vendredi, 24 février 2017 •

82 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Jeu de pétards et autres gadgets dangereux

Faut-il tolérer ou réprimer l’usage des feux d’artifices et pétards à l’approche des fêtes ?

Par René Adéniyi




( La police et le ministère de l’intérieur à l’épreuve )

Les moments d’approche des fêtes de fin d’année au Bénin sont des périodes agitées où tout le monde bouge sur les voies, dans les marchés ou les points de vente de produits divers pour espérer fêter comme il se doit. Mais c’est sans compter avec les accrocs des pétards feux d’artifices et autres gadgets dangereux constitués d’enfants et d’adultes qui, malgré l’interdiction, dans l’intention de s’égayer s’expose au danger qui peut gâcher ces bons moments.

Depuis la fin du moi d’octobre, il est fréquent d’entendre dans nos rues, maisons et quartiers des bruits de pétards et des feux d’artifices, les fléchettes, les revolvers pour jouer, chargés de poudre ou de balles factices, etc... Chaque année à ces moments d’approche des fêtes de fin d’année, c’est le même spectacle désolant mais parfois dangereux puisque non seulement ces objets sont dangereux pour la santé de ses utilisateurs, mais aussi la cause de crise cardiaque, de frayeur indescriptible, de tensions chez de nombreuses personnes sensibles. Bien qu’étant interdit l’usage de ces objets n’a nullement cessé. La police et le ministère se retrouvent du coup face à une situation bien compliquée. Faut-il réprimer avec la dernière la rigueur ? Les autorités bien que prévoyantes ne font qu’avertir sans véritablement arrêter cette catégorie de hors-la-loi pour trouble à l’ordre public ou usage d’objets dangereux et interdits. Mais face aux dégats n’est-il pas temps de commencer à sanctionner les utilisateurs tout comme les vendeurs de ces gadgets interdits, pour décourager leurs usages ?
Dimanche dernier, nous avons surpris dans un quartier à Akpakpa, un père de famille qui s’est encore tristement illustré en jetant à intervalles réguliers dans la rue, des pétards qu’il allumait avec un petit briquet. Le comble dans cette affaire est qu’il souriait en tout temps en voyant les passants surpris par le bruit sursauter ou détaler comme des lièvres. Incroyable mais vrai donc. Il ne mesurait nullement le danger grave voire mortel que peut causer ces objets qu’il jetait parfois tout près des passants. Faut-il tolérer ces actes de délinquance au nom de la réjouissance populaire ? .

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

13 décembre 2016 par La Rédaction



Affrontement entre peulhs et les populations de Zangnando a fait un (...)

22 février 2017 par La Rédaction
Un pêcheur originaire Loko-Alankpé a perdu la vie lundi, lors des (...)
Lire la suite

Les appréciations de Me Jacques Migan sur le dossier

22 février 2017 par Dg24h
Me Jacques Migan, Conseiller technique du Général Mathieu Kérékou lors de (...)
Lire la suite

Quinze (15) tonnes de coton brûlées à Kandi

22 février 2017 par La Rédaction
La commune de Kandi a encore enregistré un cas d’incendie le 17 février (...)
Lire la suite

Quand le Nigeria Refuse les Véhicules Venant du Bénin et Accepte le Gari (...)

21 février 2017 par Dg24h
Au Nigeria, l’absurdité n’a pas de limite et ne tue pas ; celle du jour (...)
Lire la suite

« La conférence de presse empêchée par les policiers aura lieu » Prince (...)

21 février 2017 par Dg24h
Prince Boris Aké, le président de l’Union nationale et scolaire des (...)
Lire la suite

Les travaux sont exécutés à plus de 80% dans l’Ouémé

21 février 2017 par Dg24h
L’opération de libération des espaces publics en cours dans des grandes (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires