonton-Macoute malfaisants, il y a la terre, cette terre d’Haïti sur laquelle – les géologues en conviennent – on ne laisserait pas vivre ses chiens qu’on aime, parce que c’est une terre à la structure tectonique fragile, promise à des dislocations périodiques imitant le chaos d’avant la création du monde. Sur cette terre, on a pourtant déporté et abandonné des êtres humains que, sur leur itinéraire connu, personne n’a jamais aimés. La haine à eux vouée s’illustra d’abord à Abomey où on les lacéra et ligota avant de les pousser, lanière au poing, jusqu’à Ouidah où ils furent vendus aux enchères, marqués et numérotés, ligotés derechef et emmenés dans les cales des navires de leurs acheteurs. Désespérance. Certains se suicidèrent. D’autres, jugés trop affaiblis ou avariés, furent jetés à la mer. « Et je me dis Bordeaux et Nantes et Liverpool et New-York et San-Francisco… Qui peut se vanter d’avoir mieux que moi ? Virginie. Tennessee. Géorgie. Alabama. Putréfactions monstrueuses de révoltes inopérantes… » (Aimé Césaire).
​Or la révolte d’Haïti ne fut pas inopérante. Vendu et revendu, battu et pendu, au bout de mille et un jours encrassés d’injures et de tortures, le peuple abandonné sur la terre inhospitalière d’Haïti se souleva, proclama sa foi en son humanité et arracha la liberté. Mal lui en prit. On lui fit payer cher l’arrachement de la liberté. Non pas, cette-fois-ci, en tortures et souillures, mais en matières dûment sonnantes et trébuchantes, qui avaient déjà servi à côté d’autres objets quand on le vendait, l’achetait et le revendait. L’on exigea donc, en 1825, 150 millions de franc-or pour reconnaître la République d’Haïti en tant qu’Etat. Haïti paya cette dette jusqu’en 1938. Plus d’un siècle pour honorer une dette qui n’avait rien de modique ni de symbolique. Des économistes avertis disent qu’Haïti ne s’en est jamais relevé. Pas plus que ne s’en sont relevés les pays africains à qui l’on donna l’indépendance en 1960. La dette à eux imposée fut exprimée en « accords secrets » qui les dépouillèrent de tout, et d’abord de leur économie et de leur liberté, pour ne leur laisser que l’indépendance.
​Mais revenons à Haïti écrasé par et sous le péché du monde, péché d’argent ‘‘gagné’’ avec rage d’Abomey à Alabama en passant par Ouidah et Bordeaux. Et que l’on ne s’y méprenne pas. Que l’on ne charge point X et Y singuliers de ce péché du monde. C’est l’homme qu’il en faut charger. Lorsqu’il peint l’homme dans ses aphorismes, Paul Valéry ne peut s’empêcher de constater : « Il ne sait guère que prendre, tuer ou détruire, et fuir. » Il ne fuit pas toujours, sûr de soi, il nargue tout le monde et son père. Lorsqu’il écrit la préface pour le Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire, André Breton ne peut s’empêcher de stigmatiser « l’abjection suprême qui s’appelle le pouvoir de l’argent ». Lorsqu’il flaire le danger pour l’homme de prendre le moyen pour la fin, Jésus ne peut s’empêcher de le prier de ne pas faire de l’argent son maître. Hélas pour Jésus, rien de plus fascinant que l’argent.
Et d’Abomey à Alabama en passant par Ouidah et Bordeaux, l’homme sombre dans l’appât de l’argent. De son cœur protocolaire, il pourfend les malheurs d’Haïti. De son cœur appâté, il attise les malheurs de tous les Haïti du monde. Et certains subodorent « l’abjecte pouvoir de l’argent » derrière le Covid-19. La maladie imposée à l’achat ? Ô Seigneur !

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

28 août 2021 par Judicaël ZOHOUN




Abroger les « accords secrets » France-Afrique


13 août 2022 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) Lesdits accords sont secrets et le restent (...)
Lire la suite

LE DIABLE EST DANS LES DETAILS DU MEWIHOUENDO...


11 août 2022 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays (...)
Lire la suite

GANIOU VEUT-IL LES VENDRE ?


9 août 2022 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou (...)
Lire la suite

Bruno Amoussou : le renard et les loups


18 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
Il fut pendant plus d’un demi-siècle, un des mâles dominants, de la (...)
Lire la suite

Sankara et la prévention du terrorisme


16 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Dans Le Monde Afrique du 7 juillet 2022, une (...)
Lire la suite

Djogbénou II, le retour


14 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
Sa démission aura fait l’effet d’une bombe, sur les réseaux sociaux. (...)
Lire la suite

Le Bénin un pays à produire des Chefs d’Etat pour la Centrafrique : (...)


30 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
Excepté l’Empereur Bokassa, le Bénin a joué un rôle déterminant dans (...)
Lire la suite

ADRIEN FAIT SA REMONTADA EN ROBE NOIRE !


28 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays (...)
Lire la suite

Talon, Mélenchon et les ‘’Gilets jaunes’’


23 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
Au lendemain d’une législative, dont les résultats sont jugés (...)
Lire la suite

MON NEVEU YANKOTY, HALTE A LA CONCURRENCE !


16 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige (...)
Lire la suite

L’ombre de Tévoèdjrè


9 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
Mini conférence de forces vives de la nation, mercredi au Palais de la (...)
Lire la suite

Bénin-Russie : le jubilé malgré la crise


3 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
Le Royaume-Uni célèbre, le ‘’jubilé de platine’’ de sa Reine. Le Bénin et (...)
Lire la suite

Oncle AGBAYA ! REPENTEZ-VOUS, ET CROYEZ EN DAAGBO !


24 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de pagailleurs (...)
Lire la suite

Quand l’argent n’appelle que l’argent


21 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Chanté et dansé avec frénésie, « L’argent appelle (...)
Lire la suite

Amazone, Minon et Agoodjié, la palabre stérile


19 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
Elle aura fait une entrée de guerrière, notre ‘’dame de l’Esplanade’’ ! A (...)
Lire la suite

LE PARTI ARC-EN-CIEL DÉPLOIE SES COULEURS PARTOUT OÙ C’EST (...)


6 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
La factualité de son appartenance à la mouvance présidentielle étant (...)
Lire la suite

"SI TU RESTES A COTONOU, NOUS AUSSI ON RESTE A COTONOU !"


5 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de pagailleurs (...)
Lire la suite

Pour que nos forêts nous aident à surmonter des crises multiples


4 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
M. Qu Dongyu, Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires