lundi, 26 février 2024 -

1100 visiteurs en ce moment

Émission de titres publics

Crise de liquidité, des économies en difficulté dans l’espace UEMOA




Depuis le début de cette année 2023, de nombreux pays de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine rencontrent des difficultés à financer leur économie. En témoigne la situation des émissions de titres par adjudication par de nombreux pays sur le marché financier ces trois derniers mois dont plusieurs, non couvertes.

La situation s’est annoncée en janvier avec l’annulation d’une émission par le Burkina, le 18 janvier, jour de l’adjudication et trois émissions non couvertes sur 12, avec précisément le Togo le 13 janvier 2023 (87%) pour seulement 26 milliards FCFA de souscriptions recueillies, la Guinée Bissau le 24 janvier avec une couverture de 91% puis le Mali, 80% en dépit de ses coupons, 5,90% puis 6,20%, les plus élevés depuis le début de cette année et la découverte de nouveau gisement aurifère.
Elle s’est aggravée en février où plus du tiers des émissions de titres publics par adjudication sur le marché financier régional UMOA-Titres en Février 2023 n’ont pas été couvertes. Sur 14 émissions de titres, cinq non pu être couvertes avec des taux de couverture allant jusqu’à 37% (ndlr, débâcle de la Côte d’Ivoire, pourtant locomotive de la zone économique, avec une émission non couverte, 22 milliards retenus sur 85 milliards recherchés).
Comparativement à mars 2022, on note un marché en chute libre en mars 2023. Quatre pays : Burkina Faso, le Niger, la Côte d’Ivoire et le Mali ont dû annuler leur émission. Plusieurs autres pays ont connu des fortunes diverses d’émissions non couvertes, la Côte d’Ivoire 10%, La Guinée-Bissau 21%, Togo (24% et 39%), Mali (34%).
Sur les émissions par syndication, au même moment où le Bénin clôturait son opération de 150 milliards, par anticipation avec succès avec un taux de couverture de 110%, la Côte d’Ivoire n’a pu couvrir, et a dû prolonger sa période de souscription sur le même montant malgré un taux d’intérêt proposé plus élevé à celui du Bénin.
Cette situation se justifierait par le contexte du marché et les différentes politiques de relèvement du taux directeur à la Banque Centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pour maîtriser ou faire baisser l’inflation. En décembre 2022, le Comité de Politique Monétaire (CPM) de la Banque Centrale augmentait pour la troisième fois son principal taux directeur pour contrer cette inflation dans la l’espace communautaire. Pour ce qui est des prêts de ressources aux banques commerciales, la BCEAO a consacré une augmentation de 0.25% en décembre 2022. Cela a induit un resserrement de la politique monétaire. On ne peut oublier la décision de suppression de la mesure de refinancement à taux fixe par les banques aux guichets de la BCEAO en vue d’assurer la liquidité bancaire durant la pandémie du coronavirus puis les adjudications à taux variables sur les guichets hebdomadaire et mensuel et la fin de la couverture intégrale des besoins de refinancement soumis par les banques. A cela s’ajoute la quatrième hausse de 25 points de base des taux directeurs effectuée par la banque centrale le 1er mars 2023. Il faudra agir au plus tôt pour le bonheur des économies déjà fragilisée par le conflit russo-ukrainien, en récession par endroits ou encore contraintes à la résilience.

La BCEAO et le Conseil des ministres de l’union, ces recours
Sachant que la première session ordinaire du Conseil des Ministres de l’union monétaire au titre de l’année 2023 s’ouvre ce vendredi 31 mars à Dakar, la situation doit préoccuper cette assise afin que les goulots d’étranglements soient le plus tôt levés pour la prospérité des économies. On espère que le Conseil et les dirigeants se pencheront avec attention sur le sujet pour soulager la peine des Etats. Aussi, la BCEAO devrait revoir sa politique de rationnement de liquidité, augmentation en cascade de taux directeurs, suppression de taux fixes et instauration de taux variables, fermeture de guichets de refinancement, et autres. Les difficultés relevées sur le marché depuis janvier demeurent inquiétantes et méritent qu’on accorde une attention particulière au besoin de liquidité. Cela s’avère autant important que la maîtrise de l’inflation.

Dans tous les cas les pays africains déjà largement exposés à plusieurs chocs exogènes devraient avoir des approches plus innovantes, disruptives pour se réinventer et réussir à mobiliser les ressources nécessaires au financement de leur économies et donc à la réalisation de leurs projets.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

29 mars 2023 par Judicaël ZOHOUN




Des réflexions sur les stratégies de mutualisation pour une (...)


22 février 2024 par Akpédjé Ayosso
La 4e édition du Forum des Mines et du Pétrole de la Communauté (...)
Lire la suite

Le financement des travaux du nouveau port de pêche de Cotonou acté


22 février 2024 par Judicaël ZOHOUN
Le ministre d’Etat en charge de l’économie et des finances, Romuald (...)
Lire la suite

Btex, la 1ère unité intégrée de textile de la GDIZ opérationnelle


21 février 2024 par F. Aubin Ahéhéhinnou
La société Benin Textile S.A. (Btex), l’une des unités intégrées de (...)
Lire la suite

KIABI s’installe bientôt à la GDIZ pour desservir la région Afrique (...)


19 février 2024 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Dans sa stratégie d’expansion en Afrique de l’Ouest, la société (...)
Lire la suite

Le Bénin parmi les pays d’Afrique à forte croissance en 2024 ( BAD)


18 février 2024 par Judicaël ZOHOUN
L’Afrique domine le classement des vingt pays à la croissance (...)
Lire la suite

Une unité de production de jus de fruits " Bio PHARM" inaugurée à Zè


17 février 2024 par Akpédjé Ayosso
Le ministre des Petites et Moyennes Entreprises et de la promotion de (...)
Lire la suite

Après le succès de son Eurobond, le Bénin reçoit 70 milliards de (...)


10 février 2024 par Marc Mensah
A la recherche de 20 milliards sur le marché de l’Union Monétaire (...)
Lire la suite

13 720 entreprises créées au 3ème trimestre 2023 au Bénin


10 février 2024 par Marc Mensah
Le nombre d’entreprises créées au 3ème trimestre de 2023 au Bénin (...)
Lire la suite

Le représentant résident de la CEDEAO salue la transformation (...)


9 février 2024 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Amadou Diongue, représentant résident de la CEDEAO salue la (...)
Lire la suite

Le modèle d’opérationnalisation du mécanisme du cautionnement du (...)


8 février 2024 par F. Aubin Ahéhéhinnou, Ignace B. Fanou
Au cours d’une réunion du comité technique du Projet de Promotion de (...)
Lire la suite

Les perspectives du FMI sur l’économie mondiale


7 février 2024 par Judicaël ZOHOUN
La croissance mondiale devrait être de 3,1 % en 2024 et de 3,2 % en (...)
Lire la suite

Le Bénin devient le 3ème meilleur crédit d’Afrique


6 février 2024 par Marc Mensah
La première obligation du Bénin en dollar sur le marché obligataire (...)
Lire la suite

Le Bénin affecte un domaine pour l’Agence auxiliaire de la BCEAO


2 février 2024 par Marc Mensah
Un domaine d’une superficie de trente-et-un mille cinq cent (31.500) (...)
Lire la suite

Les Matinées Juridiques de la GDIZ, l’initiative qui facilite (...)


1er février 2024 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Les investisseurs présents à la Zone industrielle de Glo-Djigbé (...)
Lire la suite

Benedict Oramah reçoit le Financial Leadership Award


29 janvier 2024 par Judicaël ZOHOUN
Le Prix du leadership est une initiative du d’African Prosperity (...)
Lire la suite

La 1ère promotion ‘’Arnauld AKAKPO’’ prête pour le renforcement (...)


28 janvier 2024 par Marc Mensah
La formation des Master coachs nationaux provenant du Mali, du Togo (...)
Lire la suite

La DGI dément la supposée augmentation de l’impôt sur les salaires


26 janvier 2024 par Akpédjé Ayosso
Par communiqué en date du vendredi 26 janvier 2024, la Direction (...)
Lire la suite




Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires