lundi, 16 mai 2022 •

389 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Enfance africaine et stagnation africaine




(Par Roger Gbégnonvi)

​Selon le poète William Wordsworth, « L’enfant est le père de l’homme ». Enfant au sens latin de ‘‘infans’’, « le tout enfant qui ne parle pas encore ». Et si l’on oublie les influences de l’extérieur sur le fœtus, ce ‘‘tout enfant’’ serait le terrain de naissance de tout le caractère de la personne à venir. C’est donc environ durant les six premiers mois de sa vie hors du sein maternel que s’impriment sur l’ADN de l’enfant les traits majeurs de l’adulte.
​Or le médecin béninois, fort d’autres spécialités dont celle de la psychologie, feu Paul Tobossi, disait en substance à ceux qui aimaient à l’écouter : « Comment voulez-vous que l’Africain se développe, s’épanouisse, soit inventif, conquérant ? Le Bébé qu’il fut était, la journée longue, accroché à sa mère dont il n’a vu tout le temps que le dos, son seul univers à l’orée de la vie, au moment précis où doivent s’ouvrir toutes les fenêtres de son cerveau pour laisser entrer les aurores de tout l’univers. Passé ce moment déterminant de grande réceptivité, les fenêtres non sollicitées du cerveau s’ouvriront difficilement plus tard et trop tard, pour celles qui s’ouvriront, pendant que d’autre resteront définitivement fermées. »
​Et Paul Tobossi de prendre le cas de l’enfant européen. La plupart du temps, il est couché sur le dos dans un berceau, le regard tourné vers le regard de sa mère, qui lui fait des sourires, lui tend les bras, lui raconte mille et une histoires, n’a de cesse de le toucher, de le caresser. En haut du berceau sont suspendus des bibelots de couleurs variées. Ils dansent et tintinnabulent, et l’enfant s’amuse à les faire danser et tintinnabuler. Sollicitées, les fenêtres de son cerveau s’ouvrent. Cet enfant au berceau est préparé à s’épanouir, inventer, conquérir tous azimuts. Il est l’opposé diamétral du bébé africain dans le dos de sa mère.
​Et il est vrai que ce dernier, devenu adulte, se montre plus stagnant qu’entreprenant. Et pas très responsable. Il décrète que les maux qui l’accablent résultent de l’esclavage et du colonialisme. Bien sûr, il n’imagine pas que l’incapacité des pères à repousser naguère ces deux malheurs a pu prendre racine en eux dans le dos sans étoiles des mères. Il ne cherche pas, il ne crée pas. Il ressasse les ancêtres, il rumine les rabâchés de l’école coloniale. Un jour peut-être, il s’apercevra qu’il y a honte et déshonneur à n’être que spectateur et parasite. Alors l’auto néo-colonisé se dressera et voudra exister enfin dans le monde en marche sans lui. Il croira frapper un grand coup, et cela donnera, choses entendues, ce décret : la sorcellerie, toujours et partout négativement connotée, a du bon en Afrique et va contribuer au progrès de l’Africain. D’ailleurs tous les grands scientifiques occidentaux sont des sorciers. Et de citer Pythagore pour étayer le violent renversement sémantique. Suffocation dans le rang des rationalistes. Car l’on ne sache pas que la sorcellerie africaine ait sauvé l’Afrique ni de l’esclavage ni de la colonisation. Car Pythagore, philosophe et mathématicien, Einstein, physicien de génie, étaient des scientifiques et pas des sorciers. Mais, Hitler et Pol Pot et leurs affidés, politiciens et pas scientifiques, sinistres artificiers de la radicale méchanceté de l’homme contre l’homme, peuvent bien être assimilés à d’authentiques sorciers. Dont acte.
​Et fin de suffocation. Si la stagnation atavique de l’Africain n’a pas toute son origine là où la place le Dr Paul Tobossi, dans le regard immobile et voilé du bébé africain dans le dos sans étoiles de sa mère, alors que s’intensifie la vraie recherche pour dénicher les autres origines de la force d’inertie, afin que l’Africain cesse de « labourer la mer » (Bolivar) et sorte de l’impasse. Au jour de son dernier souffle, le professeur Jacques Monod, prix Nobel de médecine, confiait aux amis venus l’entourer : « Je cherche à comprendre ». Et c’est ce que doit faire maintenant tout Africain avant son dernier souffle. Conjuguer le biochimiste Monod et le poète Goethe, dont le mot ultime fut : « Mehr Licht », davantage de lumière.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

18 décembre 2021 par Judicaël ZOHOUN




Panafricanisme ou agréable mystification


14 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi)) ​Le panafricanisme est de naissance (...)
Lire la suite

Koffi Aza en politique, vivement le prochain TOFA !


12 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
On ne saurait en douter : le professeur Koffi Aza, a forcément (...)
Lire la suite

Oncle AGBAYA ! JE VOUS SALUE MAJESTES !


12 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
ON vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de pagailleurs (...)
Lire la suite

AU SECOURS, MON NEVEU PATOU DEVIENT ROUGE !


3 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de (...)
Lire la suite

Violente percée de Zemmour à Cotonou


1er mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Il s’agit du premier tour des élections (...)
Lire la suite

Macron, Poutine, et les ‘’influenceurs’’


28 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
Entre deux frappes sur l’Ukraine, Vladimir Poutine a donc eu le temps, (...)
Lire la suite

IRENE ET JACQUES, C’ETAIT QUOI VOTRE TOPO ?


21 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de pagailleurs (...)
Lire la suite

La ‘’remontada’’, version arc-en-ciel


14 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
Dimanche dernier, une heure après la fermeture des bureaux de vote en (...)
Lire la suite

Oncle AGBAYA RAMENEZ-LES LA BAS !


12 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de pagailleurs (...)
Lire la suite

Malhonnêteté des Béninois en toute sincérité


26 mars 2022 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Etrange récit de l’évangéliste Luc. Avant que (...)
Lire la suite

Puisse l’Afrique résister au mirage russo-chinois


19 mars 2022 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​« La poutinophilie d’une partie des Africains », (...)
Lire la suite

Remontée en crédibilité de l’Ecole au Bénin


12 mars 2022 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Dire que le système scolaire béninois est (...)
Lire la suite

Béninoises problématiques et avenir du Bénin


19 février 2022 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Cher Ami, je suis heureux, c’est fait ! Juste (...)
Lire la suite

Pourquoi les Groupes armés s’intéressent aux forêts béninoises (...)


18 février 2022 par Judicaël ZOHOUN
: Les 8 et 9 février 2022, des attaques coordonnées dans la région du (...)
Lire la suite

L’Afrique en guerre pour protéger Internet


11 février 2022 par Akpédjé Ayosso
Dans le monde, en deux ans depuis 2019, plus de 782 millions de (...)
Lire la suite

Les grands moments de la musique béninoise


13 janvier 2022 par Judicaël ZOHOUN
Nouvelle Publication CHRONIQUE Musique : Angélique Kidjo n’a pas (...)
Lire la suite

Si Jésus était né au sud du Sahara


8 janvier 2022 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Ce soir-là, alors qu’il ramenait au bercail son (...)
Lire la suite

Un philosophe magicien au Bénin


1er janvier 2022 par Judicaël ZOHOUN
L’Abbé Roland : Bonjour mes amis ! Ah, je suis très content que vous (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires