dimanche, 26 février 2017 •

131 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Les cliniques privées non agréées dans le collimateur des acteurs de santé à Djougou




Une trentaine de cliniques privées non agréées ont été répertoriées dans la commune de Djougou, a confié mardi matin, à l’ABP, le président du comité de santé (COSA) de la zone sanitaire Djougou-Copargo-Ouaké, Sanda Tassouwèrè.

Selon les explications du président COSA, Sanda Tassouwèrè, c’est le fruit d’un travail de fond mené par le bureau de zone et les organes de cogestion de la zone sanitaire. Au-delà de la trentaine de centres privés illégaux, a-t-il souligné, des cliniques privées agréées existent mais n’emploient pas le personnel qualifié.

Le médecin-coordonnateur de la zone sanitaire Djougou-Copargo-Ouaké, Dr Olivier Virgil Hounkpè a reconnu l’existence de ces cliniques, qu’il a chiffré en son temps sans être exhaustif à une vingtaine. Il a aussi confirmé la non-conformité en agent qualifié de certains centres privés légaux.

A en croire, M. Sanda, le bureau de zone et les organes de cogestions de la zone sanitaire ne sont pas habilités à prendre des mesures, seul le ministère de la Santé et les élus locaux ont le pouvoir de décision de la fermeture ou non de ces centres.

La liste a été transmise, dira Sanda Tassouwèrè, au directeur départemental Atacora-Donga de la santé et sera présenté incessamment à l’exécutif communal lors de sa prochaine session, afin que des décisions fortes soient prises pour décourager les responsables de ces centres, a-t-il poursuivi.

« Ce qui est déplorable, ce sont des agents de santé qui créent ces centres de santé privés pirates et qui mettent non seulement des agents non qualifiés, mais aussi ne s’y rendent que par deux semaines pour faire le point des recettes », s’est désolé le Président du comité de Santé.

« Je crois qu’il faut rencontrer les promoteurs, discuter avec eux, leur donner un moratoire, les accompagner à régulariser leur situation et au pire des cas, les fermer », a laissé entendre le médecin-coordonnateur dans son interview du 25 Août passé.

Un point de vue que partage le président COSA, et qui préconise même l’exemple de Dogbo, où, à l’en croire, le maire sans attendre le ministère de la Santé et ce, au soutien des forces de l’ordre a pris ses responsabilités pour fermer ceux qui n’ont pas pu se conformer aux normes.

« L’opération sera étendue dans les deux autres communes de la zone sanitaire à savoir Copargo et Ouaké », a conclu Sanda Tassouwèrè.

ABP/IM/DKJ


www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

8 septembre 2016



Le Tribunal de Lokossa en feu

24 février 2017 par Dg24h
Une partie du Tribunal de première instance de 2ème classe de Lokossa (...)
Lire la suite

Le Bénin épinglé par Amnesty International

24 février 2017 par La Rédaction
Le mercredi 22 février 2017, Amnesty International a présenté dans 159 (...)
Lire la suite

La Cour suprême conforte le pouvoir de Sévérin Adjovi

24 février 2017 par La Rédaction
Après avoir gagné le combat de la destitution enclenchée contre sa (...)
Lire la suite

« 2016 a été une année terrible pour les droits de l’Homme »

23 février 2017 par La Rédaction
Le respect des droits de l’Homme n’a pas connu d’évolution en 2016. (...)
Lire la suite

Des examens pour valider la Licence et le Master délivrés par les (...)

23 février 2017 par La Rédaction
L’administration Talon désinfecte totalement l’enseignement supérieur (...)
Lire la suite

Bientôt une police des pêches au Bénin

23 février 2017 par La Rédaction
Conformément à la loi du 7 août 2014 relative à la pêche et à (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE




Les plus populaires